M2S Électronique, une firme sans papier

«Tous les matins, à partir de mon tableau... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Tous les matins, à partir de mon tableau de bord, qui se lit sur une seule page d'écran, je connais exactement le rendement de chacun de nos 35 indicateurs de performance», explique le pdg Mario Marcotte.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Bien honnêtement, je ne me souviens pas de la dernière fois que je me suis penché pour ranger une feuille dans un classeur.»

Pas l'ombre de la trace d'un bout de papier sur le bureau du pdg de M2S Électronique, Mario Marcotte.

Seulement trois écrans d'ordinateur.

Le photographe du Soleil remarque la présence «suspecte» de trois ou quatre crayons. 

«Oups! J'ai dû les sortir pour prendre une note sur un Post-it», plaide-t-il pour sa défense.

Évidemment, le bac de récupération est vide.

Sur le plancher de production, pas de papier non plus. 

Devant chaque poste de travail, un ordinateur affichant les divers procédés de fabrication. Les dessins, les graphiques et les procédures d'opération sont consultés directement en ligne.

Inutile, donc, de chercher les manuels dans lesquels les explications essentielles pour la fabrication et l'assemblage des circuits électroniques. 

Des manuels d'instruction qu'il fallait, par ailleurs, constamment mettre à jour, car les ingénieurs trouvaient toujours de nouvelles façons de faire les choses. Comment s'assurer que les travailleurs aient toujours la version la plus récente sous la main?

En consultant les procédures d'opération sur l'un des 180 ordinateurs disponibles, l'employé est assuré d'avoir la version la plus récente sous la main. «Du même coup, nous minimisons les erreurs et les coûts de production», commente Mario Marcotte.

MS2 Électronique, une entreprise de Québec spécialisée dans la conception et l'assemblage de systèmes électroniques et électromécaniques intégrés, a commencé à sonner la fin de l'ère du papier dans ses murs en 2008.

Rares sont les entreprises manufacturières au Québec qui ont poussé aussi loin le concept du paperless, le système du sans-papier.

Même dans ses activités de commercialisation, l'entreprise n'utilise aucun PowerPoint, aucune brochure, aucun catalogue. 

«Je m'assois devant le client. J'ouvre mon portable. Nous nous rendons sur notre site Internet. Tout s'y trouve. Rien de plus simple», explique Mario Marcotte qui, régulièrement, est appelé à témoigner devant d'autres industriels pour leur expliquer en long et en large qu'il peut y avoir une vie sans papier dans une entreprise de fabrication.

Efficacité et transparence

Bien sûr, chez M2S Électronique, le développement durable est une préoccupation. La forêt québécoise lui lève son chapeau.

Oui, donc, à la réduction du gaspillage de la ressource forestière, mais oui, surtout, à la quête d'une meilleure efficacité tant en ce qui a trait à la gestion et aux opérations de l'entreprise qu'en ce qui concerne le partage accru de l'information stratégique en temps réel entre les 120 employés.

«Tous les matins, à partir de mon tableau de bord - qui se lit sur une seule page d'écran - je connais exactement le rendement de chacun de nos 35 indicateurs de performance», explique Mario Marcotte. «Le président du conseil d'administration et cofondateur de l'entreprise, Bertrand Saucier, ne m'appelle presque plus. Il a accès à distance à la même information que moi.»

Tout ce qui pouvait être mesurable a été informatisé chez M2S Électronique. Planification stratégique. Plan d'action annuel. États financiers mensuels et hebdomadaires. Chiffres de vente. Indicateurs de performance. Comptes rendus des réunions. Suivis de ces réunions.

Les experts en technologie d'information de l'entreprise ont bâti des outils de gestion automatisés qui agissent comme des passerelles entre les systèmes informatiques et le progiciel de gestion intégré (système ERP) de l'entreprise.

«J'ai toujours dit à mes employés que je ne voulais pas qu'ils perdent leur temps à compiler des chiffres et à émettre des résultats, mais plutôt qu'ils s'échinent à améliorer ces résultats.»

Les patrons de M2S Électronique ne gardent pas jalousement pour eux la montagne d'informations stratégiques. Les chiffres de vente du dernier mois ou le dernier rapport sur la rentabilité de la compagnie, par exemple, les 120 employés y ont accès aussi. 

«Une question de transparence», insiste le pdg en rappelant que depuis plusieurs années, M2S Électronique propose à tous ses salariés une politique de rémunération variable. Plus la compagnie parvient à atteindre ses objectifs, plus généreux seront les bonis accordés aux employés.

Ces derniers, signale Mario Marcotte, sont d'ailleurs les «propriétaires» des indicateurs de performance. Ils en établissement, en début d'année, les objectifs et déterminent les moyens pour les atteindre et, idéalement, pour les dépasser. «Mon travail, c'est bien souvent de baisser leurs objectifs. Souvent, ils sont plus exigeants que nous, les membres de la direction!» fait remarquer celui qui avoue «détester être un boss» et préfère jouer le rôle de coach auprès de ses travailleurs.

«Aujourd'hui, les travailleurs ne veulent pas avoir une job pour avoir une job. Indéniablement, ils veulent participer au succès de l'entreprise qui leur fait confiance. Ils veulent avoir leur mot à dire dans ses résultats», affirme-t-il, en disant croire que la démarche sans-papier, qui ne cesse de se peaufiner, contribuait à accroître la mobilisation des troupes.

Repositionnement rentable

Jadis, M2S Électronique était un sous-traitant en électronique.

Un repositionnement stratégique effectué il y a trois ans lui a permis d'accélérer sa croissance.

L'entreprise fondée en 1981 ne fabrique plus seulement des pièces électroniques pour ses clients qu'elle recrute dans les secteurs des transports, de l'énergie, des produits médicaux, de l'automobile et des contrôles de ventilation résidentielle et commerciale. Elle fait l'assemblage complet des systèmes électroniques et électrotechniques. 

«Nous sommes devenu un intégrateur. Nos clients, Bombardier par exemple, n'ont pas à aller cogner à la porte de trois ou quatre sous-traitants différents. Nous sommes en mesure de concevoir, de fabriquer et d'assembler son produit du début jusqu'à la fin», explique Mario Marcotte.

L'entreprise possède deux usines à Québec et des capacités de production en Chine et au Royaume-Uni.

«Bien honnêtement, je ne me souviens pas de la... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Croissance de près de 25 %

Les vents sont bons pour M2S Électronique ces dernières années.

«Depuis 2008, nous enregistrons une croissance annuelle moyenne de 10 à 15 %. Cette année, notre croissance devrait afficher près de 25 %», souligne le pdg. Il soutient que le repositionnement stratégique amorcé il y a trois ans et l'accroissement de la visibilité de l'entreprise ont contribué à l'augmentation du chiffre d'affaires, qui devrait s'établir à 19 millions $ à la fin du présent exercice financier.

Pour répondre aux exigences de cette expansion des affaires, M2S Électronique a recruté une vingtaine de nouveaux travailleurs au cours des six derniers mois. «Et laissez-moi vous dire que ce n'est pas une mince tâche dans une région, où le taux de chômage avoisine 4 %», insiste M. Marcotte.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer