CSeries: 100 appareils par année pour rentabiliser le Centre d'excellence

Les seules ventes de nouveaux avions CSeries de Bombardier à Air Canada seront... (AFP, Daniel Leal-Olivas)

Agrandir

AFP, Daniel Leal-Olivas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Farnborough

Les seules ventes de nouveaux avions CSeries de Bombardier à Air Canada seront insuffisantes pour assurer la rentabilité d'un centre d'entretien que le gouvernement du Québec a négocié en échange de l'abandon d'une poursuite contre le transporteur, a indiqué lundi la ministre de l'Économie, Dominique Anglade.

Au Salon aéronautique de Farnborough, au Royaume-Uni, Mme Anglade a estimé qu'il faudra un minimum de 100 appareils par année pour assurer la rentabilité de l'installation, alors qu'Air Canada n'a passé des commandes fermes que pour 45 exemplaires du CS300.

La ministre, qui participe à une mission économique dirigée par le premier ministre Philippe Couillard en Europe, a ainsi corroboré l'analyse faite plus tôt lundi par Peter Wojahn, le chef des services techniques du transporteur Swiss, client de lancement de la CSeries.

«Il faudrait qu'il y en ait davantage. Je pense que la personne vous a donné le chiffre magique de 100, a-t-elle dit. Il faudrait qu'il y en ait davantage et on n'est pas loin de ce nombre-là. De toute façon, ce que l'on veut, c'est des centaines de CSeries.»

Mme Anglade croit qu'il serait possible d'élargir le bassin de clients potentiels à d'autres transporteurs et peut-être même à d'autres avions que ceux de la CSeries.

Lors d'une conférence de presse clôturant son séjour britannique, pour l'annonce de soutien financier à deux projets du secteur de l'aéronautique, M. Couillard a affirmé que des pourparlers sont en cours entre le gouvernement, Air Canada et d'autres partenaires pour le projet de centre d'entretien.

«Il est clair que les utilisateurs européens et asiatiques ne feront pas leur entretien ailleurs qu'en Europe ou en Asie, a-t-il dit. Avec les utilisateurs nord-américains déjà confirmés et à venir, on est convaincus qu'il y a assez de volume pour faire fonctionner ça.»

Certification du CS300

À Farnborough, lundi, Bombardier a annoncé la certification de son appareil CS300 par Transports Canada, une nouvelle étape vers la première livraison prévue fin 2016 à son client Air Baltic.

Lors d'une mêlée de presse après l'annonce de l'entreprise à laquelle il assistait, M. Wojahn a expliqué que l'entretien lourd des nouveaux appareils Bombardier de Swiss, dont la flotte se composera de 30 avions en 2018, ne se fera pas avant deux ans.

Aucun scénario n'est arrêté pour l'instant mais Lufthansa Technik, une filiale du groupe auquel Swiss appartient, a offert de développer le service d'entretien lourd sur le continent européen, a indiqué le chef du service technique.

Selon M. Wojahn, le nombre d'appareils vendus conditionnera le développement d'une offre pour l'entretien lourd.

«Je crois que si on franchit les 100 appareils, alors nous serons dans un secteur intéressant pour une entreprise parce qu'on peut maintenir un roulement constant toute l'année, a-t-il dit. Avec seulement 30, ça n'occuperait que la moitié de l'année.»

En échange de l'abandon d'une poursuite pour forcer Air Canada à maintenir à Montréal l'entretien lourd de ses appareils, comme le prescrivait la loi fédérale, le gouvernement du Québec a obtenu l'hiver dernier l'engagement du transporteur à confier ce travail à une installation montréalaise qui reste à créer.

Cette condition a été négociée au moment où Air Canada a décidé de faire l'acquisition de 45 appareils CSeries de Bombardier, en février, une transaction finalisée en juin dernier.

D'autres appareils?

L'entente prévoit également que le transporteur pourrait éventuellement acheter 30 autres appareils du programme CSeries, dont le gouvernement est partenaire avec Bombardier et dans lequel il a investi 1 milliard $US.

Mme Anglade a affirmé lundi qu'une entente entre le gouvernement du Québec et Air Canada prévoit que le transporteur fera un appel d'offres pour la création du centre au Québec.

Elle a aussi soutenu qu'il avait été impossible d'approcher Delta, qui a récemment annoncé une commande d'appareils CSeries, pour l'inciter à utiliser ce centre parce qu'aucune offre n'est possible avant que le projet se concrétise.

Mme Anglade a rappelé que Delta, qui a commandé 75 avions, n'est pas une cible puisqu'elle assure généralement l'entretien de ses appareils.

Au-delà d'une ouverture à d'autres transporteurs de l'Amérique du Nord, Mme Anglade n'a pas exclu la possibilité d'ouvrir le centre à d'autres appareils que seulement ceux de la CSeries de Bombardier.

«C'est une possibilité qui peut très bien être envisagée, mais le coeur reste la CSeries, a-t-elle dit. Il ne faut pas oublier que le coeur pour l'aéronautique de Montréal reste la CSeries.»

Mme Anglade a situé vers 2019 l'échéance pour la création du centre d'entretien au Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer