La Fed laisse son taux directeur inchangé et évoque une hausse

«L'économie a encore un peu plus d'espace que... (AP, Alex Brandon)

Agrandir

«L'économie a encore un peu plus d'espace que nous l'avons d'abord cru», a affirmé la présidente de la Réserve fédérale des États-Unis, Janet Yellen.

AP, Alex Brandon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Washington

La Réserve fédérale des États-Unis a laissé son taux d'intérêt directeur inchangé mercredi, tout en signalant qu'elle allait probablement le hausser d'ici la fin de l'année.

Dans le communiqué émis par la banque centrale à la conclusion de sa rencontre de deux jours, la Fed a souligné que le marché de l'emploi continuait d'être vigoureux et que l'activité économique avait repris du poil de la bête.

Mais elle a aussi souligné que les investissements des entreprises continuaient d'être faibles, que l'inflation était trop basse et qu'elle aimerait voir davantage d'améliorations sur le marché du travail.

La banque a en outre estimé que les risques à court terme pour les perspectives économiques étaient «essentiellement équilibrés». C'était la première fois que la Fed utilisait cette expression depuis décembre dernier, lorsqu'elle avait augmenté les taux.

La plupart des analystes jugent que cela signifie que la Fed a l'intention d'augmenter ses taux d'un quart de points de pourcentage lors de sa dernière rencontre de l'année, en décembre.

Le comité politique de la Fed a conclu que «le plaidoyer pour une hausse des taux des fonds fédéraux s'est raffermi», mais a jugé, «pour le moment», qu'il valait mieux attendre de nouvelles preuves de progrès soutenu.

Les marchés boursiers ont avancé après la publication du communiqué de la Réserve fédérale, et ils ont continué de le faire pendant la conférence de presse donnée par la présidente de la banque, Janet Yellen, qui a suivi la rencontre.

Dans ses déclarations, Mme Yellen a offert une explication simple à l'immobilisme de la banque en ce qui a trait aux taux d'intérêt : l'économie peut toujours croître sans qu'elle ne se nuise.

Elle a précisé que la faiblesse historique des taux n'avait pas entraîné de surchauffe de l'économie, comme certains analystes l'avaient craint. Les gains du marché du travail se sont poursuivis et l'inflation est restée, malgré tout, sous la cible de 2,0 % de la Fed.

«L'économie a encore un peu plus d'espace que nous l'avons d'abord cru», a affirmé Mme Yellen.

De fait, la Fed a dit s'attendre à une croissance plutôt tiède pour l'économie pendant au mois trois ans. Elle vise une croissance de 1,8 % pour cette année, et une croissance de 2,0 % pour 2017 et 2018.

Les responsables de la banque centrale calculent que l'inflation se rapprochera de la cible de 2,0% l'an prochain, mais qu'elle ne l'atteindra pas avant 2018 et 2019. L'inflation est inférieure à cette cible depuis plus de trois ans.

Désaccord 

Pour la première fois depuis que Mme Yellen a été nommée à la tête de la Fed, en février 2015, trois membres de la banque centrale se sont dits en désaccord avec sa décision. Les trois responsables rébarbatifs sont des présidents de banques fédérales régionales - Esther George, de Kansas City, Loretta Mester, de Cleveland et Eric Rosengren, de Boston. Tous les trois auraient préféré que la banque centrale hausse son taux directeur immédiatement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer