Le secret: commencer à épargner tôt

Clément Gignac, ancien ministre libéral du Développement économique et... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Clément Gignac, ancien ministre libéral du Développement économique et économiste en chef d'Industrielle Alliance

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ancien ministre libéral du Développement économique et économiste en chef d'Industrielle Alliance, Clément Gignac, a participé à la conférence du gouverneur de la Banque du Canada, Stephen S. Poloz, mardi. Selon M. Gignac, avec les bas taux d'intérêt qu'on connaît actuellement, il est primordial pour les jeunes travailleurs d'épargner davantage pour leur retraite.

Q Outre économiser sur un prêt hypothécaire, que signifie le fait d'avoir des taux d'intérêt bas pour les citoyens?

R Premièrement, il faut comprendre qu'on va rester avec des taux d'intérêt très bas. Cela ne veut pas dire qu'ils ne monteront pas un peu. On risque d'arriver avec des taux d'intérêt faibles, dont des taux de rendement faibles sur la bourse. Cela peut signifier pour les gens de demeurer un peu plus longtemps sur le marché du travail pour avoir la retraite désirée. Un des risques qu'on a ce n'est pas que la bourse baisse de 300 points la semaine prochaine, c'est le risque de longévité. Vous avez 65 ans aujourd'hui, vous avez de fortes probabilités de vivre jusqu'à 85 ans et non 75 ans comme dans le temps de nos parents. Les conseils qu'on donne aux gens c'est premièrement de peut-être reporter votre retraite dans la mesure où vous êtes capable de le faire et épargner davantage pour les plus jeunes. De parfaire aussi votre formation professionnelle, car probablement dans votre carrière vous allez changer deux ou trois fois d'emploi. Pour les placements, il faut se diversifier.

Q Quel est le rôle des entreprises pour aider les travailleurs?

R Les employeurs commencent à réaliser qu'ils doivent changer s'ils veulent garder leurs seniors, les travailleurs expérimentés. On doit peut-être les accommoder pour travailler trois ou quatre jours semaine. Un travailleur expérimenté à quatre jours semaine, cela vaut parfois un jeune qui arrive sur le marché du travail [et qui fait cinq jours semaine], car il doit être formé. Il faut aussi que les régimes de retraite en place ne pénalisent pas l'employé qui veut passer de cinq jours à quatre jours. On a une nouvelle réalité et les entreprises doivent s'ajuster. Sinon, il va y avoir tantôt, comme on le voit dans la région de Québec, un problème nouveau qui est la pénurie de main-d'oeuvre.

Q Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen S. Poloz, a confié mardi que certains travailleurs allaient devoir travailler plus longtemps pour répondre à leurs besoins. L'une des promesses électorales du gouvernement Trudeau a été pourtant de ramener l'âge de la retraite à 65 ans. Qu'en pensez-vous?

R La majorité des économistes s'entendent pour dire que c'est un peu surprenant. C'est à contre-courant de tout ce qu'on voit à l'OCDE (l'Organisation de coopération et de développement économiques). C'est une promesse électorale et on respecte ça, mais ce n'est pas ce qu'on voit dans les autres pays de l'OCDE. La tendance est d'augmenter l'âge de la retraite et non pas de la devancer. C'est assez particulier.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer