L'apprentissage passe par le plaisir

Charlie-Rose Rouleau, 9 ans, et Lily-Clara O'Grady, 6... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Charlie-Rose Rouleau, 9 ans, et Lily-Clara O'Grady, 6 ans, prennent la pose dans l'atelier de l'orthopédagogue Anik Bois.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis quelques années, dans le temps des Fêtes, l'orthopédagogue Anik Bois devait répondre aux parents à la recherche de jeux éducatifs pouvant les aider à poursuivre l'expérience d'apprentissage à la maison.

Cette année, elle a décidé de produire un guide comprenant 44 suggestions que l'on peut trouver sur son site Web (www.ecriteau.ca) sous l'onglet Jeux éducatifs pour consulter le document en ligne, ou le télécharger.

«Je voulais offrir des options autres que le papier et le crayon. Et surtout éviter les tablettes», avoue l'orthopédagogue en entrevue. Bien qu'elle estime qu'il existe des jeux éducatifs intéressants dans l'univers électronique, elle insiste sur le jeu en groupe, en famille, avec les parents ou sous la supervision d'un adulte. «La tablette, ose-t-elle affirmer, isole. Que l'enfant ait ou non un problème d'apprentissage, jouer ensemble comporte des avantages indéniables au plan cognitif.»

Elle illustre son propos en parlant des enfants qui la consultent au pavillon Saint-Louis-de-Gonzague de l'Académie Saint-Louis. «Lorsqu'ils ont un rendez-vous avec l'orthopédagogue, ce n'est pas une lourdeur. Au contraire, c'est une fête; ils sont heureux. Ce n'est pas une punition, mais une récompense.»

L'approche devrait être la même pour les devoirs à la maison en se servant du jeu comme source de motivation pour éviter la hantise des devoirs ou de l'école.

Or, son guide a été conçu dans l'optique de faire jouer l'enfant avec les parents. Sur la centaine de jeux qu'elle a testés en dehors du travail, ceux retenus devaient non seulement développer des habiletés scolaires, mais plus encore être attractifs et vraiment amusants. L'apprentissage doit nécessairement s'effectuer dans un contexte de plaisir, surtout pas devenir une corvée. Elle donne l'exemple d'un enfant qui n'aime pas lire : une lampe de poche pour la lecture sous la couverture, le contexte change et ce simple jeu augmente la motivation. Lire devient amusant !

Habiletés diverses

Plusieurs jeux s'adressent autant aux enfants en bas âge qu'aux adultes jusqu'à 99 ans, lance-t-elle. Il y a trois catégories : ceux touchant les habiletés du langage (lecture et écriture); les autres sur la résolution de problème, le raisonnement et les notions de mathématiques ; et le dernier groupe portant sur l'attention, la mémoire et les fonctions exécutives. Des adultes lui demandent même quels jeux pourraient les aider à entraîner leur mémoire.

Tout cela a été fait bénévolement sur quelque 200 heures pour la conception du guide, sans compter les nombreuses heures à tester et à évaluer la centaine de jeux. Tout cela à cause de sa passion, elle qui fut enseignante pour devenir orthopédagogue, profession qu'elle exerce depuis 12 ans. 

Quatre écoles et 2000 élèves ont reçu la brochure des choix de jeux cette année. Et, comme les professeurs voulaient organiser des ateliers en classe avec les jeux, la propriétaire des boutiques Castello, Marie-France Pageau, a équipé gratuitement les écoles avec des jeux retenus par Mme Bois. L'an prochain, d'autres écoles pourraient faire partie de la suite de l'expérience si la direction et les professeurs en font la demande.

L'apprentissage par le jeu, insiste Mme Bois, ne peut être qu'une approche gagnante parce qu'elle est stimulante. Le guide regroupe ses coups de coeur, des choix du guide des jouets du magazine Protégez-Vous et des produits québécois.

Une première expérience prenante et plaisante

Sur la table de travail de l'orthopédagogue Anik Bois, le jeu Match Madness était prêt à servir pour une expérience. Elle explique les règles et lance un défi au journaliste. 

Il faut reproduire une image sur une carte pigée au hasard avec les blocs que chacun a en main ; les mêmes blocs pour chaque joueur.

Tout un défi, car il faut un excellent sens de l'observation, des prises de décision rapides et bien comprendre le problème à résoudre. L'impatience n'est pas une alliée, surtout lorsqu'il faut réfléchir au changement de pièce pour réussir le casse-tête.

Les quatre faces des cinq blocs du joueur comportent deux symboles, différents ou identiques, sur un fond de couleur. Alors, il faut les tourner dans tous les sens, faire un choix, recommencer. 

Je me dis : si je déplace tel bloc, je perds cette icône, mais j'obtiens celle-ci. Où est rendu le cube avec les deux signes plus sur fond bleu ? Il m'en manque un pour gagner. Je ne peux pas finir sans lui. Le casse-tête était presque réussi. Je recommence le tableau par un autre chemin.

Pas évident pour une première expérience, mais c'est vraiment amusant et très prenant. 

Cette première partie avec une carte de niveau difficile s'est terminée par un verdict nul. Sinon, il aurait fallu une partie de l'après-midi. Nouvelle carte, un peu plus facile. La deuxième partie a été gagnée par l'orthopédagogue par une fraction de seconde. J'y étais presque, mais pas assez rapide.

Il est facile de comprendre que les enfants aient hâte de rencontrer leur orthopédagogue. Il développe leurs aptitudes et corrige leurs difficultés dans un contexte de plaisir. Ça ne peut que faire du bien.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer