Chris Hadfield: se lancer en affaires comme dans l'espace

L'astronaute Chris Hadfield a donné une conférence, vendredi,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'astronaute Chris Hadfield a donné une conférence, vendredi, aux futurs entrepreneurs de la Jeune Chambre internationale.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Se propulser dans l'espace à l'aide de «deux cylindres métalliques remplis de carburant» - de véritables bombes - était une idée, à la base, «absolument stupide». Mais l'Homme l'a fait et peut maintenant s'exiler en orbite, rappelle l'astronaute Chris Hadfield. Se lancer en affaires n'est pas si différent, a-t-il illustré vendredi devant les futurs entrepreneurs de la Jeune Chambre internationale (JCI).

«Ces deux gros cylindres métalliques ne pouvaient être plus stupides», a répété le coloré colonel ontarien. «Une fois que vous les allumez, vous ne pouvez plus les éteindre. Vous n'aurez jamais vu une aussi grosse chandelle romaine [un type de feu d'artifice] de votre vie. Et quand vous les mettez en marche, vous êtes [propulsés] quelque part, ça, c'est certain.» 

La touche d'humour de Chris Hadfield a rapidement conquis les centaines de délégués internationaux de la JCI réunis depuis une semaine au Centre des congrès de Québec. Tout ouïe, ils ont été entretenus pendant un peu plus d'une heure par le populaire astronaute sur le thème du leadership. Et l'invité le leur a bien rendu, racontant ses expériences avec efficacité, candeur et photos prises lors de son séjour de cinq mois à bord de la Station spatiale internationale, début 2013. 

L'essentiel de son message était d'inviter les jeunes entrepreneurs à oser, à se lancer dans le vide et à ne pas avoir peur de mettre la barre très haut. «Si on suit seulement la route facile, peut-être que ce sera une vie plate. Pour une vie intéressante, c'est toujours nécessaire de prendre les risques. Je suis le produit de ça», a résumé M. Hadfield aux journalistes avant son allocution. «Ce n'est pas facile de faire ça et c'est typique d'avoir peur de le faire. Mais en même temps, c'est possible.»

Collectionnant distinctions, médailles et honneurs, Chris Hadfield dit se reconnaître partout où il livre ses discours. Que ce soit dans les écoles primaires ou devant de jeunes diplômés de l'université, il voit la même peur, les mêmes craintes qui l'habitaient en début de carrière. «On peut trouver une solution aux problèmes et si je peux donner un exemple de ça, peut-être que ce sera possible pour eux aussi [d'aller au bout de leurs idées].» 

Ses cinq mois passés en orbite autour de la Terre alimentent en bonne partie son propos. Il affirme y avoir puisé une dose d'optimisme et de patience pour le futur de la planète. «Si c'est possible de faire un tour de la Terre en 92 minutes, alors nous sommes tous ensemble. C'est juste une question de perspective», a-t-il exprimé, croyant en un avenir de paix. «Il y a des îles de paix sur cette planète. [...] Nous sommes tous voisins.»

Hymne national

Par ailleurs connu pour ses talents de musicien, dont son unique reprise de la pièce Space Oddity de feu David Bowie, Chris Hadfield a été interrogé du champ gauche sur les Nordiques de Québec. 

À savoir s'il gratterait sa guitare pour interpréter l'hymne national lors d'un éventuel retour du Fleurdelysé dans la capitale, il a répondu qu'il accepterait volontiers, même s'il est un fan indéfectible des Maple Leafs de Toronto.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer