Un contrat historique pour la Société du chemin de fer de la Gaspésie

Il faudra 900 wagons pour acheminer les 600... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Il faudra 900 wagons pour acheminer les 600 pales, parce qu'elles mesurent 42 mètres.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(New Richmond) La Société du chemin de fer de la Gaspésie vient de signer le plus gros contrat annuel de transport de son histoire puisqu'elle participera au transport de 600 pales éoliennes entre New Richmond et le centre des États-Unis. Les pales sont fabriquées par la firme LM Wind Power, de Gaspé.

Le contrat vient du Canadien National, qui acheminera les pales de LM Wind Power entre Matapédia et la destination finale. Ce contrat est en lien direct avec l'entente annoncée le 23 août par LM, indiquant que l'usine de Gaspé fournira des pales au turbinier GE au cours des trois à cinq prochaines années, pour les parcs éoliens situés au Texas, notamment. GE a annoncé hier l'acquisition de LM.

Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, garde pour lui le montant du contrat de transport attribué par le CN.

«Je peux simplement dire que pour le moment, cette entente vaut plus d'argent que tous nos autres contrats réunis», résume-t-il.

Il faudra 900 wagons pour acheminer les 600 pales, parce qu'elles mesurent 42 mètres. Elles dépassent donc des wagons de 29 mètres. Les pales partiront à raison de trains-blocs de 72 wagons.

«Le Canadien National veut acheminer ces trains directement aux États-Unis, sans les mêler à d'autres convois», précise Éric Dubé.

D'abord par camion

Ces pales voyageront par camion entre Gaspé et New Richmond, même si le chemin de fer gaspésien se rend jusqu'à Gaspé. La situation découle du fait que le ministère des Transports du Québec, lors de l'acquisition de l'axe Matapédia-Gaspé au printemps 2015, a mis en dormance la portion entre Caplan, village à l'est de New Richmond, et Gaspé. Le Ministère n'a annoncé aucune somme pour les infrastructures ferroviaires gaspésiennes depuis 2014.

L'obtention du nouveau contrat incite Éric Dubé et son équipe à multiplier les démarches pour convaincre le ministère des Transports de remettre en bon état la voie ferrée entre Caplan et Gaspé.

«Nous avons d'autres demandes importantes de transport ferroviaire sur la portion en dormance. Nous travaillons pour transporter du ciment de la cimenterie de Port-Daniel. Les pales éoliennes sont légères. Il ne faudrait donc pas beaucoup de travaux sur la voie ferrée pour charger les pales à Gaspé. On triplerait les revenus, en gros, de cette façon», dit M. Dubé.

Son équipe et lui veulent aussi convaincre le gouvernement canadien d'investir dans la réfection du tronçon gaspésien. «Le présent contrat vaut pour un an, mais LM livrera à long terme aux États-Unis. Nous travaillons très fort pour être là les cinq autres années», note-t-il.

En 2015, la Société du chemin de fer de la Gaspésie, une entreprise sous contrôle municipal agissant comme exploitant du tronçon de la péninsule, a transporté 1624 wagons, dont 1500 pour la scierie Temrex à Nouvelle. La plus faible distance parcourue par les wagons de Temrex explique les revenus moindres que ceux venant du transport de pales.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer