Fédération des chambres de commerce du Québec: un processus à revoir

Le président-directeur général de la Fédération des chambres... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Stéphane Forget, croit qu'on devrait songer à revoir le processus pour entre autres consacrer plus de points aux entreprises locales qui soumissionnent.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Face à un contexte de croissance économique limité, le gouvernement québécois doit davantage accompagner les entreprises locales et miser sur celles-ci au cours des prochaines années, clame la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). Elle propose notamment de revoir la structure entourant les appels d'offres.

Actuellement, dans la majorité des cas, c'est le plus bas soumissionnaire qui remporte la mise. Afin d'épauler les entreprises du territoire et leur permettre de croître, le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget, croit qu'on devrait songer à revoir le processus pour entre autres consacrer plus de points aux entreprises locales qui soumissionnent. 

«Le gouvernement pourrait être un premier acheteur des innovations au Québec. Cela deviendrait une vitrine pour les entreprises. Elles pourraient par la suite aller sur la scène internationale et dire que l'État ou une municipalité a acheté leurs produits», affirme le pdg, de passage au Soleil, notant que ce point avait été discuté lors de la première édition des Journées économiques de la FCCQ, cette semaine, à Québec. «Il y a une réflexion à se faire sur comment les marchés publics peuvent aider les petites entreprises à se développer et à vendre leurs produits», poursuit-il.

Cette mesure a d'ailleurs été adoptée d'une certaine façon par la Ville de Québec dans sa Stratégie de développement économique. Une partie du programme, dans l'axe baptisé Innovation et créativité, propose aux entreprises de la région d'utiliser les activités ou les infrastructures de la Ville pour tester ou promouvoir leurs services et produits innovants. La Ville comptait cet été une vingtaine de projets de vitrine technologique.

Pour soutenir le développement des entreprises, M. Forget demande également de nouveau au gouvernement d'accélérer le processus entourant l'obtention des différents permis. Il cite en exemple le cas du projet de 382 millions $ de FerroAtlántica à Port-Cartier. La compagnie souhaitait construire une usine de silicium, mais a dû attendre des mois avant d'obtenir les autorisations, délivrées par Québec. Elle a finalement choisi en 2015 d'abandonner le projet pour différentes raisons. 

«Il y a des projets qui ne se réalisent pas parce que c'est trop long. On perd certainement des opportunités d'affaires», déplore M. Forget. «C'est pourquoi on réclame un allègement réglementaire administratif, le moins de paperasse possible. Et il faut accélérer tous les permis d'autorisation qu'ont besoin d'avoir les entreprises pour réaliser un projet ou pour se développer. La machine administrative n'est pas assez rapide. [...] L'État doit être plus efficace et répondre plus vite aux attentes et aux besoins des compagnies.»

Rôle d'accompagnateur

Par ailleurs, au cours des prochaines années, le gouvernement devra accroître son rôle d'accompagnateur auprès des entreprises, estime le pdg. Il stipule que le marché du Québec est «limité» et que les entreprises devront se tourner vers de nouvelles destinations pour brasser des affaires et conserver une bonne santé financière. Actuellement, environ 45 % du PIB québécois est lié à l'exportation. 

«Les entreprises ne cherchent pas un État subventionnaire, mais plutôt un accompagnateur dans leur croissance», relate M. Forget, rappelant l'importance des ententes de libre-échange. «L'État peut aider les compagnies via ses moyens fiscaux, mais également en ouvrant d'autres marchés», comme c'est le cas avec la signature de l'Accord économique et commercial global (AECG) par le Canada et l'Union européenne. «L'État doit aider les entreprises à définir les bons marchés, s'assurer que leurs produits soient homologués correctement et les intéresser aux autres marchés à travers la planète en leur ouvrant des portes via nos délégations et l'appui des experts d'Export Québec», ajoute-t-il, notant que plusieurs compagnies ne savent même pas actuellement que le Canada possède une entente de libre-échange avec la Corée du Sud.

La FCCQ, qui regroupe les 140 chambres de commerce au Québec, représente plus de 60 000 entreprises.

Les défis des entreprises du Québec

Besoin de main-d'oeuvre

La rareté de la main-d'oeuvre donne bien des maux de tête à certaines entreprises du Québec. L'an dernier, pour une première fois dans la province, il y a eu plus de gens sortis du marché du travail que de nouveaux travailleurs, indique au Soleil le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget, lequel ne cache pas être préoccupé par cette situation. «C'est un enjeu. Il y a des régions où c'est un problème criant, notamment dans Chaudière-Appalaches. [...] Globalement, nous avons un défi démographique et on pense que la manière de le combler est d'avoir une immigration plus économique», dit-il. Le pdg souhaite que le gouvernement continue son travail pour avoir une immigration en adéquation avec les besoins en main-d'oeuvre. Afin de combler les vides laissés par les nombreux départs à la retraite, il affirme que l'État devra également miser davantage sur la formation des gens. «Cela passe avant tout par la valorisation de la formation professionnelle et technique», relate M. Forget.

Relève d'entreprise

La population québécoise est vieillissante, les entrepreneurs aussi. L'un des défis majeurs auxquels sont confrontées plusieurs petites et moyennes entreprises est de trouver un entrepreneur qui reprendra les rênes de leur compagnie. «Il faut modifier les mesures fiscales pour le transfert d'entreprise», réitère le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget. «Bien souvent, aujourd'hui, comme entrepreneur, c'est plus rentable de vendre à une autre personne que de faire un transfert [notamment à un membre de sa famille]», poursuit-il. Dans son budget de 2015, Québec a apporté des modifications à ses mesures fiscales et «c'est maintenant au tour du gouvernement fédéral», demande M. Forget. «Je pense aussi que le gouvernement du Québec pourrait avoir des mesures additionnelles pour favoriser le transfert d'entreprise dans une famille ou à des employés en place.» Si on ne tient pas compte de la planification fiscale qui peut amoindrir le choc, il en coûte actuellement entre 250 000 $ et 300 000 $ de plus en impôt lorsqu'une personne transfère sa compagnie à ses enfants. 

Libre-échange

Pour le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget, les ententes de libre-échange sont «extrêmement importantes» pour l'économie québécoise. Durant sa campagne, le futur président des États-Unis, Donald Trump, avait remis en question certains accords commerciaux, comme l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et le Partenariat transpacifique (PTP). «On est préoccupés, car ce [l'objectif de Trump] n'est pas clair, actuellement», concède M. Forget, qui estime toutefois que la réalité économique rattrapera le magnat de l'immobilier. «Chaque jour, 10 millions d'Américains se lèvent et vont travailler, car il y a une entente avec le Canada. Il y a 35 États américains dont le premier partenaire commercial est le Canada.» Pour le Partenariat transpacifique (PTP), le pdg estime que les dommages sont moins importants. «Ce dernier n'était pas encore ratifié. Mais 

il faut que le gouvernement s'assure que les ententes de libre-échange fonctionnent bien et qu'on en développe de nouvelles», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer