Groupe Yuzu: l'appétit vient en mangeant

Les deux fondateurs du Groupe Yuzu, Frédéric Matte... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Les deux fondateurs du Groupe Yuzu, Frédéric Matte et Steve Morency, ont faim de développement: ils misent sur une percée dans le commerce de détail avec des produits rattachés à la préparation de sushis et une éventuelle expansion canadienne.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un bon cuistot a toujours un petit plat ou deux en préparation sur la cuisinière.

Pour le Groupe Yuzu, la surface de cuisson est utilisée à son maximum!

Une percée, cette année ou au début de 2018, dans le commerce de détail avec des produits rattachés à la préparation de sushis et une éventuelle expansion canadienne apparaissent maintenant au menu des fondateurs Steve Morency et Frédéric Matte.

Sans compter la poursuite de l'accroissement du nombre de points de vente au Québec et au Nouveau-Brunswick, qui devrait se chiffrer à environ 200 d'ici cinq ans.

«Nous en comptons maintenant 72», mentionne Steve Morency en entrevue au Soleil.

L'offensive de Yuzu se mène sur deux fronts : celui des restaurants ayant pignon sur rue et celui des comptoirs express en épicerie.

Des «restos», le franchiseur en possède 60 au Québec et deux au Nouveau-Brunswick.

«Notre objectif est d'en ouvrir de 5 à 10 par année au cours des prochaines années. Nos cibles ne sont pas les centres urbains, mais les banlieues où le marché des sushis n'est pas soumis à une forte concurrence», explique l'entrepreneur de 37 ans, qui se souvient qu'au moment de l'ouverture de son premier commerce en 2002 sur la rue du Parvis, dans le quartier Saint-Roch, il y avait à peine huit restaurants de sushis à Québec. «Aujourd'hui, il doit y en avoir 200 ou 300!»

«Au moment où nous atteindrons le cap des 100 restaurants au Québec, nous pourrons dire que nous occupons bien le territoire québécois.»

C'est pourquoi Steve Morency tend l'oreille, ces temps-ci, aux appels d'éventuels partenaires d'affaires intéressés à importer la marque Yuzu Sushi en Ontario et en Alberta, à la dorloter et à la faire découvrir à une nouvelle clientèle.

«Rien ne presse. Nous avons encore suffisamment de travail à accomplir ici. Des plats sur le feu, nous en avons en masse pour les cinq prochaines années. Ça ne nous empêche pas, par contre, d'écouter les propositions.»

Chat échaudé craint l'eau froide, Steve Morency ne veut pas s'aventurer à l'extérieur du Québec sans être convaincu de gagner son pari. «Nous avons beaucoup appris de notre expérience torontoise», évoque-t-il.

En janvier 2013, un «resto» Yuzu Sushi ouvrait ses portes au centre-ville de Toronto. Onze mois plus tard, tout le monde pliait bagage.

Chez IGA et ailleurs

Au cours des derniers mois, Yuzu a conclu une entente avec la chaîne Sobeys pour faire pousser des comptoirs Yuzu Sushi Express dans les supermarchés IGA au Québec. En peu de temps, 10 ont vu le jour.

«Nous visions un rythme d'ouverture pouvant atteindre une vingtaine de comptoirs en épicerie par année. Pour nous assurer de bien faire les choses, nous avons choisi de ralentir un peu la cadence. Nous envisageons plutôt l'ouverture de 10 à 15 comptoirs par année au cours des trois prochaines années.»

L'association avec Sobeys ne vise pas que le Québec. Steve Morency se croise les doigts pour que la relation d'affaires finisse par lui ouvrir les portes des autres supermarchés de la chaîne au Canada.

Ces derniers temps, Yuzu a entrepris un virage pour se donner les moyens de percer le marché du commerce de détail.

Une nouvelle division a été créée : Les Aliments Yuzu.

«Nous voulons proposer aux consommateurs des produits connexes qui pourraient être vendus, par exemple, chez IGA et éventuellement ailleurs», confie M. Morency.

«Nous sommes actuellement en mode recherche et développement. Nous planchons sur quelques idées que nous gardons secrètes. Nos sauces et nos produits pour réaliser un sushi (riz, feuille d'algue, gingembre, wasabi, etc.) sont des exemples. Nous pensons également à des plats connexes au sushi, comme le poulet Général Tao, que nous vendons dans nos restaurants.»

Il y a cinq ans, le chiffre d'affaires de Yuzu affichait 10 millions $. Il est maintenant de 30 millions $. Steve Morency et Frédéric Matte veulent le faire passer à 60 millions $ au cours des cinq prochaines années.

L'entreprise fait travailler près de 600 personnes.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer