Du temps pour Davie et son syndicat

En 2011, 2012, le Pierre-Radisson, un navire de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

En 2011, 2012, le Pierre-Radisson, un navire de la Garde côtière canadienne, a subi six mois de travaux majeurs chez Verreault Navigation.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Tout n'est pas perdu pour Chantier Davie Canada qui tente de s'entendre rapidement avec le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) pour reconduire la convention collective dans l'espoir de décrocher un contrat de 8,4 millions $ du gouvernement fédéral pour le radoub du brise-glace Pierre-Radisson.

En effet, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a reporté au 20 juillet la date de clôture de l'appel d'offres. Initialement, la date butoir avait été fixée au 11 juillet.

La demande de report a été faite par l'un des cinq chantiers qui ont manifesté de l'intérêt pour ce contrat. Davie assure qu'il n'est pas à l'origine de cette demande qui a été accordée par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.

Le Ministère n'était pas en mesure de fournir, mardi après-midi, de plus amples informations sur cette modification.

Selon les documents du Ministère consultés par Le Soleil, cinq chantiers ont participé aux différentes étapes d'information : Groupe Verreault Navigation (Les Méchins), New Dock St-John's Dockyard (St. John's), Heddle Marine Service (Hamilton), Port Weller Dry Docks (St. Catharines) et Chantier Davie Canada (Lévis).

Preuve requise

C'est écrit en toutes lettres dans les documents de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada : les soumissionnaires doivent fournir la preuve que la convention collective signée avec leurs travailleurs sera valide pour la durée des travaux sur le brise-glace de la Garde côtière. Normalement, les travaux d'entretien et de rénovation du navire se feront entre le 6 septembre 2016 et le 31 janvier 2017. Si la preuve documentaire n'est pas fournie, «la soumission sera jugée comme étant non recevable», tranche le Ministère.

Or, la convention collective des 800 travailleurs syndiqués de Davie est échue depuis le 30 juin.

Dimanche, dans une proportion de 91 %, ces derniers ont rejeté la proposition patronale de reconduction pour une période de 18 mois du contrat de travail. 

Une offre prévoyant, selon le syndicat, une augmentation de salaire de 1 % au 1er juillet 2016 et de 1 % au 1er janvier 2017 ainsi qu'une prime de signature de 0,5 % sur les 12 derniers mois de juillet 2015 à juillet 2016. L'employeur parle plutôt d'une majoration salariale de 4,5 % pour la prochaine année.

Selon le président du syndicat, Raphaël Jobin, les syndiqués auraient souhaité un engagement à plus long terme de la compagnie.

Du côté de Davie, la direction estime que le litige actuel avec la Société des traversiers du Québec - qui a notamment provoqué la récente mise à pied de 134 travailleurs - a teinté l'humeur des syndiqués et, par conséquent, l'allure du vote. Mardi, les parties ont repris les négociations.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer