Entrepreneure de la nouvelle génération

La jeune entrepreneure Kim Auclair a choisi la... (Le Soleil, Alice Chiche)

Agrandir

La jeune entrepreneure Kim Auclair a choisi la banlieue pour ouvrir l'espace Niviti, car elle estime que le secteur de Beauport a aussi le potentiel de répondre aux besoins pour les espaces de travail occasionnels.

Le Soleil, Alice Chiche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La tendance aux espaces de travail partagés à la demande fait partie des habitudes des travailleurs autonomes et des petites entreprises, surtout celles en démarrage ou en technologie.

Habituellement, ces espaces en location à la journée ou à la semaine sont concentrés dans un centre-ville.

La jeune entrepreneure Kim Auclair a plutôt choisi la banlieue pour ouvrir l'espace Niviti, car elle estime que le secteur de Beauport a aussi le potentiel de répondre aux besoins pour les espaces occasionnels pour travailler en équipe, donner de la formation, ou simplement partager avec d'autres entrepreneurs pour sortir de l'isolement.

C'est ainsi qu'elle a lancé son entreprise en 2014. «Mes premiers clients ici étaient d'anciens clients que j'avais à Montréal et qui venaient de déménager ici», se souvient-elle.

Blogueuse et entrepreneure spécialisée dans le développement de contenus pour le Web, la jeune femme d'affaires a aussi fondé le site Mac Québec, en 2005. L'organisme est devenu une coopérative depuis un an. Dans son esprit, c'était un lieu de formation et d'apprentissage pour les nouveaux blogueurs et pour tous ceux qui s'intéressaient à la technologie Apple. C'est aussi à Mac Québec qu'elle a fait une partie de son apprentissage.

«J'ai appris dans l'action. Une formation sur le tas comme on dit», précise Kim Auclair pendant l'entrevue. «J'ai toujours été convaincue qu'il était possible de développer ses compétences entrepreneuriales à travers le Web. C'est une porte d'entrée vers différentes possibilités de croissance et de formation. C'est de cette manière que j'ai développé mon réseau de contacts et que j'ai bâti ma confiance.»

Et son espace Niviti, avec sa salle de formation, les espaces de travail et l'agrandissement prochain, doit servir au développement d'entreprises. «J'ai tout bâti de mes mains, sans prêts et sans subventions», souligne celle qui a eu seulement l'aide de son père pour se lancer en affaires.

Apprendre à rebondir

Il y a eu quelques soubresauts. Avec un associé au départ, les choses ne vont pas aussi bien que prévu. L'associé quitte. Pendant un an, elle pourra compter sur une employée, mais celle-ci quitte l'équipe, malgré tout en bons termes, parce qu'elle reçoit une offre qui ne se refuse pas. «Comme entrepreneure, j'ai dû apprendre à rebondir et à demeurer confiante. J'ai tout de même réussi à mettre Beauport sur la carte dans les espaces de travail partagés, car les affaires avec la proximité du Web ne se passent pas seulement dans le centre-ville», ajoute-t-elle.

Son objectif pour les prochaines années consiste à faire croître son entreprise en réorganisant son plan d'affaires pour s'assurer de pouvoir vivre de son travail. Récemment, elle a lancé un groupe Facebook qui se nomme Dans la tête des entrepreneurs, un lieu d'échange et de partage qui compte plus de 3300 membres.

Depuis ses premiers articles en 2002, Kim Auclair continue d'asseoir sa crédibilité. C'est cette crédibilité qui lui a valu d'être conférencière récemment à Nantes, pour parler de sa vie d'entrepreneure, lors de l'événement Web2Day où une délégation de Québec est partie faire des ponts avec les entreprises françaises.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer