La fin pour les restaurants Brynd Smoked Meat

Le Soleil a tenté de contacter les trois... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le Soleil a tenté de contacter les trois succursales de Brynd vendredi, mais les lignes téléphoniques n'étaient déjà plus en service. L'avis de faillite révèle que le président de la compagnie devait environ 145 000 $ à ses créanciers.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Précurseurs de la viande fumée à Québec, les restaurants Brynd Smoked Meat ont fait faillite. Toutes leurs succursales sont désormais fermées.

Jusqu'à tout récemment, Brynd Smoked Meat gérait trois restaurants : un sur la rue Saint-Paul, dans le Vieux-Port, un dans Lebourgneuf et un autre sur la rue Maguire, dans Sillery. Le Soleil a tenté de contacter ces trois succursales vendredi, mais les lignes téléphoniques n'étaient déjà plus en service. 

L'avis de faillite, déposé en Cour supérieure le 25 janvier, révèle que le président de la compagnie, Bruno Vincelette, devait environ 145 000 $ à ses créanciers. La faillite est gérée par Bresse syndics et gestionnaires. 

Les restaurants Brynd Smoked Meat s'étaient forgé une réputation enviable au fil des années. Le premier restaurant a ouvert ses portes il y a 30 ans, en 1987, sur l'avenue Maguire. Les gens de Québec ont alors pu s'approprier le boeuf fumé servi entre deux tranches de pain de seigle, moutarde et cornichons inclus. 

Brynd a ensuite ouvert des succursales dans le Vieux-Port en 2009 et dans Lebourgneuf en 2012. En plus de servir de la viande fumée, les restaurants s'étaient lancés il y a deux ans dans les sandwichs à la viande effilochée. Avec son service de traiteur, Brynd employait environ 40 personnes à Québec. 

Il n'a pas été possible pour Le Soleil vendredi de parler aux copropriétaires Bruno Vincelette et Antoine Bujold. Camil Lacroix, président de la Société de développement commercial (SDC) Maguire, se désolait toutefois de cette fermeture. «C'est plate, parce que c'est une institution à Québec», a-t-il commenté. 

Un dur coup pour Maguire?

Brynd Smoked Meat demeurait toutefois un restaurait prisé sur l'avenue Maguire, selon M. Lacroix. Après la relocalisation du Cochon Dingue de Maguire, prévue pour l'automne 2017, est-ce un autre coup dur pour cette rue commerciale? «Je ne pense pas. On ne voit pas ça comme ça. On a 22 endroits pour manger sur la rue, il y a beaucoup de diversité», a commenté M. Lacroix. 

Des gens d'affaires cognent d'ailleurs déjà à la porte pour reprendre les locaux occupés par le Cochon Dingue, indique M. Lacroix. 

François Meunier, porte-parole de l'Association des restaurateurs du Québec (ARQ), indique pour sa part que malgré les fermetures, le monde de la restauration n'est pas dans un contexte de décroissance dans la capitale. L'ARQ calcule que les ventes réelles ont augmenté de 2 % à Québec en 2016. 

«Les restaurateurs n'ont pas de problème à avoir des clients. Mais le marché est très compétitif et ce qui est difficile, c'est d'être rentable», souligne M. Meunier.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer