La Coop fédérée a Trump à l'oeil

Le président de la Coop fédérée, Ghislain Gervais,... (Fournie par La Coop fédérée)

Agrandir

Le président de la Coop fédérée, Ghislain Gervais, s'adressait jeudi aux membres lors de la 95e assemblée générale annuelle de la coopérative, à Québec. La Coop fédérée y a dévoilé ses résultats financiers pour son exercice terminé le 29 octobre 2016.

Fournie par La Coop fédérée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une année historique, où elle a réalisé un excédent avant ristournes et impôts de 275 millions $, la Coop fédérée promet maintenant de suivre de près les actions du président des États-Unis Donald Trump, notamment l'avenir des traités internationaux et la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Elle souhaite également développer de nouveaux partenariats à l'étranger, voire faire des acquisitions pour poursuivre sa croissance.

Mercredi et jeudi, la coopérative a tenu à Québec sa 95e assemblée générale annuelle. Elle y a dévoilé ses résultats financiers pour son exercice terminé le 29 octobre 2016. Dans l'ensemble, elle a réalisé des ventes de 6,3 milliards $, comparativement à 5,99 milliards $ l'an dernier, ce qui lui a permis de déclarer une ristourne de 55 millions $ en 2016, soit 20 millions  $ de plus qu'en 2015.

«Nous sommes très satisfaits des résultats. C'est une année qui va passer à l'histoire», se réjouit Ghislain Gervais, président de la Coop fédérée. «Nous devons toutefois rester proactifs et vigilants face à la réalité d'un monde agricole en pleine mutation technologique. [...] Il faudra tirer pleinement avantage de notre portefeuille diversifié et équilibré.» Et pour arriver à nos fins, «nous n'aurons pas le choix comme organisation d'envisager une expansion à l'international d'ici trois à cinq ans. Nous avons déjà commencé à faire des choses en ce sens», poursuit celui qui est à la tête du premier groupe agroalimentaire au Québec, le deuxième au Canada. 

Pour la principale locomotive de la Coop fédérée, soit sa filiale Olymel S.E.C., qui a d'ailleurs enregistré les meilleurs résultats de son histoire avec des ventes de 3,16 milliards $, la mine d'or pour les prochaines années est l'Asie. Olymel brasse déjà des affaires, principalement dans le marché du porc, en Chine, aux Philippines, au Japon, en Corée et «bientôt» au Viêtnam.

«Nos ventes de produits à valeur ajoutée sont en progression en Asie. Ce qui est nouveau depuis quelques années, c'est la Chine qui est arrivée sur le marché et qui semble être là pour demeurer. La demande de la Chine est importante et cela a contribué à la bonne performance de l'entreprise», affirme le président-directeur général d'Olymel, Réjean Nadeau, lequel n'exclue par ailleurs pas la possibilité de dénicher des installations aux États-Unis.

Optimiste tout de même

Quant à l'impact que les décisions de M. Trump pourraient avoir, M. Nadeau demeure optimiste : «C'est certain que toute manoeuvre de protectionnisme pour une entreprise comme nous qui est tournée vers l'exportation, ce n'est pas une nouvelle positive», dit-il. «On exportait aux États-Unis avant l'ALENA, donc je pense qu'on va exporter après. Nous avons une capacité concurrentielle. Et bien sûr, nous allons appuyer les gouvernements pour conserver notre place sur les marchés», poursuit-il.

Pour la division agricole, les ventes nettes se sont élevées à 1,9 milliard $. Cette augmentation de 181 millions $ provient principalement de l'acquisition des actifs agricoles de Coop Atlantique, dans les maritimes, ainsi que de la prise de contrôle dans Sharpe's Soil Services Ltd, en Saskatchewan.

Quant à filiale BMR, qui a enregistré des ventes de 873,6 millions $, elle a réalisé «une contribution nette négative». Le ralentissement des mises en chantier dans le marché résidentiel a notamment pesé dans la balance pour le plus important groupe de quincailleries de propriété québécoise du Québec, avec ses 325 magasins.

Afin d'augmenter ses parts de marché, le Groupe BMR prévoit d'ailleurs prendre de l'expansion du côté de l'Ontario au cours des prochaines années. 

Pour la division énergies, rappelons que la Coop fédérée et Groupe Filgo ont fusionné le 1er juillet 2016 pour créer Énergies Songo inc. Pour les huit premiers mois de l'année - avant la transaction -, cette division a vu son chiffre d'affaires diminuer de 298,4 millions $ par rapport à l'exercice financier précédant, où il était de 600,8 millions $.

Fondée en 1922, la Coop fédérée représente plus de 90 000 membres regroupés dans près de 70 coopératives réparties dans plusieurs provinces canadiennes. Elle emploie plus de 12 500 personnes.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer