Washington approuve l'oléoduc Keystone XL

Le projet d'oléoduc Keystone XL est pensé pour... (Archives AP)

Agrandir

Le projet d'oléoduc Keystone XL est pensé pour transporter le pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta vers les raffineries du sud des États-Unis.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Washington

Le projet d'oléoduc Keystone XL a obtenu l'approbation du gouvernement américain, a annoncé vendredi son promoteur TransCanada.

La précédente administration américaine, présidée par Barack Obama, avait rejeté le projet d'oléoduc Keystone XL, conçu pour transporter le pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta vers les raffineries du sud des États-Unis, en affirmant qu'il ne servait pas l'intérêt national des États-Unis.

Cette décision était survenue après des années de débats, de nombreuses batailles judiciaires et d'innombrables manifestations populaires.

Mais dès sa première semaine au pouvoir, le président Donald Trump avait signé un décret invitant TransCanada à reformuler une demande de permis et promis qu'une décision serait prise dans un délai de 60 jours. Depuis, M. Trump a signalé à maintes reprises son intention d'accepter la demande de l'entreprise canadienne.

Malgré l'approbation de l'administration Trump, les obstacles à la réalisation du projet ne sont pas tous levés.

TransCanada ne s'est pas encore entendue avec tous les propriétaires des terrains situés sur le trajet proposé au Nebraska et n'a pas encore obtenu de permis dans cet État.

Les opposants promettent toujours de faire échouer le projet d'oléoduc.

***

Trudeau «très heureux»

De son côté, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, s'est déclaré «très heureux» de la décision de Donald Trump.

Les Américains cherchent à sécuriser leurs approvisionnements énergétiques avec des partenaires commerciaux de confiance et «le Canada devrait être ce partenaire», a déclaré Justin Trudeau.

«Acheminer nos productions jusqu'aux marchés est essentiel pour la croissance économique canadienne», a ajouté le chef du gouvernement lors d'un point de presse à Montréal.

L'oléoduc Keystone XL doit être construit sur 1900 kilomètres, dont 1400 km aux États-Unis, pour sortir le pétrole des mines de sables bitumineux de l'Alberta et les acheminer jusqu'aux raffineries américaines sur le Golfe du Mexique au Texas.

Justin Trudeau s'est aussi félicité que Donald Trump ait abandonné l'idée que les éléments de l'énorme canalisation soient usinés à partir de l'acier américain.

Le caractère fortement intégré des deux économies ne permettait pas cette exemption sur l'acier, a estimé Justin Trudeau.

«Nous importons plus d'acier des États-Unis que n'importe quel autre pays, et les États-Unis importent plus d'acier canadien que n'importe quel autre pays», a expliqué M. Trudeau.

«Ceci signifie qu'il est très, très bon, de travailler ensemble» pour les deux économies «et nous allons poursuivre en ce sens».




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer