L'aéroport bloque la vente d'un hangar à Chrono Aviation

Chrono Aviation exploite ce hangar à l'aéroport de... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Chrono Aviation exploite ce hangar à l'aéroport de Québec, où elle est présentement à l'étroit. Un projet d'un nouveau centre de service de 20 millions $ était dans les cartons du jeune transporteur aérien.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'aéroport de Québec a bloqué la vente du hangar d'Hélicoptères Canadiens à Chrono Aviation, qui voulait y transférer son siège social, son centre d'entretien, son école de pilotage et aménager un nouveau centre de services pour l'aviation d'affaires pour un investissement total de 20 millions $.

Chrono Aviation, jeune entreprise aérienne en forte croissance offrant des vols nolisés au Canada et vers les États-Unis, a déjà parlé publiquement de son intention d'investir massivement pour agrandir ses installations à Québec.

Deux antennes de NAV Canada, l'organisme chargé du contrôle aérien, se trouvent toutefois sur le terrain que l'entreprise reluquait. La société à but non lucratif Aéroport de Québec inc. (AQi), qui gère les terrains et les installations de l'Aéroport international Jean-Lesage, demandait du temps pour les transférer. 

Trop de temps au goût de Dany Gagnon, copropriétaire de Chrono, qui a fait une offre à Hélicoptères Canadiens pour sa bâtisse située sur la 6e Avenue de l'aéroport. Le fournisseur de transports par hélicoptères poursuit ses activités de nolisement et de maintenance à Québec, mais a fermé son école. Comme la demande pour les hélicoptères peut beaucoup varier en fonction des années, Hélicoptères Canadiens aimerait mieux être locataire que propriétaire. 

L'entreprise avait trouvé preneur pour son hangar en cours d'année 2016, mais l'acheteur s'est désisté. Chrono a donc repris la balle au bond aux mêmes conditions au début du mois de décembre. La vente du bâtiment - pour 1 million $, soit un peu moins que le prix de l'évaluation municipale - va de pair avec la cession du bail à long terme du terrain sur lequel il est érigé. Ce bail, signé en 2004, est bon pour 30 ans avec une possibilité de renouvellement de 10 ans. Le loyer tourne autour de 4,50 $ le mètre carré. 

Clause de reprise

Une clause permet toutefois à AQi de reprendre le bail si le locataire initial se retire. Ce qui vient d'être fait, à la grande surprise de M. Gagnon, puisque l'aéroport n'avait pas prévenu de ses intentions et devait empocher 170 000 $ grâce à la transaction. Selon les dernières informations parvenues au Soleil, l'aéroport voudrait racheter le hangar pour le remettre en vente par la suite. 

Le patron de Chrono Aviation comprend que c'est pour mieux relouer le terrain au taux des dernières années, soit autour de 10 $ le mètre carré. Et incidemment lui couper l'herbe sous le pied car les usages permis par le bail étaient nombreux. «Ils ont eu peur qu'on fasse mal à d'autres locataires», analyse Dany Gagnon. Chrono Aviation voudrait notamment se lancer dans la vente de carburant pour concurrencer AvJet, qui jouit d'une situation de monopole depuis 2014. 

Déménagement

Las des démarches qui traînent dans la capitale, M. Gagnon a décidé de mettre sur la glace ses projets de développement à Québec et de plutôt construire un nouveau hangar à l'aéroport de Saint-Hubert, dans la région mont­réalaise. L'investissement tourne autour de 10 millions $. 

«C'est une cinquantaine d'emplois que je crée à Saint-Hubert plutôt que Québec. Je n'aime pas ça, mais je ne peux pas mettre la croissance de l'entreprise en péril», dit-il. 

L'entrepreneur basera à Saint-Hubert le Dash 8-100 dont il a fait l'acquisition et dans lequel il investit 1,6 million $ pour qu'il devienne «le mieux équipé au Canada». L'appareil, qui peut transporter jusqu'à 37 passagers, sera opérationnel à partir du printemps. C'est là aussi qu'ira le premier jet de la compagnie, un Falcon 50, récemment acquis. 

Hélicoptères Canadiens n'a pas souhaité commenter le dossier puisqu'elle est maintenant en pourparlers avec l'aéroport pour la vente de sa bâtisse. 

Questionné une première fois avant les Fêtes sur le projet de Chrono Aviation, le directeur des communications de l'aéroport de Québec, Mathieu Claise, nous a répondu : «Par respect pour nos partenaires, par souci de confidentialité, mais aussi par mesure de précaution, nous ne commentons pas nos relations d'affaires avec nos partenaires sur le site aéroportuaire.»

Questionné une seconde fois après les Fêtes sur le retrait du bail d'Hélicoptères Canadiens, il a repris exactement la même formule en précisant que les baux sont inclus dans ces «relations d'affaires».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer