Optel fait des petits

Optel Medevon, qui vise la contrefaçon dans le... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Optel Medevon, qui vise la contrefaçon dans le domaine médical, sera lancée à l'international aux alentours du 24 octobre, selon le président et cofondateur d'Optel, Louis Roy.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Groupe Optel fait des petits. L'entreprise de Québec lancera cet automne une nouvelle division Optel Medevon, spécialisée dans les dispositifs médicaux.

Le président et cofondateur d'Optel, Louis Roy, a ébruité la nouvelle, jeudi, lors d'une conférence organisée par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec au Château Frontenac.

Au printemps dernier, lors de l'annonce de l'agrandissement de leurs bureaux dans le Parc technologique du Québec métropolitain, M. Roy affirmait déjà que la technologie d'Optel Vision permettant de déceler la contrefaçon des médicaments dans le domaine pharmaceutique pourrait s'appliquer à d'autres secteurs, notamment les équipements médicaux, comme les seringues, les pansements, les instruments chirurgicaux, les cathéters et les orthèses.

Voyant une occasion d'affaires, M. Roy a décidé d'emboîter le pas. La nouvelle entité qui vise la contrefaçon dans le domaine médical sera lancée à l'international aux alentours du 24 octobre. Déjà trois personnes travaillent sur le développement de la nouvelle division, et des emplois sont offerts sur le site de la compagnie.

«On croit que nos processus et notre savoir-faire ont un énorme potentiel dans le domaine médical. On va offrir les mêmes services d'inspection de qualité et de traçabilité pour les équipements médicaux qui sont fabriqués un peu partout à travers le monde», indique au Soleil M. Roy. «Dans le domaine pharmaceutique, [nous avons] des clients qui ont des divisions medical device, comme Pfizer. Nous avons déjà une connaissance de ce marché-là et nous avons déjà des projets avec eux. Maintenant, il faut aller chercher les clients qui sont purement medical device», poursuit-il.

La technologique actuellement appliquée pour les médicaments est la suivante : à partir d'un système automatisé de vision, une entreprise peut inscrire un numéro de série sur son produit, ainsi elle peut assurer un suivi constant dans la chaîne d'approvisionnement. Cette technologie permet également de détecter les erreurs de fabrication.

Possibles acquisitions

Pour l'heure, le Groupe Optel, qui fait travailler près de 600 personnes, possède des installations à Québec, ainsi qu'en Irlande, en Inde et au Brésil. M. Roy n'écarte pas la possibilité de mettre la main sur de nouvelles compagnies ou une usine à l'international au cours des prochains mois.

«Oui, on regarde. On a évidemment un bras de levier pour identifier des opportunités d'affaires ou des entreprises qui peuvent nous permettre de régler plus de problèmes encore plus rapidement. On aimerait aller dans le domaine environnemental. Actuellement, on bâtit de l'expertise en chimie», note l'homme d'affaires, ajoutant que l'un de ses objectifs prioritaires demeure de créer un mouvement afin de sensibiliser les entreprises à l'aspect socioresponsable.

«Une compagnie socioresponsable ne fait pas d'échappatoire fiscale, elle respecte ses engagements auprès de la collectivité. Elle doit prendre soin de son environnement, de ses clients, de ses employés et des enfants de ses employés. [...] On veut créer un mouvement et je crois que tout le monde est prêt», poursuit-il.

Questionné si un jour Optel, qui brasse des affaires partout sur la planète, pourrait devenir une entreprise publique, M. Roy s'est montré très catégorique. «Non, jamais, tant que le système public est concentré sur la profitabilité à court terme et que les actionnaires veulent juste sortir le plus d'argent possible en se foutant de l'environnement et de la qualité de vie des employés. Si le système devient plus raisonnable, peut-être que oui», conclut-il.

Plus de 250 chaînes de production à travers le monde ont recours à la technologie québécoise d'inspection artificielle.

En chiffres

600 employés à travers le monde

100 M$ de chiffres d'affaires

1989 : Fondation d'Optel Vision par Louis Roy et Jean-François Lafortune

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer