Novik investit 3 M$ à Saint-Augustin

François Giroux, chef de la direction de Novik... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

François Giroux, chef de la direction de Novik

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En passant entre les mains d'un fonds d'investissement américain, Novik a profité d'une occasion de croissance méticuleusement bien calculée.

«En l'espace de trois ans, nous avons doublé - et même plus - nos ventes et nous estimons que nous pouvons les multiplier par deux une autre fois», affirme François Giroux, chef de la direction de l'entreprise de Saint-Augustin-de-Desmaures spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de revêtements extérieurs et de toitures faits en polymère. Des produits qui remplacent les matériaux classiques comme la pierre, la brique ou le bardeau.

Avant d'entrer dans le giron de la société américaine d'investissement Clearview Capital, Novik était une compagnie publique dont les revenus atteignaient 33 millions $CAN.

«Nous visons des ventes de l'ordre de 200 millions $US d'ici 2021», indique M. Giroux en annonçant au Soleil que la compagnie qui fait travailler 130 personnes vient d'investir 3 millions $ pour accroître la capacité de production de l'usine de Saint-Augustin. 

«Lorsque nous avons décidé de mettre l'entreprise en vente, nous nous sommes mis à la recherche d'un acheteur et nous avons déniché Clearview Capital. C'était le meilleur prétendant que nous pouvions trouver. Nous en étions convaincus au moment de la conclusion de la transaction, en février 2014, et nous le sommes encore plus aujourd'hui», constate François Giroux en soulignant que la vente d'une entreprise québécoise à une société étrangère n'est pas nécessairement une mauvaise nouvelle, contrairement à la croyance populaire.

Faut dire que la société d'investissement privé du Connecticut s'y connaît dans le domaine des matériaux de construction.

Elle avait contribué, il y a quelques années, à la croissance d'une PME américaine spécialisée, elle aussi, dans les revêtements. Clearview Capital avait investi massivement dans cette entreprise pour lui permettre d'atteindre des sommets de ventes. Elle l'avait ensuite revendu réalisant, du même coup, un retour important sur son investissement. Avec une partie de ce gain, les Américains ont acheté Novik avec l'idée de reproduire le même succès.

La transaction avait été évaluée à l'époque à 45 millions $CAN.

Mariage parfait!

Ayant trouvé l'actionnaire tant espéré, Novik a pu se donner les moyens de ses ambitions en faisant l'acquisition, l'été dernier, d'Exteria Building Products, une entreprise de Miami ayant la même taille qu'elle et évoluant dans un secteur similaire, celui de la fabrication de matériaux de revêtements composites.

Un mariage parfait.

L'expertise de Novik en fabrication.  Et la force d'Exteria en commercialisation.

À l'époque, Novik était présent au Canada, aux États-Unis, en Russie et au Japon. Au Canada, elle vendait ses produits directement aux consommateurs et aux professionnels de la construction. Au pays de l'Oncle Sam, les revêtements de Novik se trouvaient dans quelques commerces.

De son côté, Exteria Building Products faisait son pain et son beurre exclusivement avec les constructeurs d'habitations américains.

Aujourd'hui, les canaux de distribution de l'un et de l'autre ne font plus qu'un.

Novik a même été rebaptisé. Il faut dorénavant parler de Produits de construction Derby. Au Canada, ses produits continuent toutefois d'être commercialisés sous la marque de commerce Novik.

L'entreprise réalise actuellement 70 % de ses affaires aux États-Unis et 20 % au Canada. Éventuellement, elle devra ouvrir la machine à fond du côté de l'Europe et de l'Asie pour assouvir sa soif de croissance. François Giroux fait aussi remarquer que les yeux des actionnaires et des dirigeants demeurent ouverts et que d'autres acquisitions pourraient se concrétiser.

Seule ombre au tableau : la difficulté de recrutement, autant à Saint-Augustin qu'à Miami. «Là-bas, le taux de chômage est aussi sous la barre de 5 %», informe M. Giroux.

À l'usine de Saint-Augustin, ce dernier a 32 postes à pourvoir. «Je n'y arrive pas», se plaint-il. 

Est-ce que la situation pourrait éventuellement forcer les actionnaires à investir ailleurs qu'à Saint-Augustin?

«Évidemment, ils prennent tout ça en compte. Pour le moment, ils continuent de miser gros sur le Québec et sur la qualité de nos employés.»

Rappelons que Novik a été fondée en 1998 par Michel Gaudreau.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer