Plastique Micron voit les choses en grand

Les sommes avancées à Plastique Micron par Investissement... (fournie par Plastique Micron)

Agrandir

Les sommes avancées à Plastique Micron par Investissement Québec et le Fonds de solidarité FTQ serviront à moderniser l'usine de Sainte-Claire.

fournie par Plastique Micron

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec Investissement Québec et le Fonds de solidarité FTQ dans son camp, Plastique Micron voit les choses en grand pour les prochaines années.

Entre autres, des investissements importants pour moderniser les équipements de son usine de Sainte-Claire située dans la région de Bellechasse.

Et, surtout, l'acquisition de deux à trois usines au Québec ou en Ontario au cours des cinq prochaines années qui pourrait faire grimper le nombre de travailleurs de Plastique Micron de 200 à plus de 300 et son chiffre d'affaires de 30 à 60 millions $.

Voilà le plan de match du manufacturier qui fabrique, bon an mal an, pas moins de 170 millions de contenants en plastique de médicaments, de cosmétiques et de produits de soins personnels. Un peu plus de 60 % des produits moulés par Plastique Micron sont destinés au marché canadien; le reste traverse la frontière en direction du nord-est des États-Unis.

Mardi, l'entreprise accueillait deux nouveaux actionnaires dans son giron : Investissement Québec et le Fonds de solidarité FTQ.

Dans les faits, avec une participation de 60 %, Investissement Québec et le Fonds de solidarité FTQ deviennent les actionnaires majoritaires de Plastique Micron. Bernard Poitras et Paul Desmarais, les deux principaux dirigeants de l'entreprise fondée en 1970, conserveront, pour leur part, une participation de 40 %.

Les parties n'ont pas voulu dévoiler le montant de la transaction.

De l'appétit pour la croissance

«En atteignant un chiffre d'affaires de 30 millions $, nous sommes arrivés à une sorte de croisée de chemins», explique Bernard Poitras en entrevue au Soleil en soulignant qu'à maintes reprises, ces dernières années, Plastique Micron avait repoussé les avances de fonds des investisseurs américains désireux de conclure une bonne affaire à Sainte-Claire.

La compagnie a encore de l'appétit pour de la croissance. Beaucoup d'appétit. 

La progression du chiffre d'affaires va se faire évidemment par le biais de la croissance organique, mais surtout par l'entremise d'acquisitions qui vont permettre à Plastique Micron d'augmenter la capacité de production, car elle est de plus en plus limitée à l'usine de Sainte-Claire. «Tout l'espace est occupé et nous ne caressons pas de projet d'agrandissement pour l'instant.» 

En janvier 2014, Plastique Micron avait réalisé une première acquisition en mettant le grappin sur une usine de 60 000 pieds carrés à Orangeville, en Ontario.

Plastique Micron a maintenant dans sa mire des entreprises de petite taille dans lesquelles elle implantera les façons de faire éprouvées à Sainte-Claire.

Capital «patient»

Or, pour faire des emplettes, ça prend de l'argent. Du «capital patient», comme l'appelle Bernard Poitras. «Nous ne voulions pas vider les équités que nous avons dans la compagnie dans des projets d'envergure et risquer de mettre en péril Plastique Micron», explique M. Poitras.

Des actionnaires «patients aux reins solides», Bernard Poitras et Paul Desmarais les ont trouvés en croisant Investissement Québec et le Fonds de solidarité FTQ sur leur chemin.

«Pour Investissement Québec, cette acquisition revêt une importance toute particulière, car elle contribue au maintien chez nous du siège social d'un manufacturier innovant, un leader nord-américain dans son secteur», a indiqué le pdg d'Investissement Québec, Pierre Gabriel Côté, par voie de communiqué de presse. 

«Grâce à l'expérience et à l'expertise de la direction et des employés de Micron, l'entreprise est en excellente position pour poursuivre sa croissance au cours des prochaines années», a ajouté le président et chef de la direction du Fonds de solidarité FTQ. «Cette croissance consolidera le siège social québécois de l'entreprise, au bénéfice de ses employés et de ses fournisseurs de biens et services aussi bien dans la région de la Chaudière-Appalaches que partout ailleurs au Québec.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer