Vente des actions de RONA: les acteurs convoqués en commission parlementaire

L'imbroglio entourant la vente des actions de RONA... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'imbroglio entourant la vente des actions de RONA par Investissement Québec sera dissipé la semaine prochaine en commission parlementaire.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'embrouillamini entourant la vente des actions de RONA par Investissement Québec sera dissipé la semaine prochaine.

Mario Albert et Yves Lafrance, qui ont tous deux officié à titre de pdg d'Investissement Québec, ainsi que Jean-Claude Scraire et Louis Roquet, qui ont présidé aux destinées de son conseil d'administration, et Guylaine Leclerc, vérificatrice générale du Québec, ont été convoqués en commission parlementaire jeudi prochain, le 25 août.

La convocation précise qu'ils seront interrogés par les élus de l'Assemblée nationale sur le processus ayant mené à la vente des actions de RONA que détenait le bras financier du gouvernement du Québec. Elles ont été vendues à l'américaine Lowe's. Les audiences se dérouleront durant une seule journée.

Les partis d'opposition accusent depuis plusieurs semaines le ministre des Transports, Jacques Daoust, qui était ministre de l'Économie au moment des faits, d'avoir tout su, et en temps réel, de la liquidation des actions que la société d'État détenait dans le quincaillier RONA. Ils s'appuient sur des procès-verbaux du conseil d'administration d'Investissement Québec de l'automne 2014.

Ce dossier est l'un de ceux ayant placé M. Daoust sur la sellette lors de la dernière session parlementaire.

Procès-verbaux

Le principal intéressé a toujours nié avoir été consulté par Investissement Québec et encore plus avoir donné sa bénédiction à la vente des actions de RONA. Il a évoqué une confusion dans les procès-verbaux.

Le compte rendu où il est indiqué qu'il était présent à une réunion du conseil d'administration lors de laquelle il a été question de la vente manquerait par exemple de précision, selon lui.

Jacques Daoust a expliqué avoir «effectivement participé à la réunion du 17 novembre» 2014 du conseil d'administration, mais pas aux discussions au sujet de RONA. Il était là, a-t-il assuré, pour parler de ses attentes à l'égard d'Investissement Québec.

Le premier ministre Philippe Couillard a toujours défendu son ministre dans cette affaire. Devant les attaques des partis d'opposition, c'est lui qui a proposé la tenue d'une commission parlementaire spéciale devant laquelle toutes les personnes liées au dossier seraient entendues afin de «faire la lumière» et «la part des choses» sur cet épisode.

L'abcès politique devrait être crevé jeudi prochain. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer