Exclusif

Tag Alliances tiendra un congrès à Québec

La vice-présidente de Tag Alliances, Melisa Attisha, était... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La vice-présidente de Tag Alliances, Melisa Attisha, était lundi dans les bureaux de Mallette, dont Mario Bédard est associé et président du conseil d'administration. Mme Attisha venait faire une «vérification diligente» dans la capitale, en vue du congrès de Tag Alliances qui se tiendra en octobre 2017.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans un peu moins d'un an, du 18 au 20 octobre 2017, entre 250 et 300 avocats et comptables de firmes indépendantes provenant de plus d'une centaine de pays se donneront rendez-vous dans la capitale à l'invitation de Tag Alliances et de la firme comptable Mallette de Québec.

La vice-présidente de Tag Alliances, Melisa Attisha, vient de terminer sa «vérification diligente» dans la capitale. Elle repart en direction de Vancouver, au siège social de Tag Alliances, l'esprit en paix.

«Quand nous avons annoncé à nos membres, à l'occasion de notre rencontre du printemps dernier à Washington, que Québec sera le théâtre de notre congrès automnal en 2017, ils ont tout de suite approuvé ce choix. Nombreux sont ceux qui éprouvent des craintes à voyager à travers le monde par les temps qui courent. Québec est une destination sécuritaire», a fait valoir Mme Attisha, rencontrée lundi dans les bureaux de Mallette.

Tag Alliances est le troisième plus important regroupement international de cabinets d'avocats et de sociétés comptables indépendants. Il s'agit d'une organisation réunissant plus de 110 cabinets comptables répartis dans plus de 60 pays et plus de 150 cabinets d'avocats provenant de près de 90 pays. En tout et partout, les firmes membres de Tag Alliances comptent plus de 16 000 professionnels.

Mallette fait partie de la grande famille de Tag Alliances depuis septembre 2013.

«Nos 33 000 clients prennent de l'expansion et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir conquérir les marchés extérieurs. Par l'entremise des sociétés qui adhèrent à Tag Alliances - des firmes indépendantes comme nous -, ils peuvent obtenir l'aide nécessaire pour s'implanter que ce soit ailleurs au Canada, aux États-Unis, en Europe ou en Asie, et ce, à une tarification semblable à celle que nous trouvons ici», explique Mario Bédard, associé et président du conseil d'administration de Mallette.

Au même titre, Mallette représente la porte d'entrée de plusieurs entreprises étrangères qui veulent brasser des affaires dans la Belle Province.

À l'occasion du congrès qui se tiendra l'automne prochain à Québec, les PME québécoises désireuses d'étendre leur marché pourront avoir accès à des ressources spécialisées venues des quatre coins du monde.

«Pour la première fois, à l'occasion d'un congrès de Tag Alliances, nous organiserons un événement de type speed dating pour mettre en lien des entrepreneurs d'ici avec des comptables, des fiscalistes et des avocats provenant de pays où ils veulent réaliser des affaires», souligne Robert Fortin, associé chez Mallette.

Mallette, le sixième plus important au Québec

Avec une équipe de 820 professionnels, dont 350 à Québec et à Lévis, Mallette est le sixième joueur le plus important au Québec dans l'industrie des services comptables derrière les Deloitte, PricewaterhouseCoopers, Ernst & Young et KPMG de ce monde.

«Nous serons bientôt le quatrième!» insiste Mario Bédard. C'est à coup d'acquisitions que Mallette entend grossir ses rangs.

La conquête de la grande région de Montréal bat son plein. La firme de Québec est maintenant présente à Saint-Jérôme, à Terrebonne et à Saint-Hyacinthe.

«Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas faire grimper nos effectifs à 450 ou 500 personnes dans la région de Montréal. Nous avons des visées pour Brossard et pour Longueuil. Et un jour, peut-être, pour l'île de Montréal.»

Mallette n'envisage pas d'étendre ses tentacules à l'extérieur de la Belle Province. Ses partenaires au sein de Tag Alliances sont là pour prendre le relais.

Mario Bédard rappelle que Mallette avait déjà fusionné ses activités, dans les années 90, avec celles de la firme Arthur Andersen. Un mariage de courte durée.

«Nous n'étions pas bien au sein de ce groupement international. Les décisions n'étaient pas prises ici, mais à Chicago. Arthur Andersen affichait peu de considération pour nos clients de Québec qui sont principalement des dirigeants de PME et non pas de grandes sociétés.»

Des coups de fil des géants de l'industrie qui veulent mettre le grappin sur Mallette, Mario Bédard en reçoit fréquemment.

Mallette est-elle à vendre?

«Il y a deux ans, au conseil d'administration, nous avons débattu de la question. À cette occasion, nous avions décidé que nous n'allions plus en parler pour les cinq prochaines années. On verra au terme de l'échéance.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer