Cliffs Natural Resources: changements à la loi demandés pour les régimes de retraite

La députée de Manicouagan, Marilène Gill, entourée de... (Collaboration spéciale, Fanny Lévesque)

Agrandir

La députée de Manicouagan, Marilène Gill, entourée de représentants du syndicat des Métallos, s'est adressée à des dizaines de retraités de Cliffs Natural Resources, réunis lundi pour le point de presse.

Collaboration spéciale, Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Si le mal est fait pour les centaines de retraités de Cliffs Natural Resources, le syndicat des Métallos et le Bloc québécois réclament la modification de la Loi sur les arrangements avec les créanciers pour que le «saccage» des régimes de retraite prenne fin.

Les Métallos et la députée de Manicouagan, Marilène Gill, s'unissent pour la protection des ex-travailleurs d'une entreprise qui se place sous la protection de la loi. «Les retraités sont considérés, excusez-moi, mais comme du bétail, les banques passent avant», s'est insurgé le coordonnateur des Métallos sur la Côte-Nord, Nicolas Lapierre.

«Une banque, ça ne mange pas, ça ne souffre pas, ça ne respire pas. C'est inacceptable, il faut que [les retraités] passent avant tout le monde», a-t-il poursuivi. Sur la Côte-Nord, les employés à la retraite de Cliffs, au coeur d'une restructuration légale depuis plus d'un an et demi, ont récemment vu leurs prestations amputées de 21 %.

Les quelque 671 participants québécois au régime ont aussi perdu leurs couvertures d'assurances vie et médicaments. Pour les retraités de moins de 65 ans, les pertes financières mensuelles varient entre 200 et 600 $, estime Gordon St-Gelais, du comité de retraités. «C'est énorme», lance-t-il.

«Pendant 30 à 40 ans, vous avez donné le meilleur de vous-même à Cliffs et la reconnaissance qu'on vous donne aujourd'hui, c'est qu'on vous coupe, on vous met dans la misère», a ajouté M. St-Gelais. Le syndicat estime que le manque à gagner de la caisse atteignait 27,7 millions $ en décembre 2015.

Pétition

Pour espérer changer la donne pour les autres travailleurs du Québec et de tout le pays, les Métallos lancent une pétition, parrainée par la députée Gill, pour que les retraités soient considérés comme des créanciers prioritaires. «Il faut que ce saccage cesse une fois pour toutes», a martelé M. Lapierre.

Le document qui circulera pendant quatre mois donnera «de la force», espère Marilène Gill, au projet de loi en ce sens que le Bloc québécois déposera à Ottawa au printemps 2017. «Le fonds de pension, c'est un dû. Ça n'appartient pas aux compagnies, c'est un vol, alors maintenant, il faut le redonner aux travailleurs», a indiqué Mme Gill.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer