L'INO fait un petit en Colombie-Britannique

«Cette nouvelle entreprise, notre première en Colombie-Britannique, vient... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

«Cette nouvelle entreprise, notre première en Colombie-Britannique, vient confirmer la position de l'INO en tant que leader dans le domaine de l'optique-photonique d'un océan à l'autre», s'est réjoui le pdg du centre d'expertise en optique-photonique de Québec, Jean-Yves Roy.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Grande première pour l'Institut national d'optique. Des entreprises, l'INO en a essaimé 31 au Québec depuis 1985. Voilà qu'elle annonce la naissance d'un rejeton en Colombie-Britannique.

«Cette nouvelle entreprise, notre première en Colombie-Britannique, vient confirmer la position de l'INO en tant que leader dans le domaine de l'optique-photonique d'un océan à l'autre», s'est réjoui le pdg du centre d'expertise en optique-photonique de Québec, Jean-Yves Roy.  

Ce nouveau bébé s'appelle Swiftsure Spatial Systems. Le pain et le beurre de l'entreprise, c'est le développement de solutions d'imagerie pour la détection, la reconnaissance, la surveillance et l'aide à la décision. La technologie développée dans les laboratoires de l'INO dans le Parc technologique du Québec métropolitain permet d'améliorer les capacités de détection à partir de différentes plateformes qu'elles soient terrestres, aéroportées, navales ou spatiales. 

«La technologie de calcul optronique permet de réduire la complexité des systèmes et les délais le traitement», explique-t-on. 

Cette annonce survient à quelques jours du dépôt des budgets des ministres des Finances à Ottawa (22 mars) et à Québec (28 mars). L'INO tire la manche des deux paliers de gouvernement afin de ceux-ci consacrent chacun 25 millions $ au cours des cinq prochaines années pour permettre au centre de recherche de poursuivre son expansion d'un océan à l'autre. 

Dans sa démarche, l'INO peut compter sur l'appui des principaux ténors du patronat québécois, notamment des Manufacturiers Exportateurs du Québec, du Conseil du patronat du Québec et de la Fédération des chambres de commerce du Québec. 

«Chacune des entreprises que nous contribuons à créer représente une immense source de fierté, car elle transforme nos technologies en richesse et en emplois pour les Canadiens», a mentionné Jean-Yves Roy. En plus d'avoir favorisé la création de 32 entreprises qui font travailler plus de 2000 personnes, l'INO a réalisé 68 transferts technologiques. À Québec, le centre de recherche compte près de 200 employés. 




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer