Couillard ouvert à un débat sur le salaire minimum à 15$

Philippe Couillard... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Philippe Couillard

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Longueuil

Le premier ministre Philippe Couillard ne va pas aussi loin que son ministre des Finances sur la question du salaire minimum à 15 $, et il dit vouloir tout faire pour améliorer le sort des gens moins favorisés, tout en se préoccupant des effets sur l'emploi.

Cette question du salaire minimum à 15 $ a repris le devant de l'actualité à l'occasion du Forum social mondial, qui a eu lieu du 9 au 14 août à Montréal. L'homme d'affaires Alexandre Taillefer, entre autres, avait appuyé l'idée, aux côtés des grandes centrales syndicales et de groupes communautaires qui veulent créer un vaste mouvement pour l'obtenir.

Mais dans les heures qui avaient suivi, le ministre des Finances, Carlos Leitao, avait soutenu que le salaire minimum, qui est actuellement à 10,75 $ l'heure, lui paraissait suffisant.

La déclaration du ministre des Finances avait fait grincer des dents ceux qui défendent les bas salariés. Le président de la FTQ, Daniel Boyer, l'avait invité à essayer lui-même de vivre avec 10,75 $ l'heure, alors que celui de la CSN, Jacques Létourneau, lui avait dit de descendre de sa tour d'ivoire.

À l'autre bout du spectre, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, qui représente des milliers de petites et moyennes entreprises, avait qualifié un hypothétique salaire minimum à 15 $ de «catastrophique» pour plusieurs de ses membres. Sa vice-présidente principale, Martine Hébert, avait suggéré de hausser l'exemption personnelle de base pour améliorer le sort des bas salariés, plutôt que de hausser d'autant le salaire minimum.

Interrogé à ce sujet lundi, alors qu'il était de passage à Longueuil, le premier ministre Couillard n'est pas allé aussi loin que son ministre Leitao pour qualifier le salaire minimum à 15 $. Il n'a pas dit s'il le jugeait suffisant ou pas. Mais «je veux que ce soit discuté; je veux qu'on ait un débat là-dessus», a-t-il répondu.

Mais il a surtout insisté sur le fait qu'il fallait entendre les deux points de vue avant de trancher: celui des petites et moyennes entreprises, «qui craignent l'impact sur elles en termes de création d'emplois», et celui des travailleurs à faible revenu «qui ont des moyens très limités».

Le premier ministre Couillard veut aussi examiner les expériences qui ont été menées ailleurs, notamment à Seattle. Ce mouvement en faveur d'un salaire minimum à 15 $ est aussi très actif aux États-Unis.

Au Québec, cette revendication s'accompagne de plusieurs nuances. Certains veulent atteindre ce salaire minimum de 15 $ en cinq ans, d'autres en six ans, d'autres sont plus pressés et certains veulent y joindre d'autres revendications.

«Je veux tout faire pour améliorer la situation des gens qui sont en situation d'être moins favorisés économiquement, mais je ne veux pas non plus nuire à l'emploi. On ne les aidera pas si on nuit à l'emploi», a commenté le premier ministre Couillard.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer