IKEA: Québec aura son grand magasin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À l'été 2018, les trompettes sonneront enfin pour un vrai magasin IKEA à Québec. Ce 14e établissement au Canada sera situé dans Sainte-Foy, dans le nouveau projet de mégacentre commercial (power center)de cinq millions de pieds carrés du Groupe Dallaire.

«C'est fantastique de revenir à Québec!» s'est exclamé d'entrée de jeu David McCabe, directeur par intérim d'IKEA Canada, indiquant que dès l'ouverture du centre de cueillette et de commande de Québec, les «fervents» clients étaient au rendez-vous.

«C'est fantastique de revenir à Québec!» s'est exclamé... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

«C'est fantastique de revenir à Québec!» s'est exclamé d'entrée de jeu David McCabe, directeur par intérim d'IKEA Canada.

Le Soleil, Patrice Laroche

Les travaux pour la nouvelle succursale d'environ 340 000 pieds carrés vont débuter au printemps prochain. La construction du bâtiment, qui sera érigé à l'intersection de la rue Mendel et de l'avenue Blaise-Pascal, au sud des autoroutes 40 et 540, devrait prendre entre 14 et 16 mois. Le nouveau magasin, dont la grandeur sera comparable à celui de Boucherville, abritera un restaurant, une salle d'exposition, un hall de marché et une salle de jeux. L'édifice vise une certification LEED.

Le géant suédois, qui n'est pas à ses premiers pas dans la capitale - il avait fermé boutique en juillet 1996 -, estime que l'ouverture créera environ 400 nouveaux emplois directs et indirects. Seulement pour le magasin, près de 300 personnes devront être embauchées.

Présent à la conférence de presse, le maire... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 4.0

Agrandir

Présent à la conférence de presse, le maire Régis Labeaume a salué la construction de la grande surface qui proposera près de 9000 produits.

Le Soleil, Patrice Laroche

Présent à la conférence de presse, le maire Régis Labeaume a salué la construction de la grande surface qui proposera près de 9000 produits.

«Bravo, la capitale nationale, bravo, la région de la capitale, et bravo pour tout l'est du Québec!» a lancé le maire en parlant d'une annonce qui démontre la vigueur de l'économie de Québec, où le taux de chômage se situe à près de 4 %. «Ce matin, le souhait de milliers de citoyens se concrétise. [...] Cette annonce est importante pour le commerce de détail», poursuit-il, ajoutant que le magasin IKEA est le fer de lance d'un nouveau pôle commercial (lire l'autre texte).

Pour réaliser son projet, IKEA a acheté du Groupe Dallaire et de la Ville de Québec un million de pieds carrés de terrain, notamment pour son stationnement. La transaction a été entérinée mercredi. L'endroit est un ancien dépotoir de la Ville de Sainte-Foy dont Québec a hérité lors des fusions.

«Le terrain n'a aucune valeur, à moins d'investir des sommes importantes pour décontaminer les lieux», indique le maire, qui s'attend à ce que le nouveau bâtiment rapporte dans les coffres de la Ville un million de dollars en taxes. «Afin de développer [le site], nous avons décidé de le vendre à une entreprise liée au Groupe Dallaire pour la somme de 7,8 millions $. Cette entreprise sera chargée de décontaminer l'endroit, et nous contribuerons au remboursement de l'opération jusqu'à un maximum de 7,8 millions $. Les frais supplémentaires seront à la charge de l'entreprise. [...] Pour la Ville, c'est une opération blanche qui permet de revaloriser un terrain qui était impropre.»

Du côté du Groupe Dallaire, on estime que les frais pour les travaux de décontamination seront de 15 millions $.

Annika Lenoir, directrice du centre de cueillette de... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 5.0

Agrandir

Annika Lenoir, directrice du centre de cueillette de Québec

Le Soleil, Patrice Laroche

Qu'adviendra-t-il du centre de cueillette?

Ouvert en décembre 2015, le centre de cueillette IKEA sur l'avenue Watt a reçu à ce jour 360 000 visiteurs et a traité 32 000 commandes. «Le succès a été là», a commenté sa directrice Annika Lenoir, en ajoutant que cette réponse positive de la population a renforcé la décision d'implanter un magasin.

Une décision en ébullition depuis 12 mois, a fait savoir le directeur par intérim d'IKEA Canada. M. McCabe explique que l'entreprise a choisi d'ouvrir un centre de cueillette, beaucoup plus petit, avant un magasin parce qu'il s'agissait là de la façon la plus rapide de répondre à la demande des gens de Québec et de leur donner accès aux produits.

«Pour l'instant, IKEA Canada travaille sur les détails de transition vers le magasin», poursuit Mme Lenoir, sans pouvoir donner plus de précision sur le sort réservé au centre de cueillette dans deux ans. Elle affirme par ailleurs que le personnel actuel, soit une trentaine d'employés, pourra éventuellement être transféré dans les grandes installations. «Il y aura beaucoup plus de postes, et ça donnera beaucoup plus d'opportunités d'emploi, notamment en restauration, en administration, en finances», énumère Mme Lenoir.

À travers la frénésie de l'annonce de l'ouverture du nouveau magasin au centre de cueillette, le maire de Québec a pris quelques minutes pour acheter les fameuses boulettes...

IKEA avait annoncé en 2015 un plan d'expansion pancanadien faisant passer son nombre de succursales de 12 à 24 au cours des 10 prochaines années. Le magasin de Québec est le deuxième de cette expansion, après celui d'Halifax.

En chiffres

Magasin de Québec

340 000 Nombre de pieds carrés de superficie du magasin, soit cinq terrains de football

400 Nombre d'emplois directs et indirects créés

300 Nombre de personnes employées généralement dans chaque IKEA

***

Au monde

1943 Année de fondation de l'entreprise suédoise

375 magasins répartis dans 50 pays

884 millions de visiteurs chaque année dans le monde

25 millions de visiteurs au Canada par année

75 millions de visiteurs sur le site IKEA.ca

Le passé pas garant de l'avenir

Malgré un premier échec d'IKEA dans la capitale, le directeur par intérim de l'entreprise au Canada, David McCabe, est certain que le nouveau magasin connaîtra du succès.

Q Comment est venue cette décision d'ouvrir un vrai magasin IKEA?

R L'an dernier, nous avons annoncé que nous avions l'intention de doubler le nombre de nos magasins au Canada. Québec a toujours été dans nos plans d'expansion. Nous savons que les gens de Québec sont passionnés d'IKEA et qu'ils aiment y magasiner. Québec était une priorité pour nous. Le centre de cueillette nous a permis de valider nos informations, nous avons connu beaucoup de succès depuis décembre. Nous sommes vraiment excités d'être ici.

Q N'aurait-il pas été préférable d'ouvrir dès le départ un magasin plutôt qu'un centre de cueillette?

R Nous savions que les gens de Québec voulaient un IKEA, et le centre de cueillette était la façon la plus rapide d'arriver sur le marché. Le nouveau magasin est prévu pour l'été 2018, d'ici là, les gens peuvent continuer de passer leurs commandes.

Q Avez-vous des craintes après avoir connu un premier échec à Québec?

R Non, nous sommes totalement persuadés que le magasin connaîtra du succès. Les gens aiment beaucoup IKEA. C'est un marché parfait pour nous. Nous voulons un magasin qui représente Québec, pour les gens d'ici. Au cours des prochains mois, nous allons être très occupés. Nous allons faire beaucoup de visites à domicile. Nous allons essayer de comprendre ce qui fonctionne bien et moins bien chez eux, ouvrir les tiroirs, regarder les garde-robes, pour essayer de comprendre comment les gens vivent et comment ils aimeraient vivre s'ils investissent dans leur maison. Ce sera un magasin pour les gens de Québec.

Des discussions depuis 2015

Les discussions entre le Groupe Dallaire, la Ville de Québec et le géant suédois IKEA ont débuté en 2015. L'un des maîtres d'oeuvre derrière la transaction, l'homme d'affaires Michel Dallaire, a accepté de revenir sur les pourparlers. «IKEA m'a contacté l'an dernier pour voir notre intérêt», raconte au Soleil le président et chef de la direction de Cominar. IKEA avait alors mené plusieurs études pour s'établir dans la capitale. «L'entreprise avait fait un survey de la région. Et ils sont revenus à la charge en identifiant notre terrain et en commençant à négocier», indique M. Dallaire. «Il y avait beaucoup de travail à faire. C'est un gros joueur. On était très heureux», se remémore-t-il. Durant les premiers mois, les discussions avancent, mais sans plus. «Ce n'est que depuis quelques mois que nous sommes en pourparlers de façon très sérieuse; les papiers, les négociations», souligne l'homme d'affaires. Mercredi soir, après plusieurs discussions, l'entente entre les trois partenaires a finalement été entérinée. La Ville et le Groupe Dallaire ont vendu un terrain d'un million de pieds carrés à IKEA. «On n'est généralement pas des vendeurs de terrain, mais IKEA n'est jamais en location. Ça fait partie des discussions que nous avons eues. Nous avons accepté de vendre pour les accommoder. Le reste du terrain va être développé par nous», conclut-il. Jean-Michel Genois Gagnon

Une «excellente nouvelle»

La construction d'une succursale d'IKEA a fait réagir le député fédéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, qui a qualifié cette annonce «d'excellente nouvelle» pour la capitale. Le jeune élu du gouvernement Trudeau a même raconté avoir acheté des lampes au IKEA de Boucherville pas plus tard que mercredi. «Ce n'était pas les bonnes. Mais, en 2018, si ça arrive, je pourrai les changer à Québec», a-t-il lancé en marge d'une annonce d'investissement à la Citadelle de Québec. Valérie Gaudreau

Première étape

L'arrivée d'IKEA dans Sainte-Foy est une première étape du développement commercial que prévoit le Groupe Dallaire dans le secteur. Au total, la compagnie détenait avec la Ville de Québec cinq millions de pieds carrés de terrain, dont un appartient maintenant à IKEA. Questionné sur son projet, l'homme d'affaires Michel Dallaire s'est montré très avare de commentaires. «Nous allons dévoiler le reste en temps opportun. Ce matin, c'est l'annonce d'IKEA. Le terrain entre les trois rues nous appartient [Blaise-Pascal, rue Mendel et boulevard de la Chaudière]. Nous avons effectivement un projet sur ce site.» On peut penser que le site du magasin IKEA ressemblera à celui de Boucherville, où on trouve plusieurs autres commerces à proximité, notamment un Winners, un Structube, un Bureau en gros et plusieurs restaurants. «Ça faisait partie de notre plan de match de faire un développement commercial. On est très heureux d'accueillir IKEA. C'est un joueur mondial. C'est un moteur incroyable dans un projet comme ça», soutient M. Dallaire. Celui-ci a indiqué que pour développer le secteur, il devra refaire l'avenue Blaise-Pascal. Et pour faciliter la circulation, le promoteur a affirmé que la Ville était présentement en pourparlers avec le géant suédois. Jean-Michel Genois Gagnon

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer