Exclusif

Le Clap reluque Maguire

La direction du Clap étudie la possibilité d'ouvrir... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La direction du Clap étudie la possibilité d'ouvrir quatre salles de cinéma dans l'édifice Beaubourg de l'avenue Maguire.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le cinéma Le Clap songe à ouvrir quatre salles de cinéma sur l'avenue Maguire, dans l'arrondissement de Sillery. Le projet, encore à l'étape embryonnaire, trouverait une niche au sous-sol de l'édifice Le Beaubourg. Histoire de connaître l'intérêt des cinéphiles, un sondage se tient depuis quelques jours auprès de la population du secteur.

Selon les renseignements obtenus par Le Soleil, l'implantation de ces nouvelles antennes du Clap dans l'arrondissement sillerois viserait à désengorger les écrans du cinéma de la Pyramide, où plusieurs films importants peinent à trouver un écran. Les diffusions sur écran géant d'opéras et de pièces de théâtre, en collaboration avec de prestigieuses compagnies européennes, sont de plus en plus prisées et souffrent de ne pas trouver suffisamment de place dans la grille horaire.

Les quatre salles envisagées seraient à l'image de la plus petite salle du Clap (la numéro 3) et compteraient une cinquantaine de places. «Physiquement, le projet est réalisable. Le bâtiment a un certain âge, mais on est capable de s'organiser», mentionne une source digne de foi.

L'ouverture de quatre salles du Clap, à moins de huit kilomètres du cinéma phare, dans Sainte-Foy, est une décision d'affaires qui doit être mûrement réfléchie, indique une source qui a requis l'anonymat. Quinze pour cent de la clientèle du Clap vient du secteur avoisinant l'avenue Maguire et l'avenue Cartier. «Il faut voir s'il y a des gains à faire», glisse-t-on. Ce n'est pas évident de faire du gambling dans le milieu du cinéma ces temps-ci.»

Joint par Le Soleil, le directeur général du Clap, Robin Plamondon, ne cache pas son «intérêt» pour le secteur, malgré les «embûches». Il ajoute du même souffle n'avoir «rien de définitif à annoncer» et qu'il s'agit pour le moment d'«un projet bien loin de se réaliser».

«Super bonne nouvelle»

Quoi qu'il en soit, Le Clap désire en savoir plus long sur l'intérêt des citoyens de Sillery pour ce projet. Un sondage a lieu actuellement afin de cerner les habitudes des cinéphiles du secteur, ainsi que leur fréquentation des restaurants et bars, avant et après les projections. Les spectateurs des deux soirées de cinéma en plein air, qui se tiendront les deux prochains samedis, devant la bibliothèque Charles-H.-Blais, seront également approchés pour l'étude.

À la Société de développement commercial de l'avenue Maguire, le directeur Camil Lacroix accueille l'arrivée possible de ces salles avec beaucoup d'enthousiasme, même s'il demeure conscient que beaucoup de ficelles restent à attacher. «Ce serait une super bonne nouvelle pour la rue, c'est certain, surtout que selon des études, 75 % des gens vont au restaurant avant ou après leur sortie au cinéma.»

Aucune négociation officielle n'a encore été engagée entre Le Clap et Casot, la compagnie propriétaire du Beaubourg, pour les modalités de location des lieux. L'épineuse question du stationnement payant devra également faire l'objet de discussions. Depuis l'installation de parcomètres, il y a deux ans, plusieurs commerçants de l'avenue Maguire disent avoir vu leur chiffre d'affaires diminuer. Il reste à voir comment les clients de cet hypothétique cinéma pourraient arriver à stationner sans avoir à payer.

Nouveau visage

L'édifice Beaubourg prendra un nouveau visage dans les prochaines semaines, avec l'ouverture d'une clinique regroupant une douzaine de médecins, dont les huit omnipraticiens de la clinique Sillery, rue Sheppard. Un investissement d'un million de dollars sera nécessaire pour l'aménagement de nouveaux locaux aux étages supérieurs de l'immeuble.

Construit en 1987, Le Beaubourg peine depuis plusieurs années à attirer des locataires. La fermeture du Jardin Mobile, en janvier 2015, et du Starbucks, il y a un an, avait porté un rude coup à l'avenue commerciale.

S'il voit le jour, le projet de cinémas prendrait une partie de l'espace occupée par la pharmacie Champagne, au sous-sol de l'immeuble. En principe, la pharmacie doit s'agrandir en accaparant une partie ou la totalité de l'espace laissé libre par Le Jardin Mobile.

Vers un mois d'août record

Si la tendance se maintient, Le Clap connaîtra le meilleur mois d'août de son histoire. Des films porteurs, comme le dernier Woody Allen, Café Society; Florence Joster Jenkins, Une vie fantastique et Le goût des merveilles ont fait courir les foules. Demain, réalisé par les Français Cyril Dion et Mélanie Laurent, toujours à l'affiche après trois mois d'exploitation, va bientôt battre le record de recettes pour un documentaire au Clap, détenu par Farenheit 9/11, de Michael Moore, Palme d'or à Cannes en 2004. «Jusqu'à maintenant, on est en avance de 25 % sur notre meilleur mois d'août. On a des films qui marchent très fort», explique Robin Plamondon. Le beau temps, ennemi du cinéma? Pas nécessairement. Contrairement au marché montréalais, où les assistances se maintiennent, qu'il fasse beau ou pas, celles de la capitale diminuent radicalement lorsque le soleil se pointe le bout du nez. «Le pire, c'est une journée sur deux avec de la pluie, explique Robin Plamondon. La journée où il fait beau, les gens sont dehors; la journée où il pleut, ils vont faire leurs courses. Mais avec l'été chaud qu'on a connu, il semble bien que les gens ont cherché à venir se rafraîchir à l'air climatisé.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer