Des conditions de travail supérieures aux croyances dans le commerce de détail

La rémunération totale moyenne versée par les commerçants... (123RF/Nejron)

Agrandir

La rémunération totale moyenne versée par les commerçants aux titulaires d'un emploi à temps plein varie entre 13,37 $ l'heure pour un commis-vendeur et 39,36 $ l'heure pour un gérant de district.

123RF/Nejron

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un employeur de deuxième classe, le commerce de détail?

Faux, affirme Détail Québec.

«On a souvent l'impression que les conditions de travail dans le secteur du commerce de détail sont inférieures à celles des autres secteurs», expose Patricia Lapierre, la directrice générale du Détail Québec, le comité sectoriel de main-d'oeuvre du monde du commerce de détail.

«Notre industrie n'est pas à la traîne par rapport aux autres secteurs d'activité», tranche Mme Lapierre qui rendait publique, mercredi, l'Enquête de rémunération globale dans le commerce de détail.

Ce coup de sonde réalisé auprès de 2000 commerces faisant travailler plus de 55 000 travailleurs présente des données de rémunération pour une quinzaine d'emplois repères.

La rémunération totale moyenne versée par les commerçants aux titulaires d'un emploi à temps plein varie entre 13,37 $ l'heure pour un commis-vendeur et 39,36 $ l'heure pour un gérant de district. 

Entre les deux, il y a, entre autres, le caissier (14,12 $ l'heure), le manutentionnaire (15,54 $ l'heure), le gestionnaire de communauté Web (23,98 $ l'heure), l'acheteur (25,88 $ l'heure) et le gérant de magasin (26,18 $ l'heure).

Les tendances en matière de pratiques de rémunération et de conditions de travail dans le secteur du commerce de détail montrent également que la semaine normale de travail dans la plupart des organisations est de 40 heures.

Pour acquérir trois semaines de vacances, l'employé doit posséder quatre ans d'ancienneté. «La quatrième semaine de vacances est offerte par 65 % des commerçants», souligne Patricia Lapierre.

«Les organisations offrent environ deux à trois jours supplémentaires en congés payés en plus des huit jours obligatoires prévus par la Loi sur les normes du travail», ajoute la directrice générale de Détail Québec.

Avantages sociaux

Pas moins de 77 % des employeurs offrent un régime d'assurance collective à leurs salariés. 

Quant à un régime de retraite, ils sont nombreux à le proposer à leurs travailleurs sans toutefois y cotiser. Le REER/CELI collectif et le Régime volontaire d'épargne-retraite (RVER) sont les deux principaux outils utilisés par les travailleurs pour amasser des sous pour leurs vieux jours. 

Par ailleurs, 33 % des travailleurs ne sont pas admissibles à une pause rémunérée.

Les programmes d'escompte font partie de la rémunération globale. En effet, 96 % des commerçants offrent un tel programme à leur salarié et le pourcentage d'escompte offert varie entre 15 % et 33 %.

En ce qui a trait au concours de vente, 38 % des commerçants en organisent. La valeur moyenne des prix offerts est de moins de 100 $. Ils sont principalement offerts sous la forme d'un chèque cadeau, d'un montant d'argent ou de marchandise.

Au Québec, le commerce de détail procure un gagne-pain à 325 000 personnes.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer