De l'argent réel pour de la neige artificielle

La faiblesse du dollar, le prix modéré du... (fournie par l'Office de tourisme de Québec)

Agrandir

La faiblesse du dollar, le prix modéré du carburant et la réputation du Québec comme destination sécuritaire sont des facteurs d'attraction.

fournie par l'Office de tourisme de Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après plusieurs années en dents de scie et une saison 2015-2016 particulièrement néfaste pour les stations de ski, le ministère du Tourisme annonce de l'argent frais pour moderniser les équipements d'enneigement artificiel. Des discussions sont aussi en cours afin d'obtenir un tarif d'électricité préférentiel pour fabriquer le précieux or blanc.

«Le défi de début de saison est de produire de la neige rapidement», a indiqué la ministre Julie Boulet dimanche pour l'annonce d'un plan d'investissement en tourisme, incluant les quelque 75 stations de ski de la province. Elles veulent initier la saison rapidement en décembre. Ouvrir plus tôt, c'est déterminant pour la rentabilité», ajoute la ministre.

Le président-directeur général de l'Association des stations de ski du Québec (ASSQ) accueille la nouvelle avec enthousiasme. «On a vécu des hivers avec des fluctuations importantes, soutient Yves Juneau. Ça a ralenti les investissements. L'annonce va permettre de moderniser nos infrastructures.

«En 2015-2016, le démarrage du temps des Fêtes a été très difficile à cause de problèmes liés à la fabrication de neige, poursuit-il. On produit chaque année une étude et le bilan de l'an passé a été très négatif et très néfaste. Ça a fragilisé beaucoup de bilans financiers. La moitié des stations, c'est des organismes à but non lucratif incapables de rentabiliser à cause des coûts d'infrastructures.»

Garantir le produit

Les projets admissibles touchent les infrastructures d'accueil, à l'exception des remontées mécaniques, trop coûteuses pour ce programme, a précisé la ministre. M. Juneau estime que les stations prioriseront «des projets de modernisation et d'accroissement de la capacité d'enneigement pour un produit plus fort en début de saison».

«Quand les gens prennent des décisions de destination de ski, ils veulent s'assurer des conditions. Un démarrage tôt garantit le produit. Il faut penser que la compétition se fait aider. Le Vermont a un programme d'efficacité énergétique et de remplacement des systèmes de fabrication de neige. Pour rester compétitif, on a besoin de se moderniser», insiste le pdg.

Selon lui, la compétitivité passe aussi par une réduction du coût de l'électricité pour la fabrication de la neige. Les stations de ski ont déjà bénéficié de tarifs préférentiels, aujourd'hui disparus. L'ASSQ a d'ailleurs demandé des assouplissements tarifaires à la Régie de l'énergie.

M. Juneau explique que l'enneignement représente 44 % de la facture d'électricité et les remontées mécaniques, 38 %. L'électricité grève 17 % du budget des stations. C'est le second poste budgétaire en importance après la main-d'oeuvre.

«Les coûts d'électricité sont très élevés, admet la ministre Boulet. Est-ce qu'on pourrait leur offrir des tarifs préférentiels dans des mois où nous ne sommes pas dans des périodes de pointe? On travaille ça avec le ministre des Ressources naturelles», a-t-elle confirmé.

70 millions $ sur quatre ans

La ministre était présente au Village Vacances Valcartier pour annoncer un plan d'investissement de 70 millions $ sur quatre ans qui pourrait, selon elle, générer pour plus de 300 millions $ en projets avec la participation du secteur privé.

Cette annonce survient au moment où le tourisme a connu une année 2016 exceptionnelle. «Tous les indicateurs sont en hausse qu'on parle d'hébergement, d'achalandage, de recettes touristiques», précise la ministre. La faiblesse du dollar, le prix modéré du carburant et la réputation du Québec comme destination sécuritaire sont des facteurs d'attraction.

Le 375e anniversaire de Montréal et le 150e de la Confédération en 2017 devraient maintenir l'industrie sur sa lancée. D'ailleurs, le ministère projette une hausse d'achalandage de 5 % par année d'ici 2020. «Il y a actuellement un milliard de touristes à travers le monde. Ça devrait augmenter à 1,8 milliard au cours des prochaines années. Le Québec doit aller chercher sa part», insiste Mme Boulet.

La ministre estime que le plan pourrait créer jusqu'à 50 000 emplois supplémentaires d'ici 2020.

«À nous de saisir l'occasion»

(Lautre Gagnon-Tremblay) Le plan d'investissement de 70 millions de dollars pour développer l'offre touristique du Québec a le potentiel de faire rayonner la région à l'international, si les promoteurs présentent de bonnes idées, assure l'homme d'affaires régional et président du conseil d'administration de l'Alliance de l'industrie touristique du Québec, Éric Larouche.

Selon lui, plusieurs entrepreneurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean vont bénéficier des investissements prévus dans ce nouveau plan. « La région est un très gros acteur touristique », assure-t-il.

Le schéma d'investissement s'échelonne de 2017 à 2020. Il a été présenté dimanche par la ministre du Tourisme, Julie Boulet, et prévoit des investissements de 40 M $ pour ce qui touche au tourisme hivernal, événementiel et de nature et d'aventure, de 9 M $ pour ce qui est des secteurs maritimes et le même montant pour le secteur du tourisme nordique. À ce montant s'ajoutent 12 M $ pour les initiatives régionales.

« Le tourisme d'aventure est le créneau par excellence dans la région. On est également le paradis pour les activités d'hiver, et il y a de nombreux évènements qui se produisent au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette section comprend également les projets qui mettent en valeur l'expérience autochtone, et on peut le faire avec Mashteuiatsh. Ce sont tous des secteurs où la région excelle. C'est à nous, aux entrepreneurs, de saisir l'occasion et de cerner quels projets qui vont nous faire rayonner à l'international », ajoute M. Larouche.

Selon lui, même les secteurs du tourisme nordique, qui touche ce qui se situe en haut du 49e parallèle, et maritime, avec le fjord du Saguenay, ont le potentiel d'être développés.

« Avec la façon dont ce genre d'investissements fonctionnent, ça prend des promoteurs qui vont soumettre des projets. Ceux-ci seront évalués par le ministère et pourront recevoir du financement s'ils sont originaux et correspondent aux critères », explique Éric Larouche.

Par exemple, selon le plan, dans le secteur du tourisme maritime, une priorité d'investissement sera accordée aux projets qui veulent « consolider la croissance des croisières internationales grâce à une offre d'excursions constamment renouvelée », peut-on lire dans le document du ministère du Tourisme.

D'après M. Larouche, la région a donc la possibilité de ressortir gagnante de cette annonce, si les entrepreneurs présentent de bonnes idées.

« C'est vraiment une bonne nouvelle pour les entrepreneurs ! Il y en a beaucoup qui vont pouvoir en profiter », conclut-il.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer