Pas de surchauffe du marché de l'habitation à Québec, dit la SCHL

Les perspectives d'ici 2018 montrent que des signes... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les perspectives d'ici 2018 montrent que des signes d'essoufflement persisteront dans la conjoncture économique et démographique de la région de Québec, ce qui restreindra la demande d'habitations.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans la région de Québec, le marché de l'habitation présente des «signes élevés de surévaluation», selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Il n'est toutefois pas question d'une surchauffe, assure Élisabeth Koulouris, chef analyste à la SCHL.

Si l'on tient compte d'un ratio des ventes et des nouvelles inscriptions de 50 %, l'offre de propriétés dépassait la demande sur le marché de la revente. «Le seuil à partir duquel des signes problématiques de surchauffe sont détectés est de 70 %», informe Mme Koulouris.

Ce que note la SCHL, cependant, ce sont plutôt des indices de surévaluation, c'est-à-dire une situation où les prix des logements se maintiennent bien au-dessus des niveaux dictés par les facteurs fondamentaux du marché de l'habitation, comme le revenu des citoyens et les coûts de financement.

«À Québec, l'évaluation du marché de l'habitation révèle des signes élevés de surévaluation», précise Mme Koulouris. «Ces résultats découlent de la récente diminution du bassin d'accédants à la propriété - c'est-à-dire des jeunes de 25 à 34 ans - et de la croissance plutôt modeste du revenu disponible des ménages. Par ailleurs, le marché de la copropriété continue de susciter des préoccupations, en raison de l'offre qui demeure particulièrement élevée sur le marché de la revente, et des baisses de prix enregistrées depuis le début de l'année», explique Élisabeth Koulouris. 

«Enfin, l'évolution récente de la situation exige que nous surveillions l'émergence potentielle de signes de construction excessive du côté des logements locatifs.»

En ce qui a trait aux perspectives d'ici 2018, des signes d'essoufflement persisteront dans la conjoncture économique et démographique de la région de Québec, ce qui restreindra la demande d'habitations. 

«Le stock important de propriétés existantes à vendre contribuera aussi au ralentissement des mises en chantier, et ce, particulièrement dans le cas de la copropriété. Ce contexte continuera d'exercer des pressions baissières sur les prix des copropriétés, tandis que le prix moyen des maisons unifamiliales devrait, quant à lui, se stabiliser.»

Dans sa boule de cristal, la SCHL s'attend à une réduction «relativement marquée» des mises en chantier au cours des prochains mois.

Quant au marché de la revente, il devrait connaître une «très légère» croissance.

En ce qui a trait au marché locatif, le taux d'inoccupation passera de 4 % à 5 % entre 2015 et 2016, puis à 6 % en 2017, pour se stabiliser en 2018.

Pour le reste du pays

Au Canada, le marché de l'habitation présente des signes de plus en plus évidents de conditions problématiques, estime la SCHL, en évoquant les hausses de prix plus rapides que celles des revenus disponibles et que la croissance démographique.

La SCHL a augmenté son évaluation du risque pour le marché du logement et juge dorénavant que les signes de conditions problématiques sont élevés. Dans son rapport de juillet, elle avait qualifié ces signes de modérés.

L'organisme fédéral a notamment évoqué une surévaluation soutenue du marché, ce qui signifie que les prix des maisons ne sont pas complètement justifiés lorsqu'ils sont observés à la lumière de données fondamentales comme les revenus des ménages.

La SCHL a aussi détecté des signes d'accélération des prix. Cela se produit lorsque les prix des logements grimpent plus rapidement et qu'ils signalent probablement une hausse des transactions spéculatives.

En outre, la cadence des mises en chantier d'habitations devrait décliner l'an prochain, avant de se stabiliser en 2018, a prédit la SCHL.

Le chef de la direction de l'organisme, Evan Siddall, avait déjà indiqué, plus tôt en octobre, que la SCHL s'apprêtait à réviser à la hausse son évaluation du risque pour l'ensemble du marché canadien.  Avec La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer