Les secteurs négligés dans la région de Québec

L'apport économique du secteur du commerce de détail... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'apport économique du secteur du commerce de détail et de gros dans la région métropolitaine de Québec est indéniable. Une affaire d'un peu plus de 4 milliards $ en 2015.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Commerce de détail et de gros

Dans la région métropolitaine de Québec, il n'y a pas un plus important employeur que le secteur du commerce de détail et de gros.

Avec 74 601 postes, il regroupe 16,9 % de tous les emplois.

Loin devant son plus proche poursuivant, le secteur gouvernemental, qui rassemble 45 509 travailleurs, soit 10,3 % de tous les emplois dans l'agglomération urbaine de Québec.

Pour sa part, le secteur des assurances et des services financiers fait travailler 27 740 personnes et regroupe 6,3 % de l'ensemble des emplois dans la région.

L'apport économique du secteur du commerce de détail et de gros est indéniable. Une affaire d'un peu plus de 4 milliards $ en 2015.

La part du secteur dans le produit intérieur brut (PIB) de la région est 10,5 %, derrière les gouvernements (14,3 %) et devant les services immobiliers (10,2 %).

Au cours de la période 2010-2015, le secteur du commerce de détail et de gros a connu une croissance de 3,1 %.

Cette croissance, elle s'est notamment fait sentir du côté du commerce du gros, révèle l'étude réalisée par la firme AVISEO Conseil.

«La région de Québec est devenue une plaque tournante dans le marché dans la distribution au Québec», confirme le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Alain Aubut.

D'importantes entreprises bien connues des consommateurs ont leur centre de distribution dans la région de Québec. Qu'il suffise de penser à Ameublements Tanguay, à Simons, à Familiprix et à Sobeys.

«Le secteur du commerce est surtout concentré sur la Rive-Nord, même si l'offre s'est développée du côté de Lévis dans les dernières années», signale Jean-Pierre Lessard, associé chez AVISEO Conseil.

Fabrication

Quel secteur de l'activité économique a connu la plus forte croissance au cours des cinq dernières années dans la région métropolitaine de Québec?

Ce n'est pas celui des assurances et des services financiers (+ 4,4 %).

Ni celui des technologies de l'information (+ 3,2 %).

Et encore moins le secteur gouvernemental (+ 1,9 %).

Vous méritez un gros morceau de robot si votre choix s'est arrêté sur le secteur de la fabrication.

Oui, le secteur de la fabrication!

Sa poussée de croissance a été de l'ordre de 5,9 % entre 2010 et 2015.

Secteur fortement diversifié, la fabrication procure près de 40 000 emplois à la grande région de Québec, soit près de 1 emploi sur 10.

«Les joueurs importants du secteur manufacturier dans la région sont surtout sur la Rive-Sud dans les secteurs de la pétrochimie (Valero) et des structures métalliques», démontre l'étude d'AVISEO Conseil.

La majorité des emplois (71 %), toutefois, se trouve du côté de la région administrative de la Capitale-Nationale, où des entreprises de l'industrie des produits agroalimentaires (Leclerc, A. Coulombe), pharmaceutiques (GSK, Medicago) et de l'optique-photonique (EXFO, TeraXion), entre autres, se côtoient dans les parcs industriels et technologiques du territoire.

«On parle ici d'un secteur manufacturier innovant», indique le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Alain Aubut. «Souvent, des petites et moyennes entreprises de moins de 100 employés qui parviennent à rayonner partout dans le monde. Des entreprises dont on ne parle pas assez suffisamment.»

La découverte: l'immobilier

Représentant une économie de 3,93 milliards $, la troisième en importance après les gouvernements et le commerce de détail et de gros, le secteur des services immobiliers est un moteur financier important pour la région métropolitaine de Québec.

Même s'il ne s'agit pas du secteur comptant le plus de travailleurs, 7568, ce qui représente 1,7 % de l'emploi, le secteur des services immobiliers a tout de même connu entre 2010 et 2015 une forte croissance de 3,7 %. Cette dernière a été supérieure à celle des secteurs des technologies de l'information (3,2 %), du commerce de détail et de gros (3,1 %) du tourisme et culture (2,3 %), ainsi que des gouvernements (1,9 %), selon une étude menée par la firme AVISEO Conseil.

Pour le pdg de l'Institut de développement urbain du Québec, André Boisclair, il est primordial que les gouvernements soient à l'écoute des joueurs du milieu. D'ailleurs, il souligne qu'en matière de poids dans la région, le secteur des services immobiliers est comparable à celui des services financiers et des assurances (3,88 milliards $).

L'enjeu de la fiscalité

«Les gouvernements doivent faire attention aux secteurs privés, attention aux politiques qui sont adoptées. Il faut s'assurer qu'elles vont continuer de permettre le développement. Il faut prendre grand soin de cette industrie!» affirme M. Boisclair, notant que l'enjeu de la fiscalité non résidentiel doit être notamment une priorité. «Ce n'est pas parce que ce sont les propriétaires qui gagneraient qu'on les soulage de certaines charges, ce sont les commerçants. Vous le savez, les taxes foncières d'un propriétaire sont refilées directement aux locataires. Quand vous nous entendez plaider pour qu'on regarde attentivement la question de la compétitivité de la fiscalité non résidentielle, c'est parce qu'on veut donner un coup de pouce à nos clients qui sont du secteur commercial», poursuit-il.

Les débats entourant le transport entre les deux rives et également sur le territoire sont également des points prioritaires pour M. Boisclair. «En organisant le transport urbain de façon intelligente, on peut consolider le périmètre urbain, on peut densifier et on développe ainsi de façon durable le territoire de la région de Québec», conclut-il.

Gestionnaires immobiliers privés qui gèrent les plus grands locaux pour bureaux

  • Cominar
  • Industrielle Alliance (iA Groupe financier)
  • La Capitale Immobilière MFQ inc.
  • Groupe Mach
  • Desjardins Gestion immobilière
  • SSQ Société d'assurance
Source : Chambre de commerce et d'industrie de Québec

Trois enjeux ou trois secteurs «sous le radar»

De gauche à droite, Alain Aubut, président et... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 6.0

Agrandir

De gauche à droite, Alain Aubut, président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Jean-Pierre Lessard, associé chez AVISEO Conseil, et André Boisclair, pdg de l'Institut de développement urbain du Québec

Le Soleil, Erick Labbé

Les secteurs du commerce de détail et de gros et de la fabrication - que le président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Alain Aubut, décrit comme «négligés», «enfants pauvres» et comme étant «sous le radar» - ont besoin d'aide et d'accompagnement. Tout comme celui des services immobiliers, la «découverte», selon M. Aubut, de l'étude sur la structure économique de Québec menée par la firme AVISEO Conseil pour le compte de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec et de l'Institut de développement urbain du Québec (IDU).

Un coup de pouce qui ne doit pas nécessairement se faire à coups de subventions de la part des pouvoirs publics ou de crédits d'impôt pour ces trois secteurs qui font leur bonhomme de chemin sans trop être mis sous les feux de la rampe, et ce, malgré le fait qu'ils sont des poids lourds de l'économie. Ils représentent le tiers du produit intérieur brut régional.

«Ce que l'on demande aux gouvernements, c'est de faciliter leur travail et leur développement», martèle Alain Aubut. «On leur demande, au moins, de ne pas nuire», ajoute le pdg de l'IDU et ancien chef du Parti québécois, André Boisclair. «Et de faire attention quand ils veulent intervenir dans ces secteurs-là.»

La Chambre de commerce et d'industrie de Québec et l'IDU ont établi trois enjeux prioritaires sur lesquels il faut se pencher - et rapidement passer à l'action - pour assurer la prospérité, en particulier, des trois secteurs «sous le radar» et de l'ensemble de l'économie de la région métropolitaine de Québec.

Premier enjeu : la main-d'oeuvre

Les secteurs du commerce de détail et de gros, de la fabrication et des services immobiliers n'évoluent pas sur la planète Mars.

Ils sont aussi aux prises avec les défis de recrutement et de rétention de la main-d'oeuvre.

«Sans plus tarder, il faut mettre en place des groupes de discussion avec les dirigeants des entreprises pour identifier les profils de travailleurs qu'ils recherchent, pour développer des outils pour les aider et pour les accompagner avec les outils mis en place par Emploi-Québec», explique Alain Aubut.

«Il faut d'abord s'occuper des PME de 50 employés et moins. Puis de celle de 100 à 150 travailleurs.»

Deuxième enjeu : la mobilité des biens et des personnes

«Nous connaissons tous les enjeux de circulation liés à la problématique des accès aux ponts. Nous connaissons aussi la situation du transport collectif. Des milliers de travailleurs doivent utiliser leur véhicule, car le service de transport en commun ne se rend pas dans les parcs industriels», expose le patron de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec.

«C'est clair. Il faut assurer une mobilité plus fluide des biens et des personnes dans la région de Québec.»

Troisième enjeu : le virage numérique

«Il faut encourager les PME à prendre le virage numérique et à adopter les solutions proposées par l'automatisation et la robotisation des procédés de production. Tout ça, afin d'accroître la productivité de nos entreprises, notamment dans le secteur de la fabrication, qui sont en concurrence avec des compétiteurs venant du monde entier», avance Alain Aubut en ajoutant que des organisations comme les Manufacturiers et Exportateurs du Québec et le Conseil québécois du commerce de détail partageaient les mêmes préoccupations en ce qui a trait à l'importance d'accélérer la pénétration des nouvelles technologies dans les usines et les commerces.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer