Le Shaker a faim!

Les trois copropriétaires de Shaker Cuisine et Mixologie... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les trois copropriétaires de Shaker Cuisine et Mixologie : Luc Beaumont, Charles Papineau et Frederic Fortier

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les propriétaires du Shaker Cuisine & Mixologie ont faim. L'entreprise prévoit ouvrir entre 20 et 25 restaurants-bars au Québec d'ici cinq ans et vise un chiffre d'affaires «d'au minimum» 60 millions $.

Trois succursales accueillent déjà des clients, soit à Sainte-Foy, à Cap-Rouge et à Lévis. Au cours de la prochaine année, la direction projette l'ouverture de quatre à six autres restaurants, notamment à Charlesbourg, dans le local qui abritait La Cage - Brasserie sportive.

«Nous avons beaucoup de demandes. [...] Nous sommes actuellement en négociation avec des groupes à Saguenay, à Sherbrooke, à Gatineau, en Beauce, dans le Bas-Saint-Laurent et sur la Rive-Nord de Montréal», énumère au Soleil Luc Beaumont, copropriétaire et directeur du développement des affaires au Shaker Cuisine & Mixologie. «Nous visons des restaurants de 120 à 200 places assises, tout dépendamment des villes et des locaux disponibles», poursuit-il.

Alors que plusieurs joueurs de l'industrie de la restauration ont peine à boucler la fin du mois, les propriétaires du Shaker, eux, entendent profiter de cette période plus difficile pour tirer leur épingle du jeu.

Transformations

«Notre stratégie de croissance est de transformer des restaurants existants ou fermés. Nous n'allons pas dans un endroit pour tout construire, indique l'homme d'affaires. Le fait que la restauration en général est un milieu difficile présentement est un avantage indéniable pour nous. Il y a plusieurs locaux bien situés qui sont libres dans plusieurs villes. Il y a un gros marché présentement pour des équipements de restauration usagés, ce qui diminue grandement nos coûts de transformation.»

Le premier restaurant Shaker, qui se spécialise dans les tartares, les burgers gourmets et les cocktails, a ouvert ses portes en avril 2015, dans la pyramide à Sainte-Foy. Il compte 400 places assises et 140 places sur sa terrasse. À sa première année d'activité, l'établissement a enregistré 5,6 millions $ en vente de nourriture et d'alcool.

«Nous prévoyions vendre pour plus de 12 millions $ en 2016 avec seulement nos trois restaurants [...] On veut devenir la référence dans les restos-bars», avance M. Beaumont. «Nous avons un bon concept qui va durer plusieurs années. La mixologie, on est dans le début de la courbe de croissance. On pense qu'on en a pour 15 à 20 ans de croissance», ajoute-t-il, notant que le prix pour une franchise est de 30 000 $ et que le coût total d'un projet pour un restaurant entre 150 et 200 places varie entre 500 000 $ et 900 000$. 

Avant de pouvoir ouvrir son commerce, le nouveau franchisé doit suivre une formation de sept semaines avec des responsables de la bannière.

Les propriétaires du Shaker souhaitent ouvrir au cours des prochaines années au moins un établissement dans chaque ville de plus de 30 000 habitants au Québec. 

Le principal actionnaire de la bannière est le Groupe Blanchette qui a lancé Thaïzone et qui détient Chocolato (2 succursales) ainsi que les Boîtes à chansons La P'tite Grenouille (15 succursales).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer