Les affaires express

Bond des ventes de TSO3 en 2016 (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bond des ventes de TSO3 en 2016

Entre l'exercice financier 2015 et celui de 2016, les ventes de TSO3 sont passées de 1,2 à 13,3 millions $US. 

Au cours de cette période, l'entreprise de Québec spécialisée dans la production de stérilisateurs d'instruments médicaux pour les hôpitaux a réussi à réduire sa perte nette de 6,3 millions $US (8 ¢ par action) à 4,4 millions $US (5 ¢ par action). 

Au 31 décembre 2016, TSO3 affichait un bénéfice brut de 4,1 millions $US - soit 31 % des revenus - comparativement à une perte de 330 000 $US un an plus tôt. L'entreprise profite enfin des premières retombées de l'obtention venant des autorités américaines de vendre son produit vedette, le Sterizone VP4, au sud de la frontière. 

«En 2017, nous verrons à augmenter l'utilisation de nos laboratoires existants au Québec et en Caroline du Sud dans le but d'appuyer les tests de compatibilité des instruments médicaux, à poursuivre nos demandes réglementaires pour les autorisations d'usage élargies pour les duodenoscopes aux États-Unis et à développer de nouveaux produits», a indiqué le président et chef de la direction de TSO3, Ric Rumble. 

À la Bourse de Toronto, le titre de l'entreprise (TSX : TOS) affichait, mardi, 2,80 $ en hausse de 2 ¢.  Gilbert Leduc

***

Augmentation des ventes au détail

Les ventes des détaillants canadiens ont enregistré en janvier leur plus important gain en près de sept ans, selon des chiffres qui viennent s'ajouter à une série de récents indicateurs témoignant de la vigueur de l'économie du Canada.

Les ventes au détail ont progressé de 2,2 % pendant le premier mois de l'année pour se chiffrer à 46,0 milliards $, a indiqué mardi Statistique Canada. Il s'agissait de leur meilleur gain en pourcentage depuis mars 2010. Les économistes s'attendaient à une hausse de 1,1 %, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

«Les vigoureuses données canadiennes continuent de se succéder», a observé Benjamin Reitzes, économiste principal chez BMO Marchés des capitaux, dans une note à ses clients.

«Après une solide fin d'année en 2016, il semble que l'économie connaît un bon départ en 2017.»

Les données sur le commerce de détail font suite à de meilleurs chiffres que prévu au sujet des ventes des grossistes et de fabricants, du commerce international et de la création d'emplois.

Selon M. Reitzes, ces améliorations ont convaincu la Banque de Montréal d'améliorer ses prévisions pour la croissance économique au premier trimestre. La banque vise maintenant une progression annualisée de 2,7 % pour les mois de janvier à mars, comparativement à une prévision précédente de 2,3 %.

Les ventes au détail ont augmenté dans 10 des 11 sous-secteurs en janvier. La plus forte hausse - 3,8 % - a été enregistrée par les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles. En excluant ce groupe, les ventes au détail ont progressé de 1,7 % en janvier.

Les ventes des magasins de produits de santé et de soins personnels ont augmenté de 6,0 % en janvier, après avoir diminué de 3,0 % en décembre.

Exprimées en volume, les ventes au détail ont augmenté de 1,3 %.

Par ailleurs, les ventes au détail ont augmenté dans toutes les provinces en janvier. L'Ontario a enregistré la plus forte augmentation en dollars avec un gain de 1,7 %. Le Québec a vu ses ventes au détail augmenter de 2,6 %.  La Presse canadienne

***

Les Canadiens passent de plus en plus de temps sur Internet

Les anglophones canadiens passent plus de temps que jamais à naviguer sur Internet, selon un nouveau rapport, ce qui soulève des craintes quant à la façon dont la technologie distrait les gens de leurs véritables relations humaines.

Le rapport de l'Observateur des technologies médias indique qu'en moyenne, les Anglo-Canadiens qui ont répondu au sondage passaient 24,5 heures par semaine en ligne en 2016, une hausse de deux heures comparativement à l'année précédente. 

Il précise également que les plus jeunes, âgés de 18 à 34 ans, passent encore plus de temps sur Internet, soit une moyenne de 34 heures par semaine en 2016, ou près de cinq heures par jour.

Le psychologue David Mensink s'inquiète de ces données, parce qu'il croit que plus les gens passent d'heures en ligne, moins ils prennent le temps de cultiver des relations profondes dans la vraie vie.

M. Mensink, qui travaille auprès des étudiants à l'Université Dalhousie, à Halifax, affirme que même lorsque nous communiquons avec d'autres en ligne, nous devons quand même prendre le temps d'avoir de vrais contacts.

Le rapport s'appuie sur des entrevues téléphoniques menées avec 4157 Canadiens anglophones de toutes les régions du pays, entre le 7 octobre et le 12 décembre dernier. La marge d'erreur est de 1,5 point de pourcentage, 19 fois sur 20.  La Presse canadienne




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer