La Banque du Canada abaisse ses prévisions de croissance économique

La Banque du Canada a maintenu son taux... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

La Banque du Canada a maintenu son taux d'intérêt directeur à 0,5 %.

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
Ottawa

La Banque du Canada a de nouveau révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour l'économie du pays en dévoilant mercredi de nouvelles projections qui misent sur un ralentissement de l'activité immobilière et évoquent un déclin permanent des exportations.

Ce plus sombre portrait était assez sérieux pour que le conseil de gouvernance de la banque centrale discute activement d'une possible réduction de son taux d'intérêt directeur, même si celui-ci est déjà faible à 0,5 %, a indiqué le gouverneur de l'institution, Stephen Poloz.

Ultimement, la banque a cependant choisi de ne pas modifier son taux directeur, qui est au même niveau depuis juillet 2015 - ce qui était largement attendu des observateurs.

Dans son plus récent rapport sur la politique monétaire, la Banque du Canada a indiqué que l'économie continuait à éprouver des difficultés à se sortir d'une longue période de lente croissance et à se remettre des effets négatifs du plongeon du prix du pétrole brut entamé il y a deux ans.

Au sujet des exportations, M. Poloz a indiqué que les plus récentes projections de la banque centrale incorporaient un déficit «structurel» pour mieux tenir compte de la récente série de données décevantes. Ce changement a été apporté malgré certaines données plus encourageantes sur les exportations, ces quelques derniers mois.

«Si nous sommes chanceux, alors nous allons en récupérer une partie», a affirmé M. Poloz lors d'une conférence de presse à Ottawa. «Mais pour l'instant, nous ne pouvons pas prédire cela.»

La révision à la baisse des exportations a réduit les prévisions faites par la banque centrale il n'y a que trois mois. Le produit intérieur brut (PIB) réel s'en trouve ainsi abaissé de 0,6 % d'ici la fin de 2018.

Dans l'ensemble, le PIB réel canadien devrait croître de 1,1 % cette année, prévoit maintenant la Banque du Canada, après avoir estimé en juillet que cette croissance serait de 1,3 %. Pour l'an prochain, la banque prévoit une croissance de 2,0 %, comparativement à sa prévision précédente de 2,2 %.

Déclin du marché immobilier

Le rapport insiste aussi sur l'activité du marché immobilier, dont le déclin attendu pourrait aussi nuire à la croissance. La banque centrale prévoit que cette baisse d'activité suivra l'entrée en vigueur de nouvelles mesures du gouvernement fédéral visant à stabiliser le marché du logement et à atténuer la vulnérabilité des ménages associée à la croissance de leur dette.

La banque centrale a prédit que ces nouvelles mesures réduiraient le niveau du PIB réel de 0,3 % d'ici la fin de 2018, même si M. Poloz a insisté pour dire que ce chiffre restait «hautement incertain».

Plusieurs éléments sont en mouvance, a-t-il poursuivi, comme, par exemple, la réaction des acheteurs potentiels de maisons aux nouvelles règles d'Ottawa. Ces mesures comprennent une simulation de risque pour toutes les demandes d'hypothèques assurées, afin de s'assurer que les emprunteurs resteront capables de faire leurs paiements si les taux d'intérêt grimpaient ou si leur situation financière changeait.

Questionné sur le coût potentiel de ces mesures pour l'économie, M. Poloz l'a comparé à l'achat d'une police d'assurance contre la possibilité d'un nouveau choc économique ou d'une récession.

«Payer un plus petit prix maintenant aide à éviter, au moins, quelque chose qui pourrait être bien pire pour l'économie, alors c'est une bonne affaire», a-t-il estimé.

La banque centrale a ajouté que l'économie ne devrait pas renouer avec sa pleine capacité avant la mi-2018, soit plus tard qu'à la fin 2017, comme elle l'avait estimé il y a trois mois.

Des éléments rassurants

Malgré les révisions à la baisse, la banque a souligné certains éléments rassurants.

Grâce à l'élan des économies mondiale et américaine, la Banque du Canada prédit toujours que l'économie du pays rebondira dans la dernière moitié de 2016, après s'être contractée au deuxième trimestre.

Ce rebond devrait cependant être plus lent qu'elle ne l'avait d'abord prévu. La croissance du PIB réel devrait être d'environ 2,5 % au cours des deux derniers trimestres de l'année.

La banque prédit une croissance de 3,2 % pour le troisième trimestre, comparativement à sa prévision de 3,5 % de juillet. Pour le quatrième trimestre, sa révision est encore plus importante puisqu'elle passe d'une croissance de 2,8 % à une de seulement 1,5 %.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer