Exclusif

Chute de l'emploi dans les secteurs public et parapublic québécois

En plus des employés à temps plein, ceux... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En plus des employés à temps plein, ceux travaillant à temps partiel et d'autres, l'État québécois employait 584 216 «personnes réelles» le 31 mars dernier, contre 591 823 un an plus tôt.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le nombre de salariés de l'État québécois a chuté de façon significative depuis le 1er janvier 2015. Québec emploie près de 9500 «équivalents temps complet» (ETC) de moins qu'à ce moment-là, selon des données inédites obtenues par Le Soleil.

En 18 mois, soit de janvier 2015 à juin 2016, le nombre d'ETC est passé de 495 014 à 485 690. Ce portrait est celui qu'a obtenu le Conseil du trésor en englobant la fonction publique et les réseaux de la santé et de l'éducation.

Ceux qui déploraient depuis des années voir les secteurs public et parapublic québécois prendre du poids se réjouiront de cette glissade. A contrario, ceux qui estiment qu'une baisse des effectifs nuit à la qualité des services publics s'en désoleront.

Ce dénombrement découle de l'adoption, en décembre 2014, de la Loi sur la gestion et le contrôle des effectifs des ministères, des organismes et des réseaux du secteur public, ainsi que des sociétés d'État - c'est son nom.

Un oubli...

À leur arrivée au pouvoir, le premier ministre Philippe Couillard et le président du Conseil du trésor d'alors, Martin Coiteux, avaient annoncé avec tambours et trompettes qu'on saurait désormais avec précision combien de personnes l'État québécois fait travailler.

Les portraits seraient trimestriels, avait précisé M. Coiteux, ce qui allait permettre de suivre en «temps réel» l'évolution des effectifs. Or, étrangement, ces portraits, tout aussi essentiels devaient-ils être, ont cessé d'être réalisés ces derniers mois. Un oubli, semble-t-il.

Le Soleil a adressé une demande au Conseil du trésor en début de semaine dernière afin de pouvoir faire le point sur la situation des effectifs de l'État québécois. Les dernières informations mises en ligne sur le sujet par ce ministère dataient de plusieurs mois.

Le Soleil a reçu les dernières données jeudi. Puisque rien n'avait vraiment été fait depuis quelque temps, il a fallu que des fonctionnaires appellent notamment dans les réseaux de la santé et de l'éducation pour rassembler les chiffres et les colliger.

Mécontent

Le cabinet de l'actuel président du Conseil du trésor, Carlos Leitão, s'est montré mécontent d'apprendre que le dénombrement des effectifs n'avait pas été effectué comme prévu ces derniers mois.

Les toutes dernières données devraient apparaître sur le site du Conseil du trésor d'ici quelques heures, si ce n'est déjà fait.

Si l'on compte, en plus des employés à temps plein, ceux travaillant à temps partiel et d'autres, l'État québécois employait 584 216 «personnes réelles» le 31 mars dernier, contre 591 823 un an plus tôt.

C'est en convertissant le total du nombre d'heures rémunérées en «équivalent temps complet», sur une base de 35 heures de travail par semaine, que le Conseil du trésor a établi que le nombre d'ETC était de 485 690 en juin dernier; soit, précisément, 9324 de moins que 18 mois plus tôt.

Moins d'enseignants et plus d'infirmières

En juin 2016, l'État québécois avait à son emploi 168 infirmières de plus et 639 enseignants de moins qu'en juin 2015 - toujours en «équivalents à temps complet». Si l'on compare un tableau courant du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015 à un autre allant de juillet 2015 à juin 2016, on s'aperçoit que le nombre d'ETC a chuté chez le personnel d'encadrement (il est passé de 26 924 à 25 523), qu'il a glissé chez le «personnel professionnel» (de 76 434 à 75 700), qu'il a légèrement augmenté chez le personnel infirmier (de 63 840 à 64 008), baissé chez le personnel enseignant (de 75 468 à 74 829), culbuté chez le «personnel de bureau, techniciens et assimilés» (de 188 715 à 184 790), crû chez les agents de la paix (de 10 887 à 11 040), décru chez les «ouvriers, le personnel d'entretien et de service» (de 48 142 à 47 401) et un peu fondu dans le groupe des étudiants et stagiaires (de 2546 à 2399).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer