Air Canada prête pour l'arrivée de transporteurs à rabais

Des avions d'Air Canada à l'aéroport Pierre E.... (Photothèque La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Des avions d'Air Canada à l'aéroport Pierre E. Trudeau de Montréal en mars 2016

Photothèque La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Air Canada se dit prête à affronter de nouveaux transporteurs à rabais au pays, mais s'oppose à l'empressement d'Ottawa à changer les règles en place afin d'accélérer l'arrivée de deux rivaux potentiels.

Son président et chef de la direction, Calin Rovinescu, s'est dit prêt lundi à «prendre les moyens nécessaires» pour s'assurer que le transporteur aérien établi à Montréal demeure concurrentiel tout en y allant d'une critique à l'endroit du gouvernement Trudeau.

«Nous n'apprécions pas vraiment que les règles ne soient pas les mêmes pour tous en ce qui a trait aux exemptions», a-t-il dit au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre, où Air Canada a largement dépassé les attentes en affichant une croissance marquée de ses profits et revenus.

«S'il y a des changements réglementaires, nous nous attendons à ce que tous puissent en profiter de la même façon», a ajouté M. Rovinescu.

Celui-ci faisait référence à l'annonce effectuée la semaine dernière par le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, qui prévoit que les sociétés internationales pourront bientôt posséder 49 pour cent des intérêts d'une compagnie aérienne au Canada, alors que ce plafond est fixé actuellement à 25 pour cent.

En attendant l'adoption d'une nouvelle loi au Parlement, les compagnies Canada Jetlines et Enerjet pourront immédiatement se prévaloir de ces nouveaux critères en matière de propriété étrangère.

Le président et chef de la direction de Canada Jetlines, Jim Scott, a déjà estimé que ces changements permettront à la compagnie de Vancouver de lancer son service l'été prochain. L'entreprise prévoit investir ce marché avec, d'abord, deux appareils loués, pour bâtir par la suite, en huit ans, une flotte de 40 avions - le transporteur envisagera alors l'acquisition d'appareils de la CSeries de Bombardier (TSX:BBD.B).

Dans plusieurs marchés, Air Canada (TSX:AC) rivalise déjà avec des transporteurs à rabais, alors qu'au Canada, ses principaux concurrents sont WestJet (TSX:WJA), Transat AT (TSX:TRZ) ainsi que Sunwing, notamment.

M. Rovinescu n'a pas fermé la porte à la possibilité d'élargir l'étendue du service du transporteur à rabais Air Canada Rouge, notamment au Canada, ce qui pourrait permettre à la société de réduire ses coûts.

La direction d'Air Canada dit étudier les changements proposés la semaine dernière par le gouvernement Trudeau, mais tout comme WestJet, elle désire voir les autorités fédérales donner un coup de pouce à l'industrie aérienne en réduisant entre autres les frais aéroportuaires.

M. Rovinescu n'est pas contre la privatisation des aéroports canadiens, à condition que les transporteurs aériens puissent réaliser des économies dans le but de les refiler aux consommateurs.

«Nous sommes beaucoup plus concurrentiels que dans le passé, a-t-il dit. Advenant des changements aux règles, nous croyons pouvoir le demeurer.»

Bénéfice net de 768 M$

Au troisième trimestre terminé le 30 septembre, Air Canada a engrangé un bénéfice net de 768 millions $, ou 2,74 $ par action, comparativement à 437 millions $, ou 1,48 $ par action, à la même période en 2015.

Cette performance s'est reflétée sur l'action de l'entreprise, qui, en avant-midi, à la Bourse de Toronto, s'envolait de 7,45 pour cent, ou 89 cents, pour se transiger à 12,83 $.

En excluant les éléments non récurrents, le transporteur aérien a affiché un bénéfice de 821 millions $, ou 2,93 $ par action, en hausse de 11,8 pour cent, alors que ses revenus ont grimpé de 10,7 pour cent pour s'établir à 4,45 milliards $.

«Nous avons été en mesure d'afficher ces résultats en dépit d'une économie mondiale morose», a souligné M. Rovinescu.

Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient sur un profit ajusté par action de 2,55 $ ainsi qu'un chiffre d'affaires de 4,29 milliards $.

Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, a souligné, dans une note, que la croissance des revenus était essentiellement attribuable à l'expansion du réseau d'Air Canada à l'international.

«L'élément à retenir est l'augmentation significative de 20,9 pour cent de la capacité, même si cela n'était pas inattendu», écrit l'analyste.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer