Le contexte géopolitique propice à une hausse des dépenses militaires, dit CAE

Aux États-Unis - où travaillent près du tiers... (Archives La Presse)

Agrandir

Aux États-Unis - où travaillent près du tiers de ses 8000 employés - CAE estime être en bonne posture pour tirer profit des promesses du président Trump de bonifier le budget de la défense américaine.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche et les bouleversements géopolitiques qui s'observent aux quatre coins du globe, le spécialiste québécois des simulateurs de vol et de la formation CAE s'attend à ce que les dépenses militaires poursuivent leur croissance.

«Nous sommes dans une situation unique que nous n'avons pas vue depuis la guerre froide», a lancé son président et chef de la direction, Marc Parent, mardi, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre, période au cours de laquelle l'entreprise a dépassé les attentes.

La Russie, le Moyen-Orient et l'Asie, pour des raisons différentes, contribuent également à la hausse des dépenses mondiales effectuées dans la défense, a-t-il souligné.

En dépit d'une légère baisse de ses revenus découlant du secteur de la défense et sécurité au dernier trimestre, CAE a décroché lundi un contrat de plus de 200 millions $ auprès d'Airbus pour la formation pour les 16 avions de recherche et de sauvetage militaires commandés au géant français par Ottawa à la fin de 2016. De plus, le mois dernier, l'entreprise montréalaise a obtenu des ententes totalisant plus de 1 milliard $ auprès de l'armée américaine et de l'Aviation royale canadienne.

Aux États-Unis - où travaillent près du tiers de ses 8000 employés - CAE estime être en bonne posture pour tirer profit des promesses du président républicain de bonifier le budget de la défense américaine.

«Cette nouvelle administration met beaucoup l'accent sur sa capacité à être prête à toute éventualité, a dit M. Parent. Nous constatons une augmentation des budgets militaires partout où nous sommes présents.»

De plus, parmi ses nombreuses critiques à l'endroit de l'OTAN, M. Trump a publiquement mis de la pression sur l'alliance militaire afin que ses 28 membres dépensent chacun l'équivalent de 2 % de leur produit intérieur brut pour la défense. Déjà, la semaine dernière, dans le cadre de sa visite à Washington, le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, avait laissé entendre que son gouvernement pourrait augmenter ses dépenses militaires.

Outre le contexte actuel, M. Parent estime que CAE est désormais mieux positionnée pour décrocher d'importants contrats militaires puisque l'entreprise, en plus de construire des simulateurs de vol, peut assurer de nombreux aspects entourant la formation.

«L'entreprise est capable de livrer la marchandise, a-t-il dit. Nous pouvons soumissionner sur des contrats dans lesquels on sous-traite la totalité (de la charge de travail).»

Au-delà des attentes

Pour le trimestre terminé le 31 décembre, CAE (TSX:CAE) a engrangé des profits nets de 69,3 millions $, ou 25 cents par action, en hausse de 21,8 %, alors que ses recettes se sont établies à 682,7 millions $, en progression de 10,8 %.

Abstraction faite des éléments non récurrents, l'entreprise a affiché un bénéfice ajusté de 69,6 millions $, ou 26 cents par action, contre 59,4 millions $, ou 22 cents par action, il y a un an.

Cette performance trimestrielle a répondu aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui tablaient sur un profit ajusté de 23 cents par action et sur un chiffre d'affaires de 666,6 millions $.

Par secteur, les revenus ont progressé de 23 % dans la division civile, à 412,8 millions $, mais ont fléchi de 4 %, à 412,8 millions $, du côté de la défense. Dans le secteur de la santé, le chiffre d'affaires a fléchi de 7,4 %, à 26,2 millions $.

Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, a noté que CAE avait abaissé ses prévisions dans son secteur de la santé, où les revenus devraient croître de moins de 10 %, alors que la prévision antérieure faisait état d'une augmentation supérieure à 10 %.

«Ceci étant dit, à notre avis, cela ne change pas le potentiel de cette division», tempère l'analyste dans une note envoyée par courriel, dans laquelle il souligne également le carnet de commandes record de 7,4 milliards $ à la fin du troisième trimestre.

M. Parent a attribué la performance du secteur de la santé à un ralentissement de l'octroi de contrats, ajoutant que la situation devrait être différente au quatrième trimestre.

À la Bourse de Toronto, l'action de CAE a clôturé à 18,99 $, en hausse de 17 cents.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer