Rona et St-Hubert ont marqué l'actualité économique

Voici quelques transactions ayant marqué la dernière année dans le monde des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Voici quelques transactions ayant marqué la dernière année dans le monde des affaires au Québec :

Rona succombe à l'offre de Lowe's

Plus de quatre ans après une première approche ayant provoqué une levée de boucliers, le numéro deux de la rénovation aux États-Unis met finalement la main, en février, sur le quincaillier fondé en 1939 pour 3,2 milliards $, incluant la dette. Deuxième plus important actionnaire de RONA à l'époque avec une participation de 17 %, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) accepte de déposer ses actions. La transaction suscite des inquiétudes, notamment chez plusieurs fournisseurs québécois, qui craignent de perdre un important client.

«Plusieurs gestes posés par la direction de RONA, comme la fermeture de magasins jugés non rentables, l'élimination des franchisés et le rachat d'actions ont eu pour effet de rendre l'entreprise plus attrayante pour un acheteur comme Lowe's», observe Yvan Allaire, président directeur du conseil d'administration de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques, sans toutefois présumer des intentions du dirigeant Robert Sawyer.

En plus de relancer le débat à l'Assemblée nationale sur la protection des sièges sociaux, cette vente suscite la controverse en raison du rôle qu'aurait eu Jacques Daoust sur la liquidation des actions de RONA détenues par Investissement Québec en 2014 lorsqu'il était ministre de l'Économie. Dans la tourmente, celui-ci finira par démissionner de son poste de ministre des Transports en août dernier, disant n'avoir rien à se reprocher.

St-Hubert devient ontarien

Moins de deux mois après la vente de RONA, c'est au tour d'un autre fleuron, les rôtisseries St-Hubert, de quitter le Québec. En mars, l'entreprise familiale qui a vu le jour en 1965 passe dans les mains de Cara - propriétaire des chaînes de restaurants Swiss Chalet, Harvey's, Kelsey's et East Side Mario's - pour 537 millions $. Le grand patron de St-Hubert, Jean-Pierre Léger, expliquera avoir tenté, en vain, de trouver un repreneur québécois.

«Il a refusé des offres québécoises et c'est particulier, souligne Louis Hébert, professeur de stratégie à HEC Montréal. Plein de gens étaient intéressés parce que c'était une belle marque. Mais le choix de le vendre à quelqu'un de l'extérieur, ça c'est vraiment particulier. Par contre, ça faisait un bon moment que l'entreprise n'avait pas une direction claire.»

Des pourparlers avaient eu lieu avec Investissement Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ. La CDPQ avait même présenté une offre avant d'apprendre à la dernière minute que St-Hubert était entièrement vendue à Cara.

De grosses bouchées pour Couche-Tard

La multinationale a une fois de plus été active au chapitre des acquisitions, autant au Canada qu'aux États-Unis. En mars, Couche-Tard rafle la part du lion, avec 279 dépanneurs et stations d'essence, des 497 sites vendus par la Pétrolière Impériale à cinq distributeurs. Puis, en août, l'entreprise établie à Laval réalise la plus importante acquisition de son histoire en mettant la main pour 4,4 milliards $US sur sa rivale texane CST Brands, qui compte 2100 établissements des deux côtés de la frontière, dont 533 sont coiffés de l'enseigne «Dépanneur du coin».

«L'année a démontré que l'entreprise avait un modèle et une stratégie supérieurs à ses concurrentes, estime M. Hébert. Elle a un modèle où l'exécution est effectuée d'une manière exemplaire à chaque étape.»

L'année 2016 aura également été le théâtre d'une sortie du fondateur et président du conseil Alain Bouchard, qui s'est inquiété pour l'avenir du contrôle de la multinationale advenant la disparition des actions à droits de vote multiple en 2021 en vertu d'une clause crépusculaire signée en 1995.

Le Québec inc. actif

Plusieurs autres sociétés québécoises ont acheté à l'étranger au cours de la dernière année dans le cadre de transactions qui ont peut-être moins retenu l'attention. Le brasseur Molson Coors a notamment mis la main sur les marques de Miller pour 12 milliards $US à l'automne. La compagnie de camionnage Transforce a allongé 558 millions $US pour acheter l'américaine Con-Way Truckload afin d'avoir un meilleur accès au Mexique. De son côté, Transat A.T. a accepté l'offre de 80 millions $CAN du géant allemand du tourisme TUI Group pour ses filiales en France et en Grèce. Le voyagiste québécois n'a jamais caché son intérêt à mettre le pied aux États-Unis en utilisant ce montant. Stingray a également continué d'être active avec quatre acquisitions. L'Industrielle Alliance a également racheté la firme de conseil HollisWealth des mains de la Banque Scotia, disant pouvoir devenir l'une des «plus grandes firmes-conseils non bancaires en gestion de patrimoine au Canada», avec des actifs sous gestion totalisant 75 milliards $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer