Matins créatifs de Québec: Pierre Thibault, le «déjanté»

Juché sur l'installation éphémère baptisée Bancs de neige,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Juché sur l'installation éphémère baptisée Bancs de neige, qu'il a lui-même conçue, l'architecte Pierre Thibault a prononcé vendredi une allocution à l'occasion des Matins créatifs de Québec, à Place de Bordeaux, près de la rue Saint-Paul.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Si vous avez une idée bizarre, écrivez-la, dessinez-la et mettez-la quelque part. Elle pourra vous paraître saugrenue, mais c'est peut-être la prémisse d'une grande idée.»

L'architecte Pierre Thibault a conclu sur cette note, vendredi, son allocution aux 22es Matins créatifs de Québec, un mouvement qui regroupe chaque mois des participants autour d'un conférencier capable de décloisonner les idées et de leur ouvrir de nouveaux horizons.

Juché sur l'installation éphémère baptisée Bancs de neige, qui fait partie de l'exposition Les passages insolites, à la place de Bordeaux, l'invité a livré quelques réflexions de son cru et autres expériences personnelles pour mieux mettre en lumière le thème du mois, Weird, traduit pour les besoins de la cause par «Déjanté».

«Pour créer, il faut sortir de sa zone de confort afin de se mettre dans un état de disponibilité», explique l'un des chefs de file de l'architecture au Québec, dénonçant du même souffle «les carcans qui empêchent la créativité d'exploser».

«On a longtemps pensé qu'avec l'avènement du Web, le dessin allait disparaître, ce qui n'est pas le cas», ajoute-t-il. Lui-même, souvent, il avoue partir avec son cahier qui renferme plusieurs centaines de croquis.

«Je me laisse aller. La main part, et un élément surgit. C'est déjanté [...] dans le processus de création, il est important de ne pas se censurer», insiste-t-il. Une façon de faire et de voir le monde qu'il cherche à transmettre à ses étudiants de l'École d'architecture de l'Université Laval et à la poignée de jeunes qui travaillent avec lui, à son atelier de la rue Saint-Joseph.

Voyager pour se ressourcer

Le «starchitecte» a aussi mis en évidence l'importance des voyages et de l'ouverture aux autres, une façon de «sortir de la routine» et de porter un regard neuf sur son quotidien. «Sinon, on peut perdre la beauté de l'environnement qui nous entoure.»

Les escapades à l'étranger, poursuit-il, permettent de se mettre en danger, au sens léger du terme, en ce sens qu'elles permettent de se frotter à l'inconnu et à l'inédit. Lors d'un voyage au Japon, il s'est lui-même placé dans une étrange position, en se rendant magasiner un kimono pour sa mère dans un grand magasin.

Un homme, seul, qui ne travaille pas l'après-midi, qui se trouve dans le rayon des dames, étrange... Il n'en fallait pas plus pour voir des clients s'éloigner de lui, croyant avoir affaire à «quelqu'un de perturbé». «J'ai transgressé sans le vouloir un nombre incroyable de règles.»

Mille bougies sur un lac

Grand amateur de plein air, Pierre Thibault apporte aussi l'exemple d'expéditions hivernales, avec ses étudiants et collaborateurs, dans le parc des Grands Jardins, dans Charlevoix, là où se trouve «la taïga la plus au sud au monde».

Sans réseau cellulaire, dans un chalet privé d'électricité, près d'un lac, par une température polaire, le groupe s'est mis en mode brainstorm, à la recherche d'une façon d'animer ces lieux magnifiques, mais austères.

«Le mois suivant, on y est retournés avec des boîtes renfermant 1000 bougies. On les a installées un peu partout sur le lac, à travers des allées et des cordes. La lumière, diffusée par les boîtes de carton qui permettaient d'allumer les bougies à l'abri du vent, éclairait les visages. On aurait dit des tableaux de la Renaissance. C'est probablement le projet qui m'a amené à donner le plus de conférences.»

Des rencontres différentes

Les Matins créatifs de Québec (Creative Mornings dans sa version originale) existent depuis novembre 2014.

Tous les troisièmes vendredis du mois, un déjeuner-conférence sur un «thème inspirant» est organisé dans un «lieu inusité». Les participants, une centaine en moyenne, travaillent principalement dans le domaine de la publicité et des médias sociaux. Les places (puisqu'il faut réserver) s'envolent généralement en quelques minutes.

Thématique mondiale

«Ça permet aux gens tannés des colloques disciplinaires de faire des rencontres différentes», explique le responsable local, le consultant Jacques Blanchet. Une vingtaine de bénévoles travaillent à l'organisation. Le thème de chaque conférence est décidé par le bureau central, à New York, point de départ de l'initiative en 2008. À tour de rôle, les quelque 150 villes membres du réseau décident du thème de la conférence.

Québec sera appelé à faire sa suggestion en 2018. Le rendez-vous de septembre des Matins de Québec se déroulera en collaboration avec le Festival de cinéma de la Ville de Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer