Classification hôtelière: la guerre des étoiles

Un regroupement de propriétaires de petits hôtels -...

Agrandir

Un regroupement de propriétaires de petits hôtels - moins de 25 chambres - estiment que leur établissement ne devrait pas être évalué selon la même grille que les grands hôteliers.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans le coin gauche, des dizaines d'aubergistes à travers la province qui réclament leur propre catégorie d'hébergement. Dans le coin droit, l'Association Hôtellerie Québec (AHQ) qui clame que les critères d'évaluation pour l'obtention des étoiles doivent rester les mêmes pour tous. Au centre, le ministère du Tourisme qui propose comme solution la création d'une catégorie «d'hébergement volontaire».

Depuis quelques mois, un chantier a été mis sur pied par la ministre du Tourisme, Julie Boulet, pour étudier la possibilité de créer une nouvelle catégorie d'hébergement, visant principalement à aider les auberges. Cette mesure fait suite aux demandes en 2015 d'un regroupement de propriétaires de petits hôtels - moins de 25 chambres - qui estiment que leur établissement ne devrait pas être évalué selon la même grille que les grands hôteliers, comme les Hilton, Marriott ou Fairmont, lorsque vient le temps de distribuer de 0 à 5 étoiles. Ils affirment être désavantagés par le système de pointage actuel, qui bonifie la note pour entre autres la qualité des téléviseurs et la grandeur des chambres.

Pour l'AHQ, qui est présentement en pourparlers avec des responsables du Ministère afin de dénicher des pistes de solution, il est impensable de créer une catégorie d'hébergement à part ou même de revoir pour le moment les critères de classification. L'Association rappelle d'ailleurs que ces critères avaient été revus il y a quelques années afin qu'ils soient standardisés avec ceux internationaux. Cette mesure avait coûté quelques étoiles à certains hôteliers. 

«La nouvelle classification a permis de rehausser le niveau du parc hôtelier du Québec», indique au Soleil Xavier Gret, directeur général de l'AHQ. «Pour l'idée d'une classe volontaire [proposé par le Ministère], ce n'est pas quelque chose de souhaitable. On veut conserver nos standards qui sont reconnus à l'étranger. Si nous avons une classe sur une base volontaire, il faut se mettre à la place du client. Il risque d'y avoir deux établissements trois étoiles qui n'auront pas la même offre à travers la province. Les gens vont avoir du mal à s'y retrouver», poursuit-il.

Xavier Gret, directeur général de l'Association Hôtellerie Québec,... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Xavier Gret, directeur général de l'Association Hôtellerie Québec, s'oppose à la création d'une nouvelle catégorie d'hébergement, visant principalement à aider les auberges, comme le propose le ministère du Tourisme du Québec.

Photothèque Le Soleil

Tendre la main

Au lieu de créer une nouvelle catégorie d'hébergement, sous l'appellation auberges, comme le regroupement le demande, ou de revoir la grille d'évaluation, M. Gret propose plutôt au gouvernement provincial de tendre davantage la main aux hôteliers, entre autres en les accompagnant dans leur démarche de financement ou par un crédit d'impôt pour la rénovation des établissements.

«On ne demande pas nécessairement de l'argent au gouvernement. Il pourrait aider les hôteliers à avoir accès à des prêts garantis ou des prêts avec des taux préférentiels auprès des institutions financières. Le Ministère pourrait se porter garant des hôteliers», confie le dg, notant que les sommes permettraient aux propriétaires d'investir dans leur établissement afin d'augmenter leur nombre d'étoiles. «Si un hôtelier dans son modèle d'affaires ne veut pas de télévision, cela va lui coûter certains points, mais il peut en rattraper sur d'autres éléments», estime-t-il.

M. Gret, dont l'association compte 525 membres, s'inquiète aussi que la création d'une nouvelle catégorie pour les auberges ouvre la porte pour d'autres secteurs d'hébergement, comme les motels. 

«On est actuellement dans une sphère où on veut simplifier les choses pour le client... On comprend et on va aider les auberges dans leur démarche, mais pas avec une nouvelle catégorie. On pense que le problème pour les auberges est plutôt au niveau de la commercialisation. Il faut trouver des solutions pour les aider à commercialiser davantage leurs produits dans le pays et également à l'étranger», ajoute-t-il.

Du côté de l'Association des hôteliers de la région de Québec (AHRQ), la présidente, Michelle Doré, va dans le même sens que M. Gret. 

«Je suis contre la création d'une nouvelle catégorie. Je pense que l'aide pour les auberges passe par la commercialisation. Il faut trouver une façon de mettre en valeur notre réseau d'auberges et d'allonger la saison touristique pour que ces gens-là puissent vivre décemment», relate pour sa part celle qui est propriétaire de trois établissements hôteliers du Vieux-Québec, soit l'Hôtel Champlain, l'Auberge Place d'Armes et l'Hôtel Jardin Sainte-Anne.

Selon nos informations, la ministre du Tourisme espère faire une annonce avant 2017 pour aider les auberges. Au cours des dernières semaines, plusieurs rencontres ont eu lieu entre différents intervenants du milieu afin de se pencher sur la question.

D'ailleurs, une session de travail s'est tenue le 19 septembre dernier. Cette rencontre a permis d'élaborer une position de définition pour la catégorie Auberges : «Établissement où est offert de l'hébergement en chambres ou en suites, où le propriétaire exploitant participe à la vie active de l'établissement, entre 6 et 24 unités, offrant un service de petit-déjeuner et de souper composés notamment de produits du terroir, ainsi que des services de réception et d'entretien ménager quotidien», peut-on lire dans un document obtenu par Le Soleil.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer