Coup de pouce de 85 M $US pour la commercialisation du «Viagra rose»

Le Dr Fernand Labrie espère que les ventes... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Dr Fernand Labrie espère que les ventes au Canada de l'Intrarosa, communément appelé le «Viagra féminin», puissent commencer avant la fin de 2017.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les événements se bousculent pour le Dr Fernand Labrie et sa société Endoceutics.

Moins de deux mois après avoir obtenu la bénédiction de la U.S. Food and Drug Administration (FDA) pour vendre sur le territoire américain son produit conçu pour traiter l'atrophie vaginale et la dysfonction sexuelle chez les femmes postménopausées - l'Intrarosa - Endoceutics décroche un prêt pouvant atteindre 85 millions $US provenant des coffres d'une firme d'investissement de Houston au Texas.

Avec des actifs sous gestion totalisant plus de 3 milliards $US, CRG investit principalement dans le secteur des soins de santé.

Joint par Le Soleil tout juste avant de monter à bord d'un avion en direction des États-Unis, le Dr Fernand Labrie a mentionné que ce coup de pouce financier permettra de lancer la commercialisation de l'Intrarosa - communément appelé le «Viagra féminin» - d'abord au pays de l'Oncle Sam, puis, éventuellement, au Canada. Une demande d'autorisation est actuellement à l'étude du côté de Santé Canada.

«Maintenant que l'Intrarosa a été accepté aux États-Unis, il faut le vendre. Il faut le produire», a indiqué le Dr Labrie en précisant que la commercialisation de sa découverte débutera à compter du mois de juin chez nos voisins du sud. 

Il se croise les doigts afin que les ventes de l'Intrarosa au Canada puissent commencer avant la fin de 2017.

Pour les autres marchés à travers le monde, le Dr Labrie a signalé que des pourparlers sérieux sont en cours avec des sociétés pharmaceutiques. 

La production du médicament - un ovule, pas un comprimé - a déjà débuté dans des usines aux États-Unis et au Mexique.

Comme il l'avait mentionné au Soleil au lendemain de l'obtention du feu vert de la FDA, le chercheur entrepreneur a répété qu'il tenait à ce que l'usine principale d'Endoceutics ait pignon sur rue à Québec. Elle pourrait commencer la fabrication des ovules et des applicateurs dans deux ans.

«Pour l'heure, notre priorité va à la production de l'Intrarosa afin d'amorcer le plus rapidement possible sa commercialisation. C'est pourquoi nous avons débuté nos opérations dans des usines aux États-Unis et au Mexique. Nous regardons aussi du côté d'un site de production déjà existant au Québec pour nous permettre d'accélérer la cadence au cours des prochains mois.» 

En entrevue avec Le Soleil, en décembre dernier, Fernand Labrie avait indiqué que le nombre d'employés d'Endoceutics - l'entreprise en compte actuellement une cinquantaine - pourrait atteindre «peut-être 200, peut-être 500 ou peut-être 1000» dans deux ou trois ans.

Marché de 32 millions de femmes

«Nous croyons que le Dr Labrie et l'équipe d'Endoceutics ont développé une solution avant-gardiste et sécuritaire pour les patientes aux prises avec les symptômes de la ménopause», a déclaré Luke Düster, l'un des hauts dirigeants de CRG, en rappelant que l'Intrarosa est le tout premier traitement approuvé par la FDA qui ne provoque pas les effets secondaires associés aux traitements à base d'estrogènes. 

Dans les faits, la particularité de l'Intrarosa repose sur le fait que les traitements à base d'estrogènes - qui déplaisent aux femmes - sont remplacés par la molécule DHEA (déhydroépiandrostérone) qui, selon les travaux d'Endoceutics, est la seule source d'hormones sexuelles chez la femme à partir de la ménopause. 

Selon la compagnie, 32 millions de femmes aux États-Unis souffrent d'atrophie vaginale qui cause, entre autres, la sécheresse vaginale et la douleur lors des ébats sexuels. À peine un million d'entre elles reçoivent des traitements à base d'estrogènes, car elles en craignent les effets secondaires.

Le développement de l'Intrarosa a nécessité des investissements de 265 millions $ sur une période d'une décennie.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer