Québec veut revoir les normes du travail

Le premier ministre Philippe Couillard, entouré des ministres... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard, entouré des ministres Hélène David et Sébastien Proulx

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Rendez-vous national de la main-d'oeuvre n'a pas produit la solution miracle aux misères qui guettent les entreprises qui devront pourvoir près de 1,4 million de postes d'ici 2024, alors que la population en âge de travailler continuera de fondre comme neige au soleil.

L'événement, qui a réuni près d'une centaine de participants pendant deux jours, n'aura pas été un échec pour autant. Loin de là. 

Personne, autant dans le camp patronal ou syndical, ou encore dans le monde de l'éducation, n'a déchiré sa chemise à la sortie du Centre des congrès de Québec.

«J'ose espérer qu'il y aura une suite, car tout ça n'aura été qu'une opération de relations publiques», a tout de même cru bon de mentionner le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Daniel Boyer.

Mesures

S'il n'y a pas de solution miracle sur la table, le premier ministre Philippe Couillard a toutefois annoncé que des mesures seraient mises de l'avant au cours des prochaines semaines pour répondre à des besoins exprimés à l'occasion de cet exercice de concertation, qui a permis à tout un chacun d'y aller de ses propositions pour répondre aux défis du déclin démographique, de la formation des travailleurs et de l'intégration en emploi des immigrants.

«Au terme de l'exercice, nous arrivons avec des mesures qui sont attendues depuis très très longtemps», a déclaré Philippe Couillard qui, à titre de président du Rendez-vous national de la main-d'oeuvre, n'a pas raté une seule seconde des échanges entre les participants.

Il a décrit ces mesures comme «excessivement concrètes, précises, et qui seront financées».

Le budget que présentera très bientôt le ministre des Finances, Carlos Leitão, devrait permettre d'en savoir plus long sur les actions qui guideront le gouvernement en matière d'emploi et de formation. 

«M. [Carlos] Leitão a déjà dit qu'il y aurait un accent très fort sur la formation dans son budget», a indiqué le premier ministre, en précisant que des mesures autres que celles retenues ces deux derniers jours pourraient se retrouver dans le budget 2017-2018 du gouvernement du Québec.

Stratégie nationale sur la main-d'oeuvre

Parmi les mesures annoncées vendredi par Philippe Couillard, l'une a été reçue avec bonheur par les patrons. 

Québec veut élaborer avec ses partenaires une Stratégie nationale sur la main-d'oeuvre.  «Voilà la réponse la plus sérieuse aux nombreux défis qui nous attendent, alors que le marché du travail est en pleine mutation», a déclaré le président du Conseil du patronat, Yves-Thomas Dorval.

Par contre, les associations patronales grincent les dents lorsqu'ils entendent la ministre du Travail, Dominique Vien, annoncer qu'elle veut «revoir» la Loi sur les normes du travail. «Les temps changent et les milieux de travail évoluent à la vitesse grand V», a-t-elle plaidé, tout en indiquant qu'elle n'avait pas un échéancier coulé dans le béton. «Je veux faire le plus vite possible, le mieux possible et dans les meilleures conditions possible.»

Selon les patrons, «le gouvernement devra s'assurer d'avancer prudemment, visant des objectifs de résultats tournés vers davantage de flexibilité et de modernité, plutôt qu'une prescription de processus et de moyens mal adaptés à la réalité des entreprises.»

Pour sa part, le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau, se réjouissait de l'ouverture démontrée par le gouvernement pour apporter de l'amélioration dans la qualité de vie au travail des Québécois. 

Pour le monde syndical, l'adaptation de la Loi sur les normes du travail afin de mieux refléter les changements dans les milieux de travail est une bonne nouvelle. Les leaders syndicaux ont aussi réclamé l'adoption d'une loi-cadre sur la conciliation entre le travail, la famille et les études.

Parmi les autres mesures retenues par le gouvernement, notons celles-ci :

  • Un meilleur accompagnement des entreprises dans la gestion de la diversité et des ressources humaines;
  • L'élargissement de l'accès à la formation à temps partiel et l'accroissement de la mixité en formation;
  • L'accroissement de la capacité à démarrer des programmes d'études qui sont stratégiques pour le développement régional;
  • L'amélioration de l'agilité à adapter les programmes d'études;
  • L'accompagnement simplifié et soutenu des entreprises dans l'embauche et le maintien en emploi d'une main-d'oeuvre québécoise issue de la diversité;
  • La possibilité de développer et de mettre en oeuvre un guichet unique québécois pour la reconnaissance des compétences des Québécois issus de la diversité et formés à l'étranger;
  • L'accès unique aux services de francisation.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer