Frite Alors! s'installe dans Limoilou et... à Paris

Frite Alors! occupera les anciens locaux du bistro... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Frite Alors! occupera les anciens locaux du bistro Au port de la Goulette.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'entreprise de restauration québécoise Frite Alors! part à la conquête de Limoilou et... de Paris.

Au mois d'avril, une deuxième succursale va ouvrir ses portes dans la Capitale-Nationale, soit sur la 3e Avenue, dans les anciens locaux du bistro Au port de la Goulette. La première friterie belge est installée depuis 2010 rue Crémazie dans le quartier Montcalm. Le projet d'environ 250 000 $ est piloté par l'homme d'affaires Benoît Houde.

«Cela fait 16 ans que je suis dans la compagnie. J'ai ouvert le Frite Alors! à Lyon cet été. Limoilou était un endroit où je souhaitais m'établir», indique au Soleil M. Houde, qui regardait pour un local dans ce quartier depuis plusieurs années. «Cela va être un restaurant d'une cinquantaine de places à l'intérieur et d'une vingtaine sur la terrasse», poursuit-il.

À Paris

Fondée en 1991 dans un demi-sous-sol d'une résidence sur l'avenue du Parc, à Montréal, la chaîne Frite Alors! possède aujourd'hui 16 points de vente, dont deux en France, à Lyon. Dès cet automne, ce sera au tour de Paris, plus précisément dans le 11e arrondissement, d'avoir son premier restaurant. Ce dernier va pouvoir accueillir une centaine de personnes. 

La facture pour prendre de l'expansion sur ce continent est toutefois beaucoup plus salée que dans la province. Le franchisé devra investir environ 500 000 euros (714 000 $CAN) pour ouvrir son resto.

«J'ai mis sur pied l'entreprise avec ma femme et ma mère. Après trois ans, nous avions trois restaurants à Montréal», raconte le copropriétaire de la chaîne. Jean Jurdant, qui estime que Paris pourrait s'avérer un tremplin pour propulser la bannière chez nos cousins. 

Pour les cinq prochaines années, l'homme d'affaires espère faire une dizaine d'autres petits à travers la France, notamment à Grenoble, Toulouse et Montpellier; il souhaite aussi ouvrir un premier restaurant à Toronto. Dans la région de Québec, aucune autre ouverture ne figure dans les plans de la compagnie pour le moment. Il justifie cette décision par le climat économique difficile dans le monde de la restauration.

«Nous avons maintenant tous nos fournisseurs en France. C'est le marché qu'on vise. Il y a beaucoup de gens qui sont intéressés par notre concept. Nos deux restaurants fonctionnent très bien. On passe deux tonnes de pommes de terre par semaine», se réjouit M. Jurdant. «En Europe, nous sommes plus Québécois, car les gens aiment le concept de poutine, et ici, nous sommes plus Belges, grâce notamment à notre méthode de cuisson», ajoute-t-il avec humour.

Pour la Ville reine, bien qu'il n'y ait aucun pourparler, l'homme d'affaires espère dénicher prochainement un premier franchisé. «On attend de connaître des gens sympathiques. On veut avoir des personnes passionnées par le produit et non par l'appât du gain. On fait plus cela par amour», conclut M. Jurdant.

Frite Alors! compte aujourd'hui entre 10 et 20 employés par succursale et possède un chiffre d'affaires de 10 millions $.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer