Le Québec et l'Ontario seraient plus vulnérables aux droits sur le bois d'oeuvre

La valeur des exportations canadiennes de bois d'oeuvre... (La Presse canadienne, Darryl Dyck)

Agrandir

La valeur des exportations canadiennes de bois d'oeuvre vers la Chine est passée de 55 millions $ en 2005 à 1 milliard $ l'an dernier, selon Statistique Canada. La quasi-totalité de ces exportations provenait de la Colombie-Britannique.

La Presse canadienne, Darryl Dyck

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

L'industrie canadienne du bois d'oeuvre est dans une meilleure position qu'elle ne l'était il y a 10 ans pour traverser un conflit commercial avec les États-Unis, mais les plus petits producteurs du Québec et de l'Ontario seraient particulièrement vulnérables aux droits qui pourraient être imposés d'ici quelques semaines, ont estimé des observateurs.

Les producteurs de la Colombie-Britannique comme West Fraser Timber, Canfor et Interfor ont usé de précautions en achetant des scieries aux États-Unis, principalement pendant la trêve sur le commerce du bois d'oeuvre. Ils ont aussi augmenté leurs exportations de bois d'oeuvre vers la Chine, ce qui leur offre une certaine protection contre les droits compensatoires que les États-Unis pourraient imposer dès le mois de mai.

«Les gros joueurs de l'Ouest sont dans une position plus confortable qu'il y a 10 ans», a noté le président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec, André Tremblay.

L'éloignement géographique des scieries de l'Ontario et du Québec avec la Chine les empêche essentiellement de livrer leur bois dans la plus grande économie de l'Asie. La valeur des exportations canadiennes de bois d'oeuvre vers ce pays est passée de 55 millions $ en 2005 à 1 milliard $ l'an dernier, selon Statistique Canada. La quasi-totalité de ces exportations provenait de la Colombie-Britannique.

La Chine a accueilli l'an dernier environ 10 % des exportations totales de bois d'oeuvre canadien, comparativement à moins de 1 % avant la signature de l'entente précédente sur le bois d'oeuvre, en 2006. Cette proportion a atteint un sommet de 21 % en 2011.

Les efforts de la Colombie-Britannique pour augmenter ses exportations vers l'Asie ont amélioré la posture de l'industrie canadienne à l'aube d'une nouvelle dispute, malgré les pressions observées dans d'autres provinces, a estimé le ministre provincial des Forêts, Steve Thomson.

Dans le centre du Canada, les scieries ont tendance à être plus petites, leurs flux de trésorerie sont moins importants pour régler les droits et, conséquemment, le risque de fermeture est plus important, ont noté des experts.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer