Les sociétés coopératives d'intérêt collectif: pousser le concept encore plus loin

Le ministre de la Famille, des Enfants et du...

Agrandir

Le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Yves Duclos,  la présidente de l'Alliance coopérative internationale, Monique F. Leroux, et le premier ministre, Philippe Couillard, étaient à l'ouverture du Sommet international des coopératives, mardi, à Québec.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Enercoop n'est pas une coopérative comme une autre. D'abord, elle vend de l'énergie renouvelable - de l'électricité - à ses membres. Ensuite, sa gouvernance n'est pas l'affaire de l'État, mais de professionnels des énergies renouvelables, d'associations citoyennes, des collectivités locales et des consommateurs.

En France, Enercoop, avec un chiffre d'affaires de plus de 11 millions $ et un réseau de 10 coopératives régionales qui fournit de l'énergie à plus de 25 000 consommateurs, est la plus importante société coopérative d'intérêt collectif (SCIC).

Des SCIC, dans l'Hexagone, il y en a tout près de 600. Leur nombre a doublé en deux ans. Elles sont présentes dans toutes les sphères de l'économie : l'agroalimentaire, le logement et l'habitation, le commerce de détail, les services sociaux, la culture, le développement durable, les nouvelles technologies, etc.

Les promoteurs du concept des sociétés coopératives d'intérêt collectif se sont inspirés des coopératives sociales italiennes et des coopératives de solidarité qui existent au Québec depuis le début des années 90.

Au contraire d'une coopérative traditionnelle qui ne rassemble, par exemple, que des producteurs agricoles, une SCIC regroupe des partenaires multiples. Un abattoir fonctionnant sous le chapeau d'une SCIC réunira un producteur, des bouchers, les salariés de l'entreprise et des représentants de municipalités.

«Avec les SCIC, il y a une volonté de créer une nouvelle forme de coopérative pour intégrer des partenaires multiples à la fois dans la gouvernance et dans la gestion», explique Jean Huet, de la Confédération générale des sociétés coopératives d'intérêt collectif qui participe actuellement au Sommet international des coopératives qui se tient à Québec.

«Au sein de la coopérative, on y retrouvera toutes les parties prenantes du projet d'entreprise : les salariés, les producteurs, les clients, les usagers et les fournisseurs.»

Il s'ajoutera aussi aux sociétaires les bénévoles et les «financeurs», ajoute Amina Bécheur, directrice de l'unité de formation et de recherche en sciences économiques et gestion de l'Université Paris-Est Marne-La-Vallée. Avec ses collègues Pascale Château-Terrisse et Pénélope Codello, Mme Bécheur mène un projet de recherche interuniversitaire sur les SCIC.

À New York, le supermarché collaboratif Park Slope Food Coop a poussé le concept encore plus loin. Par exemple, tous les membres de la coop - ils sont appelés des coopérateurs-bénévoles-membres associatifs - doivent mettre l'épaule à la roue en consacrant trois heures de bénévolat par mois au bon fonctionnement du commerce. À la caisse, un bon matin, vous trouverez une enseignante. Aux fruits et légumes, un travailleur social.

Selon Jean Huet, il n'a pas été évident de lancer le concept des sociétés coopératives d'intérêt collectif étant donné qu'il est souvent difficile de trouver l'équilibre entre les intérêts des salariés, des consommateurs, des «financeurs» et des producteurs d'un bien ou d'un service. «Chacun a ses motivations.»

Par contre, il y a une sorte de mariage de raison qui se fait lorsque tout un chacun comprend que tout s'écroulera si l'un ou l'autre des sociétaires tire trop la couverture de son bord.

Concilier l'enrichissement et le partage

À l'occasion, mardi, de l'ouverture du Sommet international des coopératives, la présidente de l'Alliance coopérative internationale, Monique F. Leroux, a insisté sur le rôle des coopératives pour assurer le partage de la richesse.

«Comment expliquer que, dans un monde où nous sommes capables des plus grandes percées scientifiques et technologiques, des millions de personnes vivent parfois dans une pauvreté extrême?» a lancé l'ancienne présidente du Mouvement Desjardins.

Elle n'a pas caché son inquiétude devant la «montée du protectionnisme», entre autres, qui donne l'impression aux citoyens qu'ils perdent le contrôle de leur destin, et ce, malgré tous les progrès économiques réalisés ces dernières années.

Rappelant que les coopératives avaient réussi à tenir le coup et même à flirter avec la croissance au cours de la dernière tourmente économique, Monique F. Leroux a martelé que le mouvement coopératif pouvait mieux que quiconque «concilier enrichissement et partage».

«Nous sommes des entrepreneurs collectifs, nous sommes aussi des innovateurs corporatifs», a-t-elle fait valoir en insistant sur le fait qu'une coopérative appartient à ses membres, qu'elle est gouvernée démocratiquement, qu'elle ne peut être délocalisée du jour au lendemain, qu'elle ne peut faire l'objet d'une prise de contrôle hostile et qu'elle ne cherche pas à faire des «coups d'éclat» tous les trois mois pour épater ses actionnaires, car elle vise d'abord et avant tout le rendement à long terme.

Prenant la parole à l'occasion de l'ouverture de l'événement qui rassemble à Québec 2900 participants venant de 115 pays, le premier ministre, Philippe Couillard, a rappelé l'importance des coopératives dans l'économie québécoise. Pas moins de 104 000 emplois de qualité dans 3300 coopératives et mutuelles. Et des gros joueurs comme Desjardins, La Capitale, SSQ, Promutuel, la Coop fédérée et Agropur.

«Ces dernières années, les moyennes et grandes coopératives ont été très actives, notamment dans la reprise d'entreprises dans les secteurs de l'agroalimentaire et du commerce de détail, pour préserver la propriété québécoise de nos entreprises.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer