Stria Lithium projette une usine de 20 M$ à Baie-Comeau

Le ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand,... (Archives La Presse, Patrick Sanfaçon)

Agrandir

Le ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, était sur place pour annoncer cette étude de préfaisabilité qui vise à implanter une usine de transformation évaluée à 20 millions $, qui créerait une trentaine d'emplois.

Archives La Presse, Patrick Sanfaçon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Après le projet, assez avancé, d'une usine de transformation de graphite, Baie-Comeau se dirige résolument sur la voie de la diversification. Au tour hier de Stria Lithium d'annoncer un éventuel projet d'usine de transformation du lithium dans la ville nord-côtière.

Le ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, était sur place pour annoncer cette étude de préfaisabilité qui vise à implanter une usine de transformation évaluée à 20 millions $, qui créerait une trentaine d'emplois. «Le projet répond précisément à l'un des objectifs du Plan Nord à l'horizon 2035, soit de soutenir, dans une perspective de diversification, les projets porteurs de mise en valeur de minéraux comme le diamant, l'apatite, l'ilménite, le lithium, le graphite et les terres rares», a-t-il lancé.

Diversification était d'ailleurs le point focal de l'intervention du ministre. «Un des grands défis de Baie-Comeau, c'est de ne pas dépendre uniquement de la forêt. On a Alcoa, on a Hydro-Québec, qui sont très présents, mais à l'ère où l'innovation devient un élément important de n'importe quel développement économique, l'arrivée de cette entreprise est très bienvenue», a ajouté M. Arcand.

Le principal atout de Baie-Comeau dans ce projet est l'accès facile à de l'énergie en quantité, a souligné le vice-président de Stria Lithium, Luc Duchesne. Le procédé de transformation du lithium demande un énorme apport énergétique, tout comme pour la production de l'aluminium. «La disponibilité de l'énergie a un impact plus grand en termes de coûts que l'éloignement des marchés», a-t-il précisé.

Les autres avantages de Baie-Comeau dans ce dossier sont son port de mer, qui donne entre autres accès au réseau ferroviaire nord-américain par le biais du traversier-rail, et les yeux doux d'Innovation et développement Manicouagan, qui paie le quart de l'étude de préfaisabilité, évaluée à 160 000 $. Le gouvernement du Québec verse pour sa part 74 000 $.

Par un procédé d'éliminations des sels du carbonate de lithium, un sous-produit généré notamment par les mines de lithium, Stria Lithium entend produire du lithium métal pur. «On achète le lithium sur les marchés mondiaux, mais on aimerait être capable de l'acheter de source québécoise», a déclaré M. Duchesne, qui pensait sûrement au projet de mine qu'entretient Stria Lithium dans la région de la Baie-James.

Le lithium est principalement utilisé en pharmacologie, dans les alliages d'aluminium et surtout dans les batteries. «Il y a 1,3 milliard de voitures dans le monde. Si toutes ces voitures avaient une batterie au lithium, imaginez le marché extraordinaire», s'est mis à rêver le ministre Arcand.

L'action de Stria Lithium (TSXV : SRA), dont le siège social se trouve à Kingston en Ontario, a conclu la journée d'hier à 9,5 ¢ à la Bourse de Toronto, en hausse d'un demi-cent, ou 5,5 %.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer