Le salaire minimum actuel suffit, dit Leitão

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao... (Archives La Presse, Hugo-Sébastien Aubert)

Agrandir

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao

Archives La Presse, Hugo-Sébastien Aubert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'idée d'augmenter le salaire minimum à 15$ ne séduit pas le ministre des Finances Carlos Leitão, qui estime que les 10,75$ de l'heure actuellement consentis sont suffisants.

Présent au congrès de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ) dimanche, à Saint-Augustin-de-Desmaures, M. Leitão a déclaré que le salaire minimum actuel était «à l'intérieur de ce qui est souhaitable», ajoutant qu'il ne voyait «pas de problème à ce niveau-là». Il a rappelé que le salaire minimum augmente légèrement chaque année. «Je ne vois pas pourquoi on accélèrerait ce processus-là.»

Il a dit s'appuyer sur la relation qui doit être maintenue entre le revenu minimum et le salaire médian des travailleurs québécois. «Quinze dollars, ça me semble être un chiffre assez arbitraire. Pourquoi 15? Pourquoi pas 17? Pourquoi pas 13?» a-t-il demandé. «Ce qu'on souhaite, c'est qu'il y ait une relation entre le salaire minimum et le salaire médian. [...] Ça dépend de la réalité de chaque État ou de chaque juridiction», a-t-il souligné, indiquant que de se comparer à d'autres était une fausse piste.

À noter que le salaire médian n'est pas le salaire moyen. Il était de 20,60$ en 2015 selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ). Cela signifie que 50% de la population gagnait moins que ce montant et 50% gagnait plus.

De plus en plus de voix s'élèvent pour que le salaire minimum soit rehaussé à 15$ dans la province. Plus récemment, c'est l'homme d'affaires Alexandre Taillefer qui a réclamé une telle mesure, au nom de la «décence».

«10,75$, ça vous donne un salaire annuel de l'ordre d'à peu près 21 500$. Le seuil de pauvreté a été établi au Canada, à partir du 1er mai, à 23 800$. Ce qu'on envoie comme message à notre société, c'est qu'on permet à des gens de travailler 40 heures par semaine et de vivre sous le seuil de la pauvreté. Et ça, pour moi, c'est inacceptable», a déclaré M. Taillefer vendredi, lors du Forum social mondial (FSM).

Tour d'ivoire

Les centrales syndicales seront aussi au front sur la question du salaire minimum. Réagissant aux propos de Carlos Leitão dimanche, le président de la CSN, Jacques Létourneau, a invité le ministre à «descendre de sa tour d'ivoire pour voir comment vivent les milliers de familles qui sont incapables de sortir de la pauvreté même si les parents travaillent à temps plein».

La FTQ réclame pour sa part la mise en place d'une coalition en faveur du salaire minimum à 15$. En marge du FSM, son président, Daniel Boyer, a invité toutes les centrales syndicales à s'assoir à la même table plutôt que de rester chacune de leur côté dans ce dossier. La CSN assure qu'elle sera présente au cours des prochains mois pour mener cette bataille.

Selon des chiffres de la FTQ, 211 000 travailleurs de la province gagnent actuellement le salaire minimum; 58% sont des femmes. Ils étaient 450 000 en 2014, selon l'ISQ.

Entre 2004 et 2016, le salaire minimum est passé de 8$ à 10,75$ de l'heure. Il augmente de 20 sous par année depuis 2013.

Québec solidaire puis le Parti québécois se sont déjà prononcés en faveur du salaire minimum à 15$.

Avec La Presse canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer