Davie fait appel à Marcel Aubut

Le chantier maritime de Lévis doit construire deux... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le chantier maritime de Lévis doit construire deux bateaux-passeurs pour assurer la liaison entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine pour la somme de 120 millions $.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Chantier Davie Canada recrute l'avocat Marcel Aubut à titre de lobbyiste pour l'aider à dénouer le litige avec la Société des traversiers du Québec (STQ).

Selon le Registre des lobbyistes, le mandat confié à Marcel Aubut est d'intervenir auprès des autorités politiques et administratives du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, de celui de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et du Conseil exécutif - le ministère du premier ministre Philippe Couillard - «afin de contribuer à solutionner les différends entre Davie et la STQ».

Le chantier maritime de Lévis doit construire deux bateaux-passeurs pour assurer la liaison entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine pour la somme de 120 millions $.

Selon Davie, les changements apportés aux plans ont fait grimper le montant de la facture.

Qui doit payer pour ces modifications? Voilà le noeud du problème.

En juin dernier, devant l'impasse entourant le règlement des réclamations et malgré une avance de 20 millions $ attribuée par le gouvernement du Québec, Davie mettait temporairement à pied 120 travailleurs et cessait les travaux en cours sur l'un des deux traversiers.

Selon le président du Syndicat des travailleurs du chantier de Lauzon (CSN), Raphaël Jobin, un certain nombre de ces travailleurs ont été rappelés au boulot pour être ensuite renvoyés à la maison.

Contrat location-bail

Le mandat de l'avocat Aubut prévoit que «des modifications et/ou des clarifications aux fins d'interprétation du contrat de construction des deux traversiers seront explorées», dont la possibilité de modifier le contrat actuel pour faire en sorte que Davie finance lui-même la construction de deux navires qui seraient ensuite loués à la STQ par l'entremise d'un contrat location-bail.

Les autres avenues explorées par les parties sont l'augmentation des coûts de transformation des traversiers en fonction de l'exécution du travail non prévu au contrat, la révision de la procédure permettant des ajustements de prix si des ajouts sont exigés et réalisés, et toute autre «proposition créative de financement».

Pour ses services, Marcel Aubut recevra entre 10 000 $ et 50 000 $.

En 2015, il avait fait du lobbyisme pour Davie auprès de Québec et d'Ottawa pour convaincre les gouvernements de la justesse du projet du chantier maritime de construire un navire ravitailleur pour la Marine royale canadienne. Ottawa avait finalement donné son aval au projet Resolve.

Rappelons qu'à la suite d'allégations d'harcèlement sexuel portées contre lui alors qu'il agissait à titre de président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut avait démissionné de son poste en octobre 2015. Il avait aussi pris la décision de quitter le cabinet d'avocats BCF.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer