L'équité salariale... 20 ans plus tard

Lors de l'entrée en vigueur de la loi... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Lors de l'entrée en vigueur de la loi en 1997, l'écart salarial entre les hommes et les femmes dans la Belle Province était de 15,8 %, rappelle la Commission des normes de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). «En 2015, cet écart s'était rétréci à 9,9 %», indique la CNESST en rappelant qu'il restait encore du travail à accomplir.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans une rare unanimité, l'Assemblée nationale adoptait, le 21 novembre 1996, la Loi sur l'équité salariale.

Lundi, les syndicats du secteur public québécois ont souligné l'événement en rappelant, comme l'indique Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN, «que la législation avait contribué à réduire les écarts de salaire entre les femmes et les hommes et à reconnaître la valeur du travail des femmes».

Lors de l'entrée en vigueur de la loi en 1997, l'écart salarial entre les hommes et les femmes dans la Belle Province était de 15,8 %, rappelle la Commission des normes de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). «En 2015, cet écart s'était rétréci à 9,9 %», indique la CNESST en rappelant qu'il restait encore du travail à accomplir. 

«Encore aujourd'hui, plusieurs des éléments qui caractérisent le marché du travail québécois confirment la pertinence de la loi. Soulignons notamment la constance de la prédominance sexuelle de nombreux emplois et la persistance de l'écart salarial entre les femmes et les hommes.»

Les syndicats jugent, eux aussi, que la partie n'est pas gagnée. 

«Seulement 24 % des entreprises regroupant 80 % de la main-d'oeuvre québécoise sont assujetties à la loi. C'est donc 76 % des entreprises établies au Québec - représentant 20 % de la main-d'oeuvre - qui ne sont pas visées parce qu'elles n'atteignent pas le nombre de 10 salarié(e)s requis», fait remarquer Francine Lévesque qui réclame des modifications à la loi qui doit d'ailleurs faire l'objet d'une révision en 2019.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) a mené une bataille, au cours des dernières années, pour faire en sorte que les employeurs tiennent compte des changements survenus dans les emplois de plusieurs professionnelles et techniciennes dans l'évaluation de leur emploi. À la suite de plaintes devant la Commission sur l'équité salariale, des catégories de travailleuses ont pu obtenir des correctifs salariaux.

«Temps de régler»

«Des plaintes déposées en 2011 au nom des audiologistes, des diététistes-nutritionnistes, des hygiénistes dentaires, des orthophonistes et des physiothérapeutes, entre autres, sont toujours à l'étape de la conciliation avec l'employeur», a indiqué la présidente de l'APTS, Carolle Dubé. «Il est plus que temps de régler. Le gouvernement doit nous soumettre une proposition acceptable au lieu de faire traîner le dossier en longueur.»

Même chose dans le cas des enseignantes qui font valoir que leur tâche s'est accrue au fil des ans. Leur salaire, lui, n'a pas suivi la courbe.

Plus de 5300 plaintes ont été déposées dans le cadre de l'exercice du maintien 2015 de l'équité salariale.

«La tâche des enseignantes et enseignants s'est grandement complexifiée dans les dernières années, par exemple avec les nombreux plans d'intervention, les outils et le matériel accompagnant les élèves en difficulté», souligne Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement. «On peut penser aussi à l'ajout dans le quotidien des nouvelles technologies de l'information ou encore à l'application des différents plans gouvernementaux et des multiples ententes découlant d'une gestion axée sur les statistiques.»

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Faim de meilleurs revenus

    Brigitte Breton

    Faim de meilleurs revenus

    ÉDITORIAL / Le salaire minimum, les prestations d'aide sociale, les pensions de vieillesse et le soutien de nos gouvernements aux plus démunis... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer