Junex veut exploiter toute la propriété Galt

Les travaux d'aménagement au puits Galt 4 ont... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Les travaux d'aménagement au puits Galt 4 ont débuté en 2014 et les tests de production ont suivi à partir de 2015.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) La firme pétrolière Junex souhaite obtenir un permis d'exploitation pour l'ensemble de la propriété Galt, avant l'expiration de son permis d'exploration, de façon à poursuivre en continu la production de son puits Galt 4, situé à l'ouest de Gaspé.

Junex a obtenu «d'excellents résultats» depuis 2015 à ce puits Galt 4, puisqu'il a produit 14 000 barils de pétrole brut léger, ce qui en fait le puits le plus productif de l'histoire du Québec, selon la compagnie.

Le permis d'exploitation couvrirait l'ensemble de la propriété Galt, où cinq puits ont déjà été forés et où la firme veut en forer un sixième dans les prochains mois. De plus, lors de récents tests menés pendant 23 jours, le puits horizontal Galt 4 a généré 1623 barils, sans l'assistance d'une pompe, et en limitant le débit à moins de 100 barils par jour.

Le président et chef de la direction de Junex, Peter Dorrins, se dit très satisfait de ce rendement, suffisamment pour déposer «très bientôt» une demande de permis d'exploitation au ministère québécois des Ressources naturelles couvrant les 68 kilomètres carrés de la propriété Galt. «Notre permis d'exploration se termine en novembre. Ne serait-il pas idéal que nous puissions produire en continu, alors que le permis d'exploitation remplacerait le permis d'exploration?» demande M. Dorrins.

Selon les règlements québécois, la période d'exploration d'un puits de pétrole ne peut excéder huit mois. Junex a réalisé deux mois de tests en 2015 avant de reprendre ses essais en juin 2016, d'où l'échéance de novembre.

La transition entre un permis d'exploration et une licence d'exploitation ne requerrait aucune évaluation environnementale, selon Peter Dorrins.

«Il n'y a pas d'exigence environnementale spécifique à cette production. Le BAPE [Bureau d'audiences publiques sur l'environnement] n'a pas à intervenir», dit-il en faisant référence à l'autorité réglementaire québécoise appelée à évaluer certains projets industriels.

Fracturation hydraulique

M. Dorrins réitère l'engagement de Junex voulant qu'elle n'effectue aucune fracturation hydraulique à Galt 4. «Nous n'en avons pas besoin et nous n'en avons jamais eu l'intention. Nous n'avons pas injecté d'acide non plus.»

Il souhaite ne pas fracturer aux quatre autres puits Galt, «mais je n'ai pas de boule de cristal. On n'exclut pas une petite fracturation ailleurs, mais si nous n'en avons pas besoin, nous ne le ferons pas». 

Les essais sans pompe et d'arrêt de production visent à vérifier comment la pression souterraine remonte de façon naturelle à Galt 4. «Nous tentons de comprendre comment cette accumulation de pétrole répond à la production, comment nous pourrons exploiter ce puits», précise M. Dorrins.

Les cinq puits Galt de Junex sont situés en territoire public, hors des limites municipales de Gaspé. Ils se trouvent à proximité de la route 198, reliant Gaspé à Murdochville.

Les puits Galt 1, 2 et 3 ne font pas partie de la liste des décisions pressantes à prendre chez Junex. Peter Dorrins indique en outre que le puits Galt 3 produit moins de cinq barils par jour. «Nous ne ferions jamais d'argent là.»

La compagnie est en réflexion quant au puits Galt 5, un autre puits horizontal qui serait mûr pour un essai de production. «Il est sous évaluation à des fins de décision», dit-il.

Septième puits

Une autre variable entre dans l'équation de Junex, la possibilité de forer Galt 7, dont la localisation précise demeure secrète. «Nous visons des résultats similaires à ceux de Galt 4», précise M. Dorrins. Une somme de 7 millions $ serait nécessaire à cet endroit.

Depuis les travaux de préparation et d'installation de la tour de forage en 2014, 6 millions $ ont été investis à Galt 4. En incluant les quatre autres puits de Galt, Junex et ses partenaires y ont investi 32 millions $. L'homme d'affaires Bernard Lemaire est partenaire à 30 % dans ces projets. Investissement Québec possède 16,5 % de Junex. Le pétrole de Galt 4 a notamment été acheminé aux raffineries de Valero à Lévis et de Suncor à Montréal. Certaines quantités ont été envoyées dans des usines pétrochimiques que M. Dorrins n'identifie pas pour le moment.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer