Saisies de maisons à la hausse

Selon des données fournies par la firme GDL... (123RF/Galina Peshkova)

Agrandir

Selon des données fournies par la firme GDL Crédit Ressource Québec, entre janvier et septembre, 66 propriétaires ont été contraints de remettre les clés de leur demeure, comparativement à 61 l'an dernier. Par rapport à 2008, il s'agit d'une augmentation de 57 %.

123RF/Galina Peshkova

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si la tendance se maintient, 2016 pourrait devenir la plus importante année de la décennie quant au nombre de saisies de propriétés résidentielles dans la capitale, a constaté Le Soleil.

Selon des données fournies par la firme GDL Crédit Ressource Québec, par rapport aux neuf premiers mois de 2015, les reprises de maisons et d'entreprises par les créanciers hypothécaires ont bondi de 8,2 %. Entre janvier et septembre, 66 propriétaires ont été contraints de remettre les clés de leur demeure, comparativement à 61 l'an dernier. Par rapport à 2008, il s'agit d'une augmentation de 57 %.

«C'est surprenant de voir une telle augmentation lorsqu'on regarde la situation économique de la Ville de Québec. C'est une région qui est proche du plein emploi et qui connaît un bon boum économique», indique Pierre Fortin, propriétaire du syndic Jean Fortin & Associés. «Généralement, la population va bien, mais on constate qu'il y a encore des gens pour qui la situation au niveau de l'emploi est précaire. Cela va de pair avec les augmentations qu'on voit en insolvabilité», ajoute-t-il, notant qu'entre 2014 et 2015, le nombre de dossiers d'insolvabilité (faillites et propositions) a grimpé de 20 % dans la région de Québec.

«C'est la région à travers la province qui a connu la plus importante augmentation», s'inquiète M. Fortin. D'ailleurs, la hausse des dossiers d'insolvabilité s'est poursuivie cette année. Elle a été de 8,2 % au deuxième trimestre de 2016 par rapport à celui de 2015.

Selon le syndic, le ratio d'endettement des ménages est aujourd'hui «un problème majeur». Dernièrement, une étude de l'Association canadienne de la paie révélait que près de 4 Québécois sur 10 vivent d'un chèque de paie à l'autre.

«Il y a cinq ans, la solution lorsqu'on avait des problèmes financiers ou lorsqu'on perdait son emploi était souvent de mettre la maison à vendre. Les gens pouvaient vendre leur résidence avec un profit en très peu de temps. Maintenant, on voit que les prix sont très stables et même au niveau du condo, on voit une baisse dans le prix par rapport à celui payé. Les délais de ventes sont beaucoup plus longs et les gens sont incapables de se départir de leur demeure avant la fin du préavis. Ou même s'il y arrive, le prix est insuffisant pour payer les pénalités et l'hypothèque», souligne M. Fortin.

Par ailleurs, GDL Crédit indique que 271 préavis de délaissement (avis de 60 jours) ont été envoyés par des institutions financières depuis janvier aux personnes prises avec des difficultés de paiement. Une diminution de 28 % par rapport à la même période l'an dernier.

À travers la province, on dénombre pour les neuf premiers mois de l'année 2098 saisies, soit le plus haut taux au cours des neuf dernières années après 2009 et 2010. La valeur des propriétés reprises s'élève à un peu plus de 422 millions $, toujours selon les données de GDL Crédit. Au total, en 2015, on dénombrait 2370 saisies au Québec.

Si la tendance se maintient, 2016 pourrait devenir la... (Infographie Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

En hausse depuis six mois

Les saisies sont en hausse depuis six mois à travers la province. Et la tendance devrait se poursuivre au Québec ainsi que pour la Capitale-Nationale, estime M. Fortin.

«Si je me fie aux chiffres depuis le mois d'août, il y a eu une baisse des faillites; maintenant cela semble être reparti vers le haut. Chaque fois qu'on voit une augmentation dans les préavis, il y a également une augmentation dans le nombre d'insolvabilités. [...] Il faut aussi dire que le marché immobilier n'est pas en train de s'améliorer. Je pense que les préavis vont continuer d'augmenter», conclut-il.

Depuis janvier, la majorité des délaissements ont été enregistrés dans la région de Terrebonne (146), de Montréal (134), de L'Assomption (109), de Laval (77), de Hull (76) suivi de Québec. Pour Lévis, on compte 16 délaissements depuis le début de l'année.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer