Le lithium, un «pétrole blanc» convoité

Le grand patron de l'entreprise, Guy Bourassa, estime... (Collaboration spéciale Fanny Lévesque)

Agrandir

Le grand patron de l'entreprise, Guy Bourassa, estime que Nemaska deviendra le plus grand producteur d'hydroxyde de lithium de qualité batterie, en fournissant de 40 à 45 % de l'approvisionnement mondial d'ici cinq ans.

Collaboration spéciale Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Le marché du lithium a le vent dans les voiles. L'appétit grandissant pour le métal appelé «le pétrole blanc» pourrait bien propulser la demande de 400 % d'ici les quatre prochaines années.

L'usine hydrométallurgique de Nemaska Lithium à Shawinigan.... (Nemaska Lithium) - image 1.0

Agrandir

L'usine hydrométallurgique de Nemaska Lithium à Shawinigan.

Nemaska Lithium

L'explosion du secteur des piles et batteries, comme le stockage d'énergie, n'est pas étrangère à la croissance anticipée de la demande en lithium sur le marché mondial. Cinq joueurs de l'industrie du lithium ont d'ailleurs joint dans la dernière année le top 100 des juniors miniers cotés à la Bourse de croissance de Toronto. 

Un signe qui ne ment pas, selon l'associé et leader du secteur minier pour le Québec chez PricewaterhouseCoopers (PwC), Nochane Rousseau. «Avant, il y en avait un; maintenant, il y en a cinq. C'est une croissance de 500 %», souligne-t-il. PwC s'est inspiré de cette tendance pour l'analyser davantage dans une publication parue au début du mois. 

Nemaska Lithium, dont le projet est situé au Québec, est l'une des sociétés qui se démarquent le plus au Canada, indique M. Rousseau avec une capitalisation boursière qui «a explosé» pour atteindre en date d'aujourd'hui 410 millions $. La minière a même migré vers la «grande Bourse de Toronto pour attirer des investisseurs institutionnels». 

L'entreprise, qui a dans sa mire l'exploitation d'une mine à ciel ouvert et souterraine de lithium à 300 kilomètres de Chibougamau, a tout ce qu'il faut pour prendre sa place parmi la poignée de producteurs qui existe sur l'échiquier de la planète, affirme l'expert. «Il y a 100 projets en développement au monde et Nemaska est l'un des plus avancés.»

L'une des particularités du projet minier, c'est que le traitement du lithium se fera aussi en sol québécois, depuis l'usine de Shawinigan. «Nemaska pourra profiter du faible coût de l'hydroélectricité et du gaz naturel, c'est un impact concurrentiel important. [...] L'enjeu n'est pas nécessairement d'avoir la mine de lithium», avance-t-il. «C'est plutôt d'avoir la technologie pour procéder au traitement et Nemaska a sa propre technologie brevetée.» Si bien que le grand patron de l'entreprise, Guy Bourassa, estime que Nemaska deviendra le plus grand producteur d'hydroxyde de lithium de qualité batterie, en fournissant de 40 à 45 % de l'approvisionnement mondial d'ici cinq ans.

Le marché du «pétrole blanc» 

Pour l'heure, le lithium est essentiellement utilisé dans la composition de céramique, de verre, de polymères et d'alliance, mais la grande demande future proviendra de l'émergence des secteurs de l'électrification des transports et du stockage d'énergie, comme pour des équipements mobiles, cite M. Rousseau. 

«Ça crée une demande vraiment importante», dit-il, mentionnant entre autres la construction d'une «giga factory» de fabrication de batteries à la technologie lithium-ion au Dakota et de sept autres usines du même type en Chine. «Ça démontre tout l'appétit qu'il va y avoir pour ce minerai-là», illustre l'associé chez PwC. 

«On est moins témoin de ça au Québec à cause de l'hydroélectricité, mais dans d'autres régions du monde, on se tourne beaucoup vers des énergies vertes.» Pour l'heure, quatre grands joueurs «contrôlent» l'offre mondiale du «pétrole blanc» ce qui a pour effet de maintenir les prix «extrêmement élevés». Le coût du lithium a même triplé en un an. 

Difficile de l'estimer par contre parce que le métal est vendu par contrat de gré à gré entre le producteur et l'acheteur. Ce qui sera déterminant pour la suite, souligne M. Rousseau, «c'est lesquels des 100 nouveaux joueurs suivront assez longtemps pour bâtir des projets rentables et quel sera l'incident de l'offre additionnelle sur les prix». 

Au Québec seulement, sept projets, dont celui de Nemaska Lithium, sont sur les planches à dessin, selon PwC.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer